Fibre : le nouvel opérateur Vitis signe avec BeIn Sports

L’opérateur spécialisé dans le très haut débit fixe à destination des zones rurales ou peu peuplées a signé un partenariat pour distribuer BeIn Sports. En parallèle, il va proposer son offre Internet en fibre optique dans de nouveaux départements.
Pierre Manière
Pour conquérir des clients, Vitis s’appuie sur des opérateurs d’infrastructures, qui déploient de la fibre optique dans les zones les moins denses du territoire.
Pour conquérir des clients, Vitis s’appuie sur des opérateurs d’infrastructures, qui déploient de la fibre optique dans les zones les moins denses du territoire. (Crédits : © Lisi Niesner / Reuters)

Aux yeux de Vitis, les contenus sont primordiaux pour convaincre les abonnés de passer à l'Internet à très haut débit. Lancé mi-novembre, ce nouvel opérateur de fibre optique à destination des zones rurales ou peu peuplées multiplie donc les partenariats avec les médias pour étoffer son offre de films et de séries. A La Tribune, Mathias Hautefort, son président, annonce qu'il vient de signer un accord avec BeIn Sports. Pour 15 euros supplémentaires par mois (en plus des 39,90 euros mensuels pour l'abonnement à la fibre), ses fidèles auront accès aux matchs de foot et autres contenus sportifs des chaînes qataries.

Cet accord de distribution pourrait n'être qu'un début. Mathias Hautefort confirme qu'il continue de discuter avec Canal+ et SFR Sport. « Je suis toujours prêt à proposer d'autres bouquets », indique-t-il. Pour lui, les contenus sont des atouts-clés pour inciter les habitants des zones peu peuplées - et souvent délaissées par les grands opérateurs nationaux - à troquer leur vieil ADSL pour une connexion ultra-rapide à la fibre.

Les déploiements s'accélèrent

Pour conquérir des clients, Vitis s'appuie sur des opérateurs d'infrastructures, qui déploient de la fibre optique dans les zones les moins denses du territoire. En fin d'année dernière, il a lancé la commercialisation de ses offres sur les réseaux de Covage en Seine-et-Marne et dans l'Essonne, lesquels couvrent environ 25.000 habitations. Cette semaine, Vitis s'est interconnecté avec les réseaux d'Altitude Infrastructure dans le Doubs, à Vannes et à Maizières-les-Metz. D'ici la fin du premier trimestre, si les déploiements des opérateurs d'infrastructures se poursuivent sans encombre, Mathias Hautefort estime qu'il pourra proposer ses offres sur un marché de plus de 100.000 foyers. « Les choses s'accélèrent », se félicite-t-il, même s'il refuse de fournir le moindre chiffre sur son nombre d'abonnés.

En outre, Vitis est également en négociation avec Axione, une filiale de Bouygues (et maison-mère de Bouygues Telecom), qui déploie des réseaux en fibre optique en Ardèche, dans le Limousin ou encore dans la Drôme. « Il y a une double accélération, explique Mathias Hautefort. D'un côté, on ouvre de nouveaux réseaux. Et de l'autre, les réseaux sur lesquels nous sommes déjà présents continuent de s'étendre. » Pour les opérateurs alternatifs comme Vitis, l'objectif est d'être présent sur ces réseaux le plus vite possible une fois qu'ils sont opérationnels. L'idée étant de rafler un maximum de clients dans les zones rurales, pendant que les grands opérateurs nationaux consacrent l'essentiel de leurs forces dans les grandes villes et zones très denses de l'Hexagone.

Pierre Manière
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.