L'Autorité de la concurrence dénonce l'opacité des tarifs bancaires en France

 |   |  224  mots
Le président de l'Autorité de la concurrence Bruno Lasserre trouve les tarifs bancaires trop opaques. Une enquête est en cours sur une possible entente concernant la tarification des chèques.

Lors de ses voeux, ce lundi soir, le président de l'Autorité de la concurrence Bruno Lasserre a vivement taclé les banques françaises et leurs pratiques tarifaires. "Nous avons le sentiment que le signal de prix ne fonctionne pas bien dans le secteur bancaire"a -t-il lancé, dénonçant des "tarifs trop opaques" et des "barrières à l'entrée trop fortes" qui peuvent empêcher le développement de la concurrence.


Un rapport publié fin septembre par la Commission européenne avait dénoncé le manque de transparence des banques françaises en matière de tarifs. Il classait également la France en troisième position parmi les pays les plus chers sur le plan tarifaire.La Fédération bancaire française (FBF) avait contesté les résultats de cette enquête, estimant qu'il n'était pas possible d'apprécier leur fiabilité.
 

L'Autorité de la Concurrence pourrait aussi ennuyer les banques sa décision très attendue concernant une enquête, entamée en 2007, au sujet d'une possible entente - cartel - sur la tarification du traitement des chèques. Le Conseil de la concurrence (devenu depuis l'Autorité de la concurrence) aurait été alerté par des entreprises qui avaient découvert que toutes les banques françaises facturaient à leurs clients le même barème de 4 centimes par chèque traité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :