Le patrimoine des Français s'améliore mais moins vite qu'avant la crise

Après, la baisse sensible en 2008 et sa quasi-stabilisation en 2009, le patrimoine des Français devrait connaître en 2010 une certaine reprise, mais ses perspectives au cours des cinq prochaines années font ressortir une croissance beaucoup plus modeste que celle qui avait été observée, avant la crise, entre 2002 et 2007.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

L'Observatoire des marche?s de l'e?pargne du cre?dit (OMEC) de l'institut de conjoncture le BIPE vient de dévoiler ses pre?visions en ce qui concerne l'e?volution du patrimoine et des comportements financiers des Franc?ais au cours des cinq anne?es a? venir. Il se base sur une croissance moyenne en volume du PIB de 1,5% seulement par an sur la période 2010-2015. Et il souligne qu'apre?s une baisse sensible en 2008 et une quasi-stabilisation en 2009, le patrimoine des Franc?ais devrait connai?tre en 2010 une certaine reprise "mais ses perspectives au cours des cinq prochaines anne?es font ressortir une croissance beaucoup plus modeste que celle qui avait e?te? observe?e, avant la crise, entre 2002 et 2007."
 

Le patrimoine des Franc?ais en reprise en 2010 et 2011
 

"En 2008, le patrimoine des Franc?ais avait recule? en valeur nominale de quelque 3%, a? la suite de la chute des marche?s boursiers et de la baisse de prix des logements anciens. En 2009, ce patrimoine s'e?tait pratiquement stabilise? : si les prix des logements anciens avaient continue? de baisser, la reprise de la Bourse avait en effet e?te? assez nette. En 2010, le BIPE estime la croissance nominale probable de ce patrimoine a? environ 3%. Cette reprise sera due, d'une part, a? une re?-augmentation des prix des logements anciens, d'autre part, a? une modeste progression des indices boursiers. Ces deux facteurs joueront plus fortement en 2011, de sorte que la croissance nominale du patrimoine des Franc?ais pourrait alors se situer au-dessus de 4%" selon le BIPE.

Il ajoute qu'"au cours des anne?es a? venir, le prix des logements anciens devrait croi?tre assez re?gulie?rement a? un rythme qui pourrait e?tre de quelque 4% par an, compte tenu du de?se?quilibre persistant entre l'offre et la demande. Le marche? boursier pourrait reprendre, de son co?te?, son e?volution tendancielle autour de 8% l'an. Mais, d'une part, l'influence de ces facteurs sur le patrimoine restera mode?re?e, d'autre part, on devrait enregistrer une nette baisse du taux d'e?pargne des Franc?ais de pre?s de 16% de leur revenu en 2010 a? moins de 13% en 2015, baisse principalement due au tassement de leur pouvoir d'achat par me?nage
 

"Au total, la croissance nominale du patrimoine des Franc?ais pourrait tout de me?me se situer aux alentours de 4,5% par an, soit une croissance en termes re?els (inflation de?duite) de l'ordre de 2,5%. Il s'agit la? d'un rythme honorable, mais qui est en tre?s fort retrait par rapport a? celui des anne?es d'avant-crise : au cours des quatre anne?es 2003-2006, ce patrimoine avait cru? en effet, en valeur nominale, a? des rythmes compris entre 10 et 15% l'an. Mais il faut sans doute s'habituer, dans ce domaine, a? des croissances plus modestes, mais peut-e?tre plus re?gulie?res, qui contrasteront avec des anne?es brillantes, mais de croissance non durable. Le passif global des me?nages devrait progresser plus vite que leur patrimoine."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.