La hausse des prix immobiliers va-t-elle ralentir en Europe ?

 |   |  391  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les prix des logements devraient subir la baisse des revenus des ménages européens et la hausse du coût du crédit immobilier.

Les prix de l'immobilier vont-ils continuer leur progression en Europe ? La réponse est... oui. Mais ils devraient se calmer légèrement en 2011 ! C'est en tout cas ce que pensent les auteurs de l'étude de l'Observatoire de l'épargne européenne.

Depuis un an, rassurés par son côté « valeur refuge », les ménages n'hésitaient pas à investir dans l'immobilier. La part des revenus qui y était consacrée oscillait généralement entre 8 et 9 %, à l'exception du Royaume-Uni où elle était autour de 5 %. Face à un taux d'épargne total de l'ordre de 17 % en Allemagne et en France, de 12 % en Espagne et en Italie et de 5 % au Royaume-Uni. Pourquoi les ménages décideraient donc de « délaisser » ce placement auquel ils accordaient une part importante, et par conséquence faire ralentir la hausse des prix ? Tout simplement parce que le pouvoir d'achat des ménages est en perte de vitesse.

Le revenu a augmenté au second semestre 2010 en Allemagne, en France et en Italie, mais il est pénalisé par la hausse du prix des matières premières et de l'énergie. Au Royaume-Uni, l'inflation, de 4 %, et une nouvelle progression de la TVA à 20 % depuis janvier 2011, pèsent sur les ménages. Les Espagnols ont, eux, vu leur revenu baisser fortement sur quatre trimestres consécutifs et sont victimes d'une augmentation des prix due aux mesures d'austérité prises par le gouvernement.

Corrélativement, le recours au crédit a augmenté, avec un encours en hausse de 8,3 % en France et de 10,1 % en Italie sur un an. Mais la progression du coût du crédit immobilier, dans tous les pays depuis le début de l'année, pèse sur la demande solvable des ménages.

En parallèle de tout cela, les prix immobiliers étaient orientés à la hausse : « Au Royaume-Uni et surtout en France, s'est produit depuis la mi-2009 un retournement à la hausse très marqué. Les prix sont repassés nettement au-dessus des niveaux antérieurs à la crise. La hausse est plus modérée en Allemagne, mais elle est remarquable car elle met fin à une longue période de baisse. En Espagne, le niveau exceptionnel des acquisitions de logement jusqu'à la crise a fait place à des comportements qui sont rentrés dans la moyenne de la zone euro », observent les auteurs de l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2011 à 13:25 :
Votre graphique n'a pas de sens car il suppose que la base 100 est commune à tous les pays en 2004.

Or, l'effort immobilier en France était particulièrement faible (loyers effectifs ou fictifs/RDB) et reste particulièrement bien placé malgré la forte augmentation.

Alors supposez juste une minute que les prix étaient sous-évalués en France avant que n'apparaisse cette bulle et vous relativiserez ensuite je pense l'impression visuelle laissée par les courbes ...

Dans vos comparaisons avec l'étranger, n'oubliez pas non plus de pondérer votre propos par quelques chiffres assez parlants concernant le taux d'endettement des ménages :

Dette des ménages Francais : 76% du PIB

Dette des menages USA : 152%
Dette des menages Anglais : 147%
Dette des menages Espagnols : 124%

Japon : 98,5%

Dette des menages Allemands : 88%
Dette des Menages Italiens : 63%


a écrit le 07/06/2011 à 9:54 :
Ben non voyons, on a tous une planche à billet en dessous de notre lit pour payer encore et toujours plus. Allez, tiens, j'm'en vais m'imprimer 300.000 ?, ça me fera un studio. Le célèbre marabout Mouillart pourra vous le confirmer : les salaires, la hausse des taux, tout ça c'est peanuts, l'immo ça gonfle encore et toujours, même et surtout grâce au vent.
a écrit le 07/06/2011 à 5:27 :
C'est l'un des rares articles traitant de la hausse des prix de l'immobilier qui, enfin, enfin, évoque la hausse du recours au crédit. D'habitude, le point n'est pas traité dans les articles sur l'immobilier, laissant croire que ceux qui n'achètent pas sont moins bons gestionnaires que ceux qui achètent. Encore un effort, et la presse découvrira la notion de durée d'endettement et les comparatifs achat/location. Il faut dire, et redire, que cette hausse est artificielle, puisque financée par de la dette.
a écrit le 06/06/2011 à 18:56 :
Merci pour cet excellent article.
Je vous invite à lire en complément sur : http://immobilier-finance-gestion.over-blog.com/
- Evolution des prix immobiliers en France d'ici à 2020 - mise à jour
- France : niveaux de revenus et prix immobiliers par régions
- Baisse de -9% des ventes de maisons individuelles,
- Crédit immobilier : 166 239 ? empruntés en moyenne,
- Que cache la baisse des transactions à Paris et en Ile de France ?
- Un nouveau signe de baisse à venir des prix immobiliers
- Immobilier : l?inquiétude croissante des futurs acquéreurs
- Les ventes de logements neufs chutent de -24%
- A Paris et en Ile de France : les arbres montent jusqu'au ciel !
- L'indice des prix immobiliers Européens a chuté de plus de 9%
- Les ventes de maisons en Californie du Sud au plus bas depuis 3 ans
- Prix immobiliers US : double creux ?
- Immobilier : les leçons de la crise de 1929 !
- Immobilier Espagne : les prix baissent encore en avril !
- Espagne : phase finale d'ajustement des prix immobiliers ?
- Immobilier UK : nouvelle baisse des prix
- Irlande : près de 12% de baisse des prix immobiliers sur 1 an

Bien Cordialement,

Laurent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :