Les bailleurs privés appréhendent mal l'encadrement des loyers

 |  | 357 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plus d'un quart d'entre eux ignorent s'ils sont concernés par le décret sur l'encadrement des loyers, selon une étude du groupe de presse PAP.

La campagne d?information du gouvernement sur l?encadrement des loyers n?a visiblement pas été suffisamment efficiente. D?après une étude publiée jeudi par le groupe de presse immobilière PAP (de Particulier à Particulier), 26% des bailleurs privés avouent ignorer si le décret relatif à l'encadrement des loyers les concerne.
Le gouvernement a pourtant mis sur son site des informations à disposition des propriétaires et des locataires et un numéro vert gratuit (0 805 160 111). Un module sur internet proposé par le ministère du Logement permet même de savoir quelles sont les communes et agglomérations concernées par le dispositif d'encadrement des loyers.

Les bailleurs privés y croient peu

Reste que les bailleurs privés informés croient peu en l?efficacité de la mesure. Ainsi, près des trois quarts des personnes ayant répondu à l?enquête de PAP estiment que les dispositions prises sur l?encadrement des loyers le 1er août dernier n?amélioreront pas la situation des locataires. Ils sont même 18% à déclarer que si leur bien était concerné, ils ne respecteraient pas cette réglementation. Pis encore, pour ne plus être concernés par l'encadrement, 43% des bailleurs privés ayant répondu à PAP affirment être prêts à la location meublée de leurs logements.

Desserrer l?étreinte dans les zones tendues

Le but principal de la mesure est  pourtant de desserrer l?étreinte dans les zones les plus tendues. Là où le pouvoir d?achat des locataires est durement affecté par le prix de leur loyer. "Cette mesure d'urgence a pour but d'intervenir là où les loyers augmentent de façon excessive, en Ile-de-France et dans les grandes agglomérations", indique le ministère du Logement sur le site du gouvernement. L'encadrement des loyers vise les agglomérations de plus de 50 000 habitants qui cumulent les deux critères suivants : une évolution moyenne des loyers supérieure à 3,2 % par an entre 2002 et 2010, et un loyer moyen supérieur à 11,10 euros le mètre carré pour l'année 2011. Le dispositif concerne 38 agglomérations, "les plus chères, où vit 40 % de la population française", souligne le ministère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2013 à 17:35 :
quand les taxes augmentent de 50%, ne pas s'étonner que les loyers augmentent de 3... l'Etat a transformé à son compte, les bailleurs en collecteurs d'impôts...
a écrit le 03/01/2013 à 17:24 :
Je préfère mettre mon appartement en vente, les imôpts immobiliers augment, les travaux d'entretien du batiments augmentent, par conséquent , je pense qu'on est gagnant à vendre et fini les soucis.avec les locataires (dégradations, loyers impayés etc....)
a écrit le 03/01/2013 à 17:18 :
Mme M.Thatcher disait "one can't buck the market", un principe de base que Mme Duflot, inexpérimentée, ignore (entre autres...). Pénurie + encadrement = marché noir; les lendemains des locataires ne sont donc roses que dans l'idéologie actuelle.
a écrit le 03/01/2013 à 17:00 :
Cela ne sert à rien de s'exciter le marché immobilier est déjà un marché zombie tout le monde possédant deux doigts de jugeote le sait. La hausse a été provoqué par la baisse des taux, l'allongement de la durée des prêts et une forme de laxisme des banques pour l'octroi. Un jour, dans 6 mois, 1 an ou plus les taux remonteront vers leur moyenne historique (ils sont anormalement bas) et les prix s'effondreront.
Même en ce moment ou les taux baisse (ce qui correspond à une forme de dopage des prix) les prix stagnent ou baissent ce qui est totalement inhabituel et démontre que le marché est bien mal en point. On peut rajouter la hausse du chômage, des dépenses contraintes, de l'énergie et on a une équation explosive en perspective. Pour finir, maintenant que la crise de l'Euro semble sous contrôle les pépés stressés commencent à cesser de vider leurs AV pour acheter de l'immo à n'importe quel prix.
Allez soyons positifs ça va peut-être permettre à nos jeunes de réaliser que l'achat immo n'est pas une finalité qu'il vaut bien mieux investir dans un outil de travail, une entreprise, un projet que d'en prendre pour 25 ans à 25 ans pour des cailloux inutiles qui vont détruire leur capacité à prendre des risques et leur mobilité.
a écrit le 03/01/2013 à 13:46 :
perso j'ai deja anticiper une augmentation de loyer à mon locataire. Au départ je voulais diminuer pour ce jeune plutot sympa et bon payeur mais je lui ai expliqué que désormais cela n'est plus possible car on ne peut plus se rattraper au locataire suivant
Réponse de le 03/01/2013 à 16:40 :
Je suis exactement dans la même situation. En 8 ans, mon locataire a toujours payé son loyer rubis sur l'ongle, j'avais donc pris mon parti de ne pas l'augmenter me disant qu'il valait mieux un loyer modeste avec un bon payeur plutôt que le contraire. Suite aux annonces de Duflot, je me suis résolu à augmenter son loyer pour la première fois. Les pistes avancées par le gouvernement ne sont pas les bonnes pour restaurer la confiance. En stigmatisant patrons et propriétaires, ce gouvernement est en train de diviser un peu plus les français, de manière encore plus forte que sous Sarkozy qui n'était déjà pas un as en la matière.
Réponse de le 03/01/2013 à 18:08 :
+1 J avais pour habitude de pas augmenter les loyers entre 2 locations surtout pour les étudiants pour lesquels le bail n est jamais très long mais cette loi imbécile m a obligé à le faire pour rester dans les prix du marché
a écrit le 03/01/2013 à 13:27 :
encadrer les loyers pourquoi pas à condition que l'augmentation des impots,locaux ou autres subissent le meme blocage .
Réponse de le 03/01/2013 à 16:45 :
les charges aussi.
Réponse de le 03/01/2013 à 18:43 :
qu'on les suppriment tous simplement , cela ferait du bien pour la relance de la consommation

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :