Crédit immobilier : la bataille de l'assurance emprunteur est lancée

 |   |  392  mots
Les mutuelles espèrent prendre des parts de marché aux banques sur le marché de l'assurance emprunteur.
Les mutuelles espèrent prendre des parts de marché aux banques sur le marché de l'assurance emprunteur. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement a introduit un délai de douze mois pour résilier son assurance de prêt immobilier. Les mutuelles vont mettre ce changement à profit pour tenter de reprendre des parts de marché aux banques sur ce segment. Associées, la Maif et la MGEN vont diviser par deux le prix du contrat

Les mutuelles se réjouissent de l'adoption récente d'un amendement gouvernemental qui donne un délai d'un an aux emprunteurs immobiliers pour renégocier l'assurance de leur prêt. Il faut dire qu'elles subissent jusqu'ici une concurrence à la limite de la déloyauté de la part des banques, qui le plus souvent suggèrent à l'emprunteur immobilier un "assureur maison" avec lequel elles ont partie liée.

Aujourd'hui, 85% des nouveaux prêts sont ainsi assortis d'une "assurance maison" proposée par la banque. Et donc seuls 15% des emprunteurs ont recours à une autre assurance que celle suggérée par leur conseiller bancaire.

Résultat, le marché de l'assurance emprunteur est très lucratif pour ces institutions financières. Selon les calculs du cabinet BAO Conseil, la marge dégagée sur ces contrats est en effet de...50% ! "En moyenne, les emprunteurs paient 480 euros d'assurance par an, si la marge était nulle, ils ne paieraient plus que 240 euros",  soulignait à la Tribune Isabelle Tourniaire, responsable des études de BAO Conseil. Une marge colossale qui revient pour plus de 90% non pas dans la poche des assureurs qui conçoivent ce produit, mais dans celle des banques qui le distribuent!

Les mutuelles flairent la bonne affaire

Très intéressés par ce segment de marché inexploité, certains groupes mutualistes entendent bien profiter de la brèche ouverte par Benoît Hamon pour concurrencer les bancassureurs. Avec son partenaire la MGEN, la Maif travaille ainsi sur le lancement courant 2014 d'un produit au "rapport qualité prix le plus pertinent possible" qui prendra la forme d'un contrat standard et dont le tarif sera -à contrat équivalent- près de deux fois inférieur à ceux pratiqués par les bancassureurs.

Deux autres mutuelles du même groupe d'assurance, la Macif et la Matmut, ont pour leur part communiqué sur les produits qu'elles proposent déjà sur le marché. Ce, en mettant en avant leurs valeurs mutualistes "d'accessibilité au plus grand nombre", de "solidarité mutualiste", de "transparence du tarif", ainsi que de "très bon rapport qualité prix".

Bref, "cette ouverture du marché de l'assurance des prêts immobiliers est une excellente nouvelle pour la défense du pouvoir d'achat des français en général et de nos sociétaires en particulier", se réjouit Catherine Touvrey, directrice générale déléguée du groupe Macif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2013 à 18:47 :
cette publicité pour les mutuelles? Ne savez-vous pas qu'il existe d'autres intervenants indépendants des banques sur le marché de l'assurance emprunteur ? Un peu de déontologie journalistique serait de bon ton sur ce sujet merci.
a écrit le 12/12/2013 à 18:20 :
hypotheque+assurance
ceinture + bretelles
au moins ce sera à un cout acceptable

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :