Retraite : "A cause de la réforme, j'ai racheté des trimestres pour rien. Que faire ? "

 |   |  517  mots
Chaque mois, latribune.fr soumet un cas sur la retraite à notre expert, Marc Darnault, associé chez Optimaretraite, cabinet de conseil spécialisé. Il répond au problème de manière concrète et donne ses préconisations.

Le cas :

Monsieur R., né en 1958, est salarié cadre. Fin 2009, il a racheté 12 trimestres avec l'option « Taux seul » dans le but de prendre sa retraite à 60 ans avec les 164 trimestres exigés pour obtenir le taux plein.
Monsieur R. se demande quel sera l'impact de la réforme des retraites 2010 sur son rachat de trimestres. D'autant que cette opération lui coutera à terme 35 717 ?, en tenant compte de l'économie d'impôt générée.

L'analyse de l'expert :

La réforme des retraites 2010, si elle est adoptée, implique deux changements majeurs pour Monsieur R. : d'une part la durée d'assurance exigée pour obtenir le taux plein ne sera plus de 41 ans (164 trimestres) mais de 41,5 ans (166 trimestres), d'autre part, l'âge légal de départ à la retraite sera de 62 ans et non plus de 60 ans.

Avant la réforme, le rachat de 12 trimestres permettait à Monsieur R. de partir à taux plein à 60 ans avec un total de 164 trimestres. L'opération lui permettait de partir à la retraite avec une pension annuelle nette de 38 256 ?, soit un gain de 5 013 ? par an par rapport à sa situation initiale, sans le rachat de trimestres. Il récupérait sa mise initiale en 7 ans et demi !

Avec la réforme, Monsieur R. va devoir travailler 2 années de plus. En comptant ses 12 trimestres rachetés, il totalisera, à 62 ans, 172 trimestres, soit 6 de trop par rapport aux 166 trimestres exigés! Il partira ainsi avec une pension annuelle nette de 41 076 ?. L'opération de rachat lui fera « gagner » 2 687 ? de pension annuelle et il récupérera sa mise initiale en 13 ans et 8 mois.

Le conseil de l'expert :

En rachetant uniquement 6 trimestres, Monsieur R. aurait généré exactement le même gain. Compte tenu de sa fiscalité, il aura donc, à terme, payé environ 18 000 ? de trop ! D'autant qu'avoir le taux plein avant 62 ans ne lui servira même pas à obtenir de la surcote qui ne compte qu'à partir de l'âge légal.
Dans son malheur, Monsieur R. a une chance : celle d'avoir choisi un échelonnement mensuel du paiement de ses trimestres sur 5 ans. Il peut donc cesser tout simplement ses versements ! Seuls les trimestres effectivement payés seront ainsi validés, soit dans son cas 2 trimestres. L'excédent de ce qu'il a versé, qui ne couvre pas le coût d'un trimestre, lui sera remboursé par la CNAV et il pourra même à nouveau racheter des trimestres dans un an...

Le bilan :

Monsieur R. va donc cesser ses versements. Les 2 trimestres intégralement payés lui seront validés. Selon la réforme, il lui en manquera encore 4 pour obtenir le taux plein à 62 ans. Il pourra les racheter au dernier moment, c'est-à-dire juste avant ses 62 ans s'il s'avère que l'opération est toujours rentable et qu'il a conservé les mêmes objectifs.
Monsieur R. évitera ainsi de perdre 18 000 ?.

Une fois de plus ce cas prouve que ce n'est pas parce que le rachat de trimestres est ouvert aux assurés à partir de 20 ans, ou que les versements effectués sont intégralement déductibles des impôts, qu'il faut réaliser cette opération trop tôt ...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :