Russie : l'euro au plus haut face au rouble

 |   |  224  mots
Le rouble est fortement impacté par la chute du pétrole.
Le rouble est fortement impacté par la chute du pétrole. (Crédits : © Ilya Naymushin / Reuters)
La chute des cours du pétrole pénalise fortement l'économie russe. La persistance des sanctions internationales continuent à peser sur la devise russe.

La monnaie russe, plombée par la faiblesse des cours du pétrole, est tombée mardi à son plus bas niveau depuis un an face au dollar et depuis quatre mois face à l'euro, qui a franchi le seuil symbolique des 80 roubles.

La stabilisation du baril sans effet

Le pétrole, principale source de revenus pour l'Etat russe avec le gaz, a vu sa valeur diminuer fortement une nouvelle fois lundi sur les marchés. Malgré une stabilisation du baril mardi, la monnaie russe restait orientée à la baisse, dans un marché rendu très volatil par la faiblesse du volume des échanges en cette période de fêtes.

L'euro a franchi le seuil symbolique des 80 roubles pour la première fois depuis le 26 août, atteignant 80,02 roubles. Le dollar est monté jusqu'à 72,85 roubles, au-delà de son record depuis décembre 2014 atteint la veille. Le rouble avait perdu près de la moitié de sa valeur en 2014.

La reprise espérée par les autorités mise à mal

L'effondrement du marché pétrolier depuis un an et demi, ajouté aux sanctions liées à la crise ukrainienne, a plongé la Russie dans une profonde récession cette année et la rechute actuelle du baril risque de réduire à néant les espoirs de reprise économique rapide exprimés par les autorités.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2015 à 13:27 :
Ex-Moscovite.
Encore un payé par les occidentaux pour "baver" sur la Russie et sur Mr Poutine. Avoir le culot d'affirmer que Hollande est plus compétent montre le degré de votre ignorance. Etes-vous jamais allé en Russie depuis 2000 (arrivée du tandem Poutine-Medvédev). Vous avez oublié de mentionner Sarkozy dans vos comparaisons. Si vous en êtes capable, faites donc le bilan de la France pendant la même période...
a écrit le 31/12/2015 à 12:51 :
Je répète ce que je viens d'écrire au sujet d'un autre article tout aussi nul.
La Russie, en attendant des jours meilleurs n'a qu'à laisser son gaz et son pétrole dans son sol et n'en vendre qu'à ses amis (comme la Chine). Vous verrez ensuite l'effondrement de la mafia USA-OTAN ainsi que de l'Arabie Saoudite et autres émirats arabes qui devront approvisionner toute l'Europe en gaz et pétrole à bas prix. Merci imbéciles d'américains...
a écrit le 30/12/2015 à 5:56 :
Nous avons manifestement deux grands économistes tout à fait objectifs et intègres avec Corso et PatrickB ... Incroyable tout de même cet aveuglement et ce culte porté à un autocrate corrompu! Je ne vais même pas commenter le fait de lier la stabilité d'une devise aux ressources naturelles d'un pays...
a écrit le 29/12/2015 à 19:16 :
C'est une double faillite pour le poutinisme réel.

Il n'a pas su utiliser la manne pétrolière afin de créer une économie robuste basée sur la consommation des ménages russes et une exportation diversifiée, ce qui l'aurait rendu moins dépendant du prix du barril et des sanctions internationales.
Disons que le pétrole l'a personnellement enrichi, ainsi que son entourage, mais ca n'a pas ruisselé sur l'ensemble de la population. Les riches achètent des montres suisses, des voitures allemandes et des sacs à main français, et placent leur argent là ou il rapporte et est à l'abri des caprices du dictateur, c'est à dire partout sauf à Poutinland.

Il a cru que se mêler à la coalition en Syrie lui permettrait de lever les sanctions pour ses actions malfaisantes qui continuent en Ukraine... Non seulement c'est raté, mais en plus ces campagnes massives lui coutent cher. Ça commence à ressembler à un Afghanistan bis.
a écrit le 29/12/2015 à 17:22 :
Baisse du pétrole, sanctions occidentales sont 2 facteurs qui vont amener les autorités russes à réorganiser leur économie afin qù elle soit plus indépendante de l Occident et du pétrole. Ce virage mettra du temps à porter ses fruits. Le partenariat avec la Chine semble bien fonctionner. La Chine a les moyens d investir en Russie qui possède des richesses immenses. Il est peu probable que la Russie tombe sous la dépendance de l Occident, même après Poutine. L expérience d un B. Eltsine à laissé beaucoup d amertume chez les russes qui ont souffert dans leur fierté.
Réponse de le 29/12/2015 à 19:00 :
Russie-Chine, volumes des échanges:
Prévisions 2015: 100 Mrd$.
Prévisions 2020: 200 Mrd$.
Réalité 2014: 88 Mrd$.
Prévision 2015: - de 65 Mrd$.
Réponse de le 29/12/2015 à 19:15 :
@Oxy: Le partenariat avec la Chine passe plutôt mal, car les Chinois sont très prudents dans les relations avec ceux qui ont un comportement stupide et inadéquate.
>>>Il est peu probable que la Russie tombe sous la dépendance de l Occident, même après Poutine.
Elle est déjà sous la dépendance occidentale dans une grande partdes domaines d'économie et de technologie. De plus une grande part de l'élite russe a ses familles et ses capitaux en Occident. Malheureusement il est fort probable qu'elle sortira encore plus dépendante.
a écrit le 29/12/2015 à 14:09 :
Ci-dessus se trouve un article totalement stupide, j'emploie rarement ce qualificatif, d'une ignorance économique totale. La Russie bien au contraire est le grand gagnant relatif de la baisse du pétrole qui ravive son économie. Le pays inflige une véritable punition aux européïstes comme le soulignent d'autres articles sur ce fil. Les prochains développements le montreront aisément.
Réponse de le 29/12/2015 à 18:38 :
C'est du seconde degré, j'espère ? En quoi la Russie est gagnante de la baisse de pétrole? L'économie ravivée avec - 5% du PIB, l'inflation réelle de l'ordre de dizaines pourcents, la baisse de rouble par rapport aux devises principales de >2 fois depuis 2014, c'est fort. Et l'histoire de cette chute est loin d'être terminée.
Réponse de le 29/12/2015 à 19:20 :
European Business Association (EBA ou AEB)
Marché auto russe:
"Les ventes de voitures neuves ont chuté de 42,7% en novembre sur un an"
Pour votre culture perso:
"European Business Association (EBA) est une association à but non lucratif crée en 1995, à l’initiative de plusieurs entreprises européennes présentes en Russie, par les ambassadeurs des pays membres de l’Union européenne et par le Chef de Délégation de la Commission européenne en Russie. Les membres de l’EBA sont des entreprises et entrepreneurs indépendants des pays membres de l’Union européenne et de l’Association européenne de libre-échange ayant des affaires en Russie ou avec la Russie. "
---
Plouf! La Bérézina!
a écrit le 29/12/2015 à 13:37 :
D'autre côté il faut remarquer que la baisse relative du rouble est assez typique pour la fin de l'année pour plusieurs raisons (payments d'importation, de dettes extérieures etc.)
a écrit le 29/12/2015 à 13:34 :
La crise a commencé de facto en 2013 par l'épuisement du modèle économique basé sur l'argent pétrolière. Il faut rajouter cela aux facteurs orientées à la baisse. Pour la reprise en Russie, elle est possible uniquement si le pétrole monte, ce qui est pas trop probable. A moyen terme il faut attendre une baisse des volumes d'exportation du pétrole et surtout du gaz.
a écrit le 29/12/2015 à 12:18 :
1) le rouble n'est ni une monnaie internationale, ni une monnaie refuge. Ces assauts répétés sur le rouble sont donc ochestrés par les US, car la Russie possède d'énormes ressources naturelles qui ne justifient pas cette dépréciation du rouble. 2) les sanctions seront sans doute bénéfiques à la Russie à plus long terme, car elles obligent à une restructuration complète de l'économie russe qui sera ainsi moins dépendante des importations payées en pétrodollars.
Réponse de le 29/12/2015 à 13:27 :
@Patrickb: 1. Faux. Cette baisse est logique (conjoncture économique et politique) et relativement lente. Il n'y a pas eu des attaques spéculatives sérieuses étrangères contre le rouble depuis le début de cette crise. C'est l'œuvre des structures locaux, de la fuite des capitaux et des inactions de la Banque Centrale (il n'est pas par hasard que sa présidente a été reconnue comme meilleur banquier central :)). 2. Oui, à condition que A. elle sortira entière de cette crise, B. le pouvoir ne soit pas remplacé par quelque chose encore plus compradore.
Réponse de le 29/12/2015 à 15:23 :
@Ex-moscovite: 1) tu connais des économies occidentales qui ont le vent en poupe ? De surcroit, la plupart des pays d'Europe n'ont pas de ressources naturelles. Si on s'en tenait donc à ta logique, l'euro ne vaudrait quasiment rien :-) Mais, c'est aussi la politique qui détermine le cours des monnaies. 2) A. Pas besoin d'être devin pour savoir que Poutine n'est pas éternel. Quand un pays a les ressources de la Russie, on peut même se payer un nul comme Hollande pour gérer le pays. B. Je suis un éternel optimiste et je ne crois pas que la Russie fera marche arrière pour revenir au communisme. Le fait est qu'étant donné la superficie du pays, la Russie a toujours eu et continuera d'avoir un homme à poigne si elle veut rester soudée. Le rêve américain étant bien entendu de semer la zizanie pour mieux régner. On voit bien ce que cette politique a donné en Europe, on reçoit les orders directement de Washington et on exécute, même si ces ordres ne sont pas dans notre meilleur intérêt :-)
Réponse de le 29/12/2015 à 19:28 :
@Patrickb: 1A. Je connais les économies des pays européens qui vont beaucoup mieux que celle de la Russie (toutes). En Europe et globalement dans le monde Occidental, le modèle de croissance actuel est aussi épuisé, c’est tout à fait vrai. Juste leurs économies sont moins primitives que celle de la Russie. B. Les pays de l'Europe ont des moyens d'acheter les matières premières, au cas échéant détruire les gouvernements des tiers pays qui refusent de les vendre. C. L'économie de l'Europe dépend beaucoup moins des cours des matières premières pour des raisons évidentes.
2A. Il pourra être bien moins éternel que prévu ou il restera pout plus longtemps, mais la Russie va exécuter des ordres externes encore mieux. Sans être fan de M. Hollande, je constate sèchement qu’il est bien meilleur que M. Poutine dans plusieurs aspects. B. De certains points de vue le retour du socialisme (le communisme n’a été officiellement atteint à l’URSS) sera un grand pas en avant pour la Russie. C. Vous surestimez un peu la dépendance des élites européennes et très largement sous-estimez l’indépendance des élites russes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :