Les trois principaux indices de Wall Street terminent à un niveau record, une première depuis 17 ans

 |   |  448  mots
Un trader travaille dans la salle principale du New York Stock Exchange, le 31 juillet 2016.
Un trader travaille dans la salle principale du New York Stock Exchange, le 31 juillet 2016. (Crédits : REUTERS/Lucas Jackson)
Stimulés par le pétrole et les résultats dans le secteur de la distribution, le Dow Jones, le Nasdaq et l'indice élargi S&P ont terminé à un niveau record à l'issue d'une même séance jeudi pour la première fois depuis 1999.

Wall Street a clôturé en hausse jeudi, à un niveau sans précédent : le Dow Jones a gagné 0,64% et le Nasdaq 0,46%. Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 117,86 points à 18.613,52 points et le Nasdaq, à dominante technologique 23,81 points à 5.228,40 points. L'indice élargi S&P 500 a pris 10,30 points, soit 0,47%, à 2.185,79 points. C'est tout simplement la première fois depuis 17 ans que les trois principaux indices de Wall Street atteignent un record à l'issue d'une même séance.

"Tout est lié au pétrole aujourd'hui et bien sûr aux résultats dans le secteur de la distribution", a indiqué Peter Cardillo, économiste en chef de First Standard Financial Compagny. "La fermeté du pétrole a aidé le marché parce que de nombreux investisseurs étaient inquiets de l'impact de la faiblesse du pétrole sur les entreprises du secteur de l'énergie ainsi que sur les économies émergentes qui dépendent largement des cours des matières premières", a indiqué Alan Skrainka de BMO Private Bank.

Baisse des rendements des emprunts obligataires en Europe et au Japon

Les cours du pétrole ont rebondi jeudi, prenant presque 2 dollars. Des propos de l'Arabie saoudite ont relancé les espoirs de mesures de stabilisation de l'offre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et un rapport de l'Agence internationale de l'Energie (AIE), bras énergétique de l'OCDE, a assuré que le marché de l'or noir se rééquilibrerait bien d'ici l'an prochain.

Cette hausse exceptionnelle s'explique également par la baisse des rendements des emprunts obligataires en Europe et au Japon - depuis l'annonce notamment des mesure de la Banque du Japon et de la Banque d'Angleterre -  poussant les investisseurs à se tourner vers le marché américain.

Effet positif de la baisse des inscriptions au chômage

Autre raison, "plusieurs entreprises de la distribution ont publié cette semaine des résultats meilleurs qu'annoncé et c'est un bon signe car cela montre que les consommateurs continuent à dépenser", a ajouté Peter Cardillo. Parmi les entreprises de ce secteur dépassant les attentes des analystes, le groupe Kohl's et le géant chinois du commerce en ligne Alibaba ont vu leurs titres progresser fortement, pendant que Macy's s'envolait grâce à l'annonce de mesures d'économies.

La légère baisse des inscriptions au chômage, malgré des chiffres légèrement moins bons qu'attendu, a soutenu cette tendance à la hausse. "Les inscriptions au chômage sont proches de leur plus bas historique, en tenant compte de la croissance de la population, et cela montre que les entreprises restent fondamentalement positives quant à l'état de l'économie", ont indiqué les analystes de Pantheon dans une note.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2016 à 12:22 :
Se réjouir de ces performances c'est ne pas voir venir ce qui vient.
Il y a certes encore de nombreux petits porteurs à tondre....
Ceux qui auront la chance de retirer leurs billes avant l'effondrement pourront se réjouir, mais seulement à ce momentum.
Réponse de le 13/08/2016 à 17:12 :
Les petits porteurs, les retraités et autres pigeons se sont déjà fait tondre en 2008. C'est pour cela que l'économie stagne depuis car c'était cette catégorie de personnes qui consommait le plus. Mais tout va bien puisque c'est la bourse qui le dit... C'est le fisc qui va prendre le relais maintenant pour raser ce qui reste.
a écrit le 12/08/2016 à 9:16 :
Ouais bon enfin le pétrole était à 50 dollars le brent il y a quelques jours, je pense plutôt que ce sont les intérêts nuls ou négatifs qui obligent les spéculateurs à faire bouger l'argent qui y est pour quelque chose.

Si la finance avait des raisons solides d'exister ça fait longtemps que nous le saurions, essayer de justifier ses actions qui sont bien souvent convulsives est particulièrement hasardeux.

ET puis bon la bourse c'est un casino qui n'influe pas sur l'économie réelle au contraire même en général quand elle va bien c'est là que nous devons nous inquiéter.

Il serait temps d'analyser ces mouvements financiers sur le long terme cela nous économiserait ces articles enthousiastes qui dès le lendemain sont de suite oubliés car démenties par les faits.

L’ennemi de l'économie, de l'humanité et de la planète c'est la finance, voilà ce qui découle de ces 30 dernières années d'activité financière.

"Triomphe de l’oligarchie" https://www.monde-diplomatique.fr/2010/06/A/19241

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :