Ce qu’il faut savoir quand on immigre au Québec

 |   |  1239  mots
«Si tout va bien, obtenir le droit de vivre au Québec peut prendre un an»
«Si tout va bien, obtenir le droit de vivre au Québec peut prendre un an» (Crédits : Reuters)
Une expérience positive et une intégration réussie au Québec sont avant tout question d’attitude adéquate et de modération de son niveau d’attentes, d’autant plus que la Belle Province fait rêver.

La carte postale est belle : avec ses contrées immenses et sauvages, sa qualité et son niveau de vie, son assez faible taux de chômage (en juin 2015 : 6,8% au global, 8% au Québec), le Canada, et plus spécifiquement le Québec, n'en finit pas d'attirer les Français. C'est même de rêve qu'il s'agit, avec son cortège d'attentes... et de déceptions potentielles. Sandrine Théard, fondatrice de La Source Humaine, cabinet de conseil en recrutement, s'étonne de voir des Français « débarquer sans jamais être venus au pays, avec une espèce de pensée magique qui fera que tout se passera bien et se déroulera comme ils l'ont imaginé ». Pour cette Rennaise qui a immigré il y a vingt ans au Québec, une expérience canadienne réussie est avant tout question d'attitude adéquate et de modération de son niveau d'attentes.

Compter deux ans pour retrouver un équilibre

Le parcours des personnes qui s'y installent provisoirement dans le cadre d'une mobilité internationale au sein d'un grand groupe est généralement bien balisé ; nos conseils s'adressent plus aux autres catégories de personnes qui veulent vivre et travailler dans la Belle Province.

Le jeune qui part dans le cadre d'un job étudiant ou d'un PVT (Programme Vacances Travail) et décide de rester ou la personne qui suit son conjoint sont des exemples parmi d'autres. Le premier tente, de visa en visa, de faire son chemin vers un statut plus définitif et doit être prêt à vivre la précarité. « Il lui faut bien connaître les délais de chaque visa, le nombre de fois maximal qu'on peut candidater et savoir quel critère favorisera l'acceptation de la prochaine étape : l'expérience par exemple », conseille Caroline Coulombe, professeure à l'ESG-UQAM.

La seconde est parrainée pendant trois ans par son conjoint, que le couple fonctionne ou non.

 « Si tout va bien, obtenir le droit de vivre au Québec peut prendre un an ; quelque mois après, on peut obtenir celui de travailler et une résidence permanente. Patience et implication sociale sont de mise pour traverser cette étape de déracinement », ajoute-t-elle.

Comptez deux ans pour retrouver un équilibre après avoir fait les ajustements nécessaires entre vos attentes et la réalité d'un pays à deux saisons où l'hiver - et quel hiver ! - dure six mois.

Le piège de la francophonie

Les Français tendent à penser que la francophonie fait tomber les barrières. Elle fait plutôt tomber dans le piège d'une pseudo-proximité avec de soi-disant cousins. On croit arriver en terrain conquis or, l'Histoire ayant laissé des traces, les rapports franco-québécois sont ambigus. Pour les faciliter, soyez simple, respectueux et renoncez à affirmer votre opinion, de ce côté-ci de l'Atlantique, on privilégie le compromis.

On est par ailleurs en pays nord-américain et bilingue, un bon niveau d'Anglais est requis.

« En Amérique du Nord, les gens sont plus matérialistes, plus pragmatiques qu'en France, les relations de travail, très directes, peuvent paraître abruptes pour un Français », observe Michel Laviolette, enseignant chercheur chez Novancia.

Il vient de passer un an au Canada. Directs, les Québécois n'en sont pas moins accessibles et affables. Gare à vous !, le tutoiement facile n'est pas une incitation à la familiarité et si par amour du folklore vous vous mettez à « sacrer » (jurer), ça ne passera pas aussi bien que vous le croyez : « C'est insultant et ce n'est pas drôle », prévient Caroline Coulombe.

Le Québécois mérite sa réputation de personne très accueillante, mais sa courtoisie joue des tours en entretien de recrutement :

 « Contrairement à beaucoup de recruteurs français, le recruteur québécois ne cherche pas à déstabiliser le candidat, comme ça se passe bien, le candidat est persuadé qu'il va avoir le job au bout d'un seul entretien, mais non, il est donc déçu s'il oublie que le Québécois est comme ça dans la vie en général. » explique Sandrine Théard

Beaucoup de cadre dans le travail mais une notion plus libre du travail

Pas de place pour l'improvisation dans les relations d'affaire et le quotidien de travail, cadré, formalisé, avec cependant plus de souplesse relationnelle et moins de compétition qu'aux États-Unis.

 « Le partage du travail par exemple est formalisé par écrit et on se réfère à cet écrit », note Michael Laviolette.

Les retards en réunion ne sont pas tolérés, les journées commencent à 8h00 et finissent généralement à 17h00, la pause déjeuner d'une heure n'est pas totalement utilisée, on n'hésite pas à prévoir un rendez-vous à 13h00.

Ce formalisme ne s'embarrasse pourtant pas de contrat de travail à la française : on parle de lettre d'embauche, on peut même s'en passer et c'est alors le bulletin de salaire qui fait foi.

« Une mission de travail temporaire qui ressemblerait à notre CDD français peut être renouvelée à l'infini, ou on peut être mis dehors du jour au lendemain, personne ne s'en offusque. On compte sur ses propres fesses mais on fait aussi ce qu'on veut et c'est ça qui est bien ! », lance, franco, Sandrine Théard.

Venez donc sans Code du Travail, cela allègera vos bagages, votre état d'esprit et simplifiera vos relations professionnelles.

L'époque de la préférence française est révolue

« On est dans un marché du travail plus flexible où il est assez facile de trouver des petits boulots - ils font partie de la culture et sont donc bien perçus -, la mobilité professionnelle est plus simple », constate Michael Laviolette.

Mais l'Eldorado de l'emploi n'existe pas plus au Canada qu'ailleurs. Le pays, et plus particulièrement le Québec, est ouvert aux forces vives étrangères mais les Français n'en sont que parmi d'autres.

« L'étranger, y compris français, doit comprendre qu'à compétences égales, il y a aujourd'hui une préférence nationale, d'autant plus que le marché s'est légèrement inversé récemment au Québec », poursuit Sandrine Théard.

Il faut aussi différencier le Français qu'on va chercher pour pallier une pénurie de profils (principalement informaticiens et soudeurs) et celui qui vient chercher un job parfois la fleur au fusil et sans parler un mot d'Anglais.

Par ailleurs, la reconnaissance des diplômes est un obstacle pour certains profils, du fait de l'existence d'ordres des métiers pour de nombreuses professions (infirmier, chimiste, ingénieur, enseignant, électricien, conseil RH...).

 « Obtenir une équivalence peut-être compliqué, notamment pour les ingénieurs, il faut donc bien se renseigner avant de partir et savoir ce que suppose l'obtention de cette équivalence », complète notre interlocutrice.

Quand on a un statut social en France, il faut aussi avoir conscience qu'on ne retrouvera pas immédiatement le même au Québec. « L'humilité n'est pas la qualité première des Français, il faut pourtant accepter l'idée d'un petit pas en arrière pour vite grimper ensuite », recommande-t-elle. Enfin, les sièges sociaux des plus grandes entreprises sont généralement implantés à Toronto (Ontario), le marché québécois est donc un marché étroit pour les postes à responsabilité dans les fonctions stratégiques et les fonctions supports (Finance, Marketing...)

>> Pour aller plus loin, retrouvez toutes nos offres d'emploi

- - -

Boostez votre carrière

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2016 à 4:15 :
Unilingue francophone immigrer et vivre au Québec en 2016 et plus. Immigrer au Canada dans la Province de Québec, c est immigrer en Amérique du Nord un continent magnifique. L Amérique du nord est de culture anglo-saxonne avec une prépondérance au protestantisme. Les catholiques sont en minorité en Amérique du Nord sauf dans la Province de Québec. La langue de l Amérique du Nord (USA et le Canada (sauf le Québec est l anglais reste la langue de la réussite de votre carrière. Si vous avez visité, vécu et aimé votre expérience un peu en Allemagne et en Angleterre, votre adaptation en Amérique du Nord capitaliste à l extrême, sera plus facile pour vous. N essayez pas de comparer les avantages sociaux offerts dans les pays d Europe, surtout avec ceux de l Amérique du Nord en général. Cependant les chances de réussite de carrière sont plus grandes chez les anglophones (anglo-saxons) que dans la province de Québec francophone. Donc avant de quitter votre pays apprenez le mieux que vous pourrez la langue anglaise, ce sera très bénéfique pour vous en arrivant en Amérique du Nord. Le Québec est une minuscule région en Amérique du Nord avec environs sept millions et demi de population. Le Québec est assez particulier sur ce continent. Ancienne colonie anglaise, l animosité entre anglophones du Canada et francophone du Québec est tres présente dans tous les secteurs de la société canadienne. Une partie de la société québécoise désire quitter la Canada et établir un pays indépendant francophone. Depuis très longtemps surtout depuis les années 20 plusieurs tentatives pacifiques par des élections libres ont échouée. Le Québec Province francophone avec une importante présence anglophone jusqu’ a ce jour, continu a l idée d Independence du Canada. Le Québec s est développé économiquement beaucoup moins bien que le reste du Canada anglophone. A cause de préjugés religieux surtout, et ethniques beaucoup de québécois francophone n’acceptent pas facilement les immigrés de quelque pays que ce soit. Beaucoup d’immigrés de couleurs sont très mal acceptés. Les échecs des immigrés au Québec sont plus importants que la réussite. Dans les offres d emplois on exige la connaissance du français mais pour les emplois de cadres supérieurs, le bilinguisme est exigé sauf dans l administration publique. Une carrière importante dans le secteur de l’économie privée exige la connaissance de l anglais à la perfection. La difficulté de recherche d emploi d unilingue francophone est assez importante.. Beaucoup d immigrants quittent le Québec pour s installer aux USA ou dans le reste du Canada, après quatre ou cinq années d expérience québécoise. Les relations personnelles avec des québécois de souche (québécois nés de parents francophones, établis au Québec, depuis plusieurs générations) sont souvent très compliquées. . On envie et jalouse très vite les immigrants qui parlent un français de France. Les avantages matériels que le Québec offre, sont similaires au reste du Canada (trouver un logement, achat d automobile, écoles). Sur le plan social il existe une différence entre les textes gouvernementaux écrits et la pratique surtout dans le domaine médicale. Une grande partie de la population du Québec n’a pas de médecin de famille, et en cas de maladie elle s adresse directement aux urgences des hôpitaux. L attente dans ces urgences pour consulter un médecin peut s établir entre 3 heures a 24 d attente. Pour consulter un spécialiste l attente peut aller jusqu’ a trois mois. Les médicaments sont payants aucun de gratuit. Il faut payer de sa poche au total les soins dentaires, et il n ya pas de dentiste d urgences la nuit.

Le traitement dans les centres de personnes âgées est catastrophique actuellement. La vieillesse au Québec est un drame national. Beaucoup d immigrants européens abandonnent l idée de vivre au Québec a cause des toutes ces raisons sociales mais également l échec professionnel.
Le bruit des voisins dans les appartements peut être très désagréable, car si on appelle la police, elle ne se dérange pas du tout ou arrive plusieurs heures après que la plainte a été déposée. Plusieurs postes de police ferment vers 19 heures le soir. Cependant les services d urgences fonctionnent 24/24. Pour des raisons surtout sociales, et de climat, beaucoup d immigrants d Europe surtout, retournent dans leu pays natal après voir passe quatre ou cinq ans au Québec.
a écrit le 31/05/2016 à 21:43 :
La Tribune ou valeurs Actuelles..........même "objectivité" !!!!!!!!!!!
a écrit le 20/01/2016 à 14:27 :
Je suis globalement d'accord avec ce qui est dit dans cet article. Il faudrait juste rajouter un point qui me semble important : la santé au Quebec. Il y a un manque crucial de médecins que l'on appelle ici médecins de famille. Parfois on attend 3 semaines avant de pouvoir obtenir un RV. On attend jusqu'à 55 heures (!) dans les urgences des hôpitaux. On ne choisit pas son chirurgien, on attend à côté de son téléphone que l'on vous appelle pour être opéré et gare à vous si vous ne répondez pas à l'appel, vous attendrez encore 6 mois de plus même pour une opération cardiaque. Ca demande 18 mois pour voir un gynécologue, idem pour un orl et tout est à l'avenant. Si vous avez les moyens, vous irez vous faire soigner aux États Unis ou en médecine privée (Entre 200 et 1000 $ la consultation). Sinon, vous ferez comme bcp de français, vous prendrez l'avion et viendrez vous faire soigner en France. La médecine au QC est une véritable catastrophe et de mauvaise qualité, bcp d'erreurs médicales sans parler des trips de pouvoir de la part des médecins. Vous pouvez vérifiez en tapant sur Google "pénurie de medecins au Quebec". C'est affligeant pour un pays riche.
a écrit le 20/01/2016 à 14:25 :
Je suis globalement d'accord avec ce qui est dit dans cet article. Il faudrait juste rajouter un point qui me semble important : la santé au Quebec. Il y a un manque crucial de médecins que l'on appelle ici médecins de famille. Parfois on attend 3 semaines avant de pouvoir obtenir un RV. On attend jusqu'à 55 heures (!) dans les urgences des hôpitaux. On ne choisit pas son chirurgien, on attend à côté de son téléphone que l'on vous appelle pour être opéré et gare à vous si vous ne répondez pas à l'appel, vous attendrez encore 6 mois de plus même pour une opération cardiaque. Ca demande 18 mois pour voir un gynécologue, idem pour un orl et tout est à l'avenant. Si vous avez les moyens, vous irez vous faire soigner aux États Unis ou en médecine privée (Entre 200 et 1000 $ la consultation). Sinon, vous ferez comme bcp de français, vous prendrez l'avion et viendrez vous faire soigner en France. La médecine au QC est une véritable catastrophe et de mauvaise qualité, bcp d'erreurs médicales sans parler des trips de pouvoir de la part des médecins. Vous pouvez vérifiez en tapant sur Google "pénurie de medecins au Quebec". C'est affligeant pour un pays riche.
a écrit le 13/01/2016 à 17:24 :
http://www.minibulles.ca/week-end/ville/les-bons-plans-pour-sinstaller-a-montreal/
a écrit le 28/11/2015 à 20:52 :
Accent de vérité indéniable… juste un léger bémol : si les bobos en veine d’exil ont tout intérêt à méditer cette leçon, les traits supposés du tempérament québécois valent pour nombre de provinces françaises, où l’arrogance, notamment parisienne, est tout aussi – et à juste titre – mal supportée. Mais qui ignore qu’arrogance rime aussi volontiers avec incompétence qu’humilité avec capacité ?
Réponse de le 01/01/2016 à 15:17 :
Parisien je n'ai aucune arrogance envers quiconque.
vous savez sans doute que l'écrasante majorité des "parisiens" est composée de provinciaux, d'enfants de provinciaux ou d'étrangers .les veritables parisiens depuis plusieurs genérations sont trés rares.
si il y a arrogance elle est française et non parisienne.
ces provinciaux immigrés à paris vivent parfois tres mal "l'arrogance" de leurs ex voisins provinciaux qui les denigrent systématiquement et croient chacun en se qui les concernent vivre dans le plus bel endroit de france.
conclusion :tous arrogants et nous devons progresser.
a écrit le 18/09/2015 à 12:34 :
Je reprends mon commentaire du 14 courant où une faute de frappe s'est glissée : ce n'est pas en 1979 que j'avais immigré au Québec mais en 1970.
a écrit le 14/09/2015 à 13:16 :
Oui, ce reportage est parfaitement exact. En 1979 j'avais immigré au Canada (à Montréal très exactement) mais après avoir passé l'été précédent sur place, chez des amis, afin de m'imbiber de l'atmosphère. Il est très réaliste de considérer que, si nous sommes "français de France" ce n'est sûrement pas un avantage et être arrogant avec notre "bon français" ou encore nos "connaissances historiques" etc... est terriblement mal perçu. Les Québécois sont des gens adorables, simples et ouverts mais terriblement lucides, grand sens pratique et très réactifs en affaire : là c'est leur côté "américain", l'affaire se fait "tout de suite" ou ne se fera pas. Ils aiment l'ordre, la ponctualité, la sincérité directe et je dois dire que tout ceci me convenait très bien et que j'ai su m'adapter automatiquement et m'y faire beaucoup d'amis et belles relations. Ces années là comptent parmi les plus belles de ma vie ! Suis revenue en France par obligation familiale et je regrette encore de ne plus y être...
Réponse de le 18/09/2015 à 11:19 :
exact
a écrit le 18/08/2015 à 8:14 :
Description assez exacte. Une nuance à comprendre ? Même si le français est
la langue la plus utilisée au Québec, SA COMPRÉHENSION DIFFÈRE QQ PEU du français "dit" de France ? Ceci est TRÈS difficile à comprendre et plus encore à admettre ? Il rends l'intégration COMPLÈTE .... presque impossible ? Ceci dit, cela n'empêche ABSOLUMENT PAS de se bâtir une vie des plus agréable et confortable ?
C'est juste que ...ça pourrait vous éviter des désillusions à répétition ? Ah ! oui ?
AUSSI ? LES FEMMES SONT REINES ? ELLES SAVENT TOUT ? SUR TOUT ?
PARTOUT ? EN TOUT ? Vous avez compris ça ? Vous êtes québécois ! Chanceux !!!
a écrit le 16/08/2015 à 17:28 :
Bonjour je suis guigui Noël de la côte d ivoire coiffeur dame prof je mer esece mon travail au Canada pour me faire connaître dan la mode le Canada se mon rêve
a écrit le 12/08/2015 à 7:48 :
Portrait assez fidèle de la réalité ici.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :