Ouvrir une franchise de chocolaterie

 |   |  891  mots
Aimer le chocolat : une bonne raison d'ouvrir une franchise
Aimer le chocolat : une bonne raison d'ouvrir une franchise (Crédits : La Tribune)
Vous souhaitez vous mettre à votre compte dans un secteur porteur, qui plus est festif ? Le chocolat (et ses multiples déclinaisons) pourrait bien répondre à vos souhaits. En proposant des boutiques à la fois uniques et pourtant intégrées au sein d’un réseau, la franchise constitue le meilleur rempart face à la grande distribution. De plus, opter pour une franchise divise par deux les risques d’échecs les premières années, comme le démontrent les études de la Fff, pour la bonne et simple raison qu’il s’agit d’une duplication d’un modèle qui a déjà fait ses preuves.

Ouvrir une chocolaterie en franchise : les points essentiels

Rejoindre un concept de chocolaterie recèle de nombreux avantages pour les entrepreneurs, parmi lesquels un accès direct à une forte notoriété (certaines marques ont plus de 100 ans), un savoir faire et une assistance. Cela est d'autant plus important pour les métiers de bouche comme ceux du chocolat, qui nécessitent à la fois des éléments techniques et des produits de qualité à prix raisonnables. Opter pour une création d'entreprise en réseau permet au franchisé d'avoir une boutique clé en main où il n'a que la partie vente à gérer, tous les postes touchant au marketing et à la publicité nationale étant pris en charge par la maison mère. En se concentrant sur le service aux clients, le commerçant peut fidéliser les personnes entrant dans son magasin, ce qui au final provoque une hausse des résultats et du chiffre d'affaires.

On ne le répétera jamais assez, mais ce qui compte avant tout si vous souhaitez vous lancer sur le marché du chocolat en franchise  c'est aimer le produit lui-même. En effet, on ne vend bien que ce qu'on aime. Cela est d'autant plus important pour le métier qui nous occupe ici qu'il requiert une présence de tous les instants. En effet, il n'y a aucune journée de fermeture pour les chocolatiers, ce sont même durant les jours fériés et les dimanches que les magasins réalisent leurs plus belles performances. Sans compter la période de Noël et de Pâques où il s'agit de mettre les bouchées doubles pour répondre à la demande (des embauches temporaires sont à prévoir).
Autre point essentiel, avoir une réelle fibre pour l'entrepreneuriat. Car qui dit franchise dit autonomie et indépendance. C'est en effet vous qui êtes amené, à vous occuper de trouver le local et à le payer, à gérer les comptes de votre magasin mais également à superviser les embauches des employés, les rendez-vous avec les banques... Il faut donc être travailleur en gardant à l'esprit qu'on a la satisfaction de récolter le fruit de son labeur in fine.
Une fois son choix fait, il faut bien se renseigner en se rendant sur des salons ou des sites dédiés à la franchise, mais aussi en allant à la rencontre de franchisés déjà en activité, qui seront les mieux placés pour partager leur expérience.
Il faut alors opter pour la marque correspondant le mieux à ses goûts : certaines se déploient en centre ville, d'autres en centres commerciaux, d'autres encore proposent des emplacements de périphérie en grande surface. La question du local est en tout état de cause centrale et de nombreux réseaux proposent d'ailleurs des boutiques à reprendre telles quelles, suite au départ de leur exploitant (pour des raisons professionnelles ou personnelles, comme la retraite...).

Les avantages de la franchise

Nous l'avons vu, choisir une franchise permet de sécuriser sa création d'entreprise au maximum. Cela est d'autant plus important dans un secteur comme la chocolaterie, où la concurrence fait rage. En effet, les points de vente proposant ce type de concept sont légion et il est bien difficile pour un indépendant de rivaliser avec la force de frappe d'un réseau bien installé, bénéficiant d'une notoriété et de prix très compétitifs sur la matière première.
A noter qu'afin d'étaler l'activité sur l'ensemble de l'année et ainsi réduire les pics de consommation constatés à Noël et à Pâques, les opérations commerciales se succèdent tout au long de l'année désormais à l'initiative des franchiseurs, avec des collections Halloween, des ballotins dédiés à la fête des mères ou des grands-mères ou encore des assortiments spéciaux pour la Saint-Valentin.
Se mettre à la tête de son magasin de chocolat nécessite des fonds et l'apport personnel demandé démarre à 50 000 € pour des concepts de taille relativement modeste. Un apport qu'on complètera par un emprunt auprès d'établissements bancaires, généralement rassurés par les demandes de candidats à la franchise, par rapport à des créateurs indépendants ne bénéficiant pas du soutien d'une marque.

Quelles sont les marques qui se déploient en France ?

Les futurs franchisés peuvent choisir le concept qui leur correspond parmi des dizaines de marques, dont voici une petite sélection :

- De Neuville est une marque incontournable, qui se déploie en franchise depuis 1986. On compte plus de 150 boutiques en activité actuellement et deux concepts sont disponibles en franchise : la formule classique et une autre prévue pour la périphérie, répondant au nom de Marché au Chocolat.

- Réauté Chocolat propose un concept de magasins de chocolat de périphérie, les 250 mètres carré de surface permettant de présenter plus de 700 références à la clientèle dans des mises en scène soignées.

- Délices Lamarque est un concept de biscuiterie d'antan, où l'on trouve des bonbons des années 50 revisités, de l'épicerie fine et une sélection de chocolats plaisant à tous les goûts. 15 points de vente ont ouvert en cinq ans et le déploiement se poursuit partout en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :