La Tribune

Dette : forte détente du taux à 10 ans de la France à deux jours du scrutin

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
latribune.fr  |   -  299  mots
A deux jours du scrutin, la possible victoire, si l'on en croit les sondages, de François Hollande, n'inquiète visiblement pas les marchés. Le rendement de l'emprunt à 10 ans de la France connaissait vendredi en début d'après-midi une forte détente, pour tomber sous 2,80%, son plus bas niveau depuis deux mois.

Pas de spéculation éhontée sur la dette française à deux jours du verdict de l'élection présidentielle. Du moins pour l'instant. En tout cas, le rendement de l'emprunt à 10 ans de la France connaissait une forte détente vendredi en début d'après-midi, pour tomber sous 2,80%, son plus bas niveau depuis deux mois. Vers 14h, ce taux de référence, qui évolue en sens inverse de la demande, baissait à 2,786%, contre 2,901% jeudi à la clôture. Il n'avait plus connu de tels niveaux depuis début mars et se rapprochait désormais de son record en sept mois, autour de 2,75%.

Les marchés ont déjà anticipé la victoire éventuelle de François Hollande

La victoire éventuelle de François Hollande, anticipée par les marchés compte tenu des sondages qui le donnent gagnant, n'affecte donc pas le comportement des investisseurs, qui se précipitent sur la dette française. Cette tendance confirme la cote élevée dont bénéficient les obligations d'Etat française, après le succès la veille de la levée par Paris de plus de 7 milliards d'euros, qui s'est soldée par des taux en baisse.

Du coup, sur le marché obligataire, où s'échange la dette déjà émise, la France réduisait nettement l'écart avec l'Allemagne dont le taux à 10 ans montait à 1,618% (contre 1,611% jeudi). Le "spread" ou écart de taux entre les deux pays revenait ainsi à 1,17 point de pourcentage. D'autres pays de la zone euro profitaient d'une vague d'achats de leurs obligations de long terme sur le marché, au premier rang desquels l'Espagne et l'Italie, pourtant considérés à risque étant donné l'état de leur économie.

Le taux à 10 ans espagnol s'éloignait davantage encore du seuil critique des 6% et tombait à 5,626% (contre 5,760%). Le taux italien baissait à 5,370% (contre 5,488%).

Réagir

Commentaires

phil  a écrit le 05/05/2012 à 10:08 :

Les investisseurs misent sur une victoire de Sarkozy aux élections.Ils n'écoutent pas les sondages.

BienVu  a répondu le 08/05/2012 à 3:40:

Quelle clairvoyance, merci !

Alain  a écrit le 05/05/2012 à 0:03 :

C'est le calme avant la tempete

Hadrien  a écrit le 04/05/2012 à 16:06 :

Les investisseurs ne sont donc pas si inquièts que ça.... Quelques uns auraient-ils tenté de nous faire peur à propos de rien ?

Agauche toute  a répondu le 04/05/2012 à 16:17:

Sarkozy ne sait que manier une chose pour gagner : le terrorisme intellectuel, le sophisme et le mensonge. Mais Pinnochio va prendre sa retraite dans 48 heures, et personne ne le regrettera !

Bastien  a répondu le 04/05/2012 à 17:41:

Hum, plutôt que regarder le doigt, regardez plutôt ce qu'il montre. Déjà, prenez conscience qu'en dépit de la victoire de Hollande, vous n'allez pas voter pour un homme mais contre un autre, ce qui fait toute la différence puisqu'il n'aura pas l'adhésion du peuple français. Ensuite, s'agissant du fond de cet article, il est évident qu'avec l'argent de vos impôts et celui de l'avenir de vos enfants prêté aux banques à 1 % par la BCE, celles-ci font un jeu de compte à très bon marché en prenant de l'obligation souveraine française à plus de 2 %, empochant la différence. Si l'on me donne de l'argent à zéro pourcent, quel que soit le taux auquel je le prête, je suis gagnant. Donc, en l'état, nous nous faisons voler.

rom  a répondu le 06/05/2012 à 10:14:

remarque pertinante mais cela fait déjà pas mal de tps que ces liquiditées ont étées injectées par la BCE....

A GAUCHE TOUTE  a écrit le 04/05/2012 à 15:51 :

Ce qui prouve que seul François Hollande pourra rétablir la confiance et donc la croissance. Le nain de l'Elysée, de par sa politique anxiogène, ne pouvait qu'empirer la crise. En un mot, bon débarras Sarko. Personne ne te regrettera de par ton incompétence notoire !

Onze  a répondu le 04/05/2012 à 16:13:

Remarque: si la taille est votre critère, le "nain de l'Elysée" est plus grand que le nabot du PS.

Bastien  a répondu le 04/05/2012 à 17:42:

S'il y a bien une personne opposée à la censure, c'est moi. Mais qualifier un président de la République de nain de l'Elysée me semble être une injure qui n'aurait pas dû être publiée, en dépit de l'aversion que je porte pour l'homme en question. J'aimerais que les modérateurs retirent ce commentaire diffamant s'il vous plaît.

Alain  a répondu le 05/05/2012 à 0:08:

Si M. Sarkozy était un dictateur comme les gauchistes bons à rien le prétendant
vous seriez en prison pour injures et calomnies ridicules Je pense que le nain c'est vous dans votre tete

fab  a répondu le 05/05/2012 à 11:16:

c'est un nain intellectuel en tout cas
La droite "bonne gestionnaire" est un mythe:
La note de la France est abaissée.
2012 trim 1 OCDE : -0,2%. BdF: 0.
Déficit 2011 >100 milliards.
Depuis 2002, la Sécu est en déficit.
Depuis 2002, les critères de Maastricht ne sont pas respectés.
Depuis 2004, les échanges sont déficitaires.
Depuis 2002, la dette a doublé: 1700 milliards.
Depuis 1974, les 3/4 de la dette sont dus aux gouvernements de droite.

rom  a répondu le 06/05/2012 à 10:20:

il est facile d'oublier la crise quand ça arrange, mais de la resortir pour quand ça plait!