La Tribune

Crédit Agricole d'Ile-de-France affiche plus de 300 millions de bénéfices

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Séverine Sollier  |   -  557  mots
Le Crédit Agricole d'Ile- de-France la plus grosse caisse régionale du groupe Crédit Agricole fait "mieux que prévu en 2011".

Pour Pascal Célerier, le directeur général du Crédit Agricole d'Ile de France, les résultats de l'année 2011 ont été meilleurs que prévu. Si beaucoup d'incertitudes demeurent pour 2012 en particulier sur l'évolution du marché immobilier et de l'épargne, il estime qu'il ne faut "surement pas changer de stratégie".

Les crédits aux PME en hausse de 11%

Cette stratégie s'est en effet révèlée payante en 2011. La plus grande Caisse régionale du Crédit Agricole a enregistré  304 millions d'euros de résultat net (+ 3,8 % sur un an) part du groupe. L'encours global  de crédits est en hausse de 2,2% à 27,9 milliards d'euros tiré notamment par les encours de crédit à l'ahbitat qui passent le cap des 15 milliards d'euros (+ 9 %). La production de crédit aux PME a également le vent en poupe :  avec 68 millions de crédit réalisés (+11%) et une collecte dont l'encours atteint 1,7 milliard.

En revanche, l'encours des crédits aux grandes entreprises recule pour la troisième année de suite car elles priviligient l'autofinancement et les émissions sur les marchés obligataires plutôt que le crédit bancaire. Toutefois lle Crédit Agricole d'Ile-de-France (Cadif) a remporté plusieurs appels d'offres importants pour la gestion de flux d'entreprises comme le Printemps , Eram ou Radio France. Et elle a construit des solutions de financement pour des groupes comme Alain Afflelou, GrandVision, Antargaz, Ipsos ou Clarins.

Le crédit aux petites collectivités locales progresse

Si l'encours de crédit global aux collectivités locales augmente peu (2,785 milliards en 2011 contre 2,766 milliards d'euros en 2010), en revanche la part des crédit aux petites collectivités progresse proportionnellement plus vite. Ainsi, l'encours de crédit aux petites et moyennes collectivités est-il passé de 302 millions en 2010 (en hausse de 9,4% par rapport à 2009) à 336 millions d'euros en 2011, soit une hausse de 11,3%. Quant aux crédits pour le logement social, il ont augmenté de 40% en deux ans, pour s'établir à 731 millions d'euros en 2011.

Sur le marché des particuliers, l'assurance est "notre 2ème métier"

Le "deuxième métier" du Crédit Agricole est l'assurance selon Bertrand Chevallier, directeur général adjoint de la Cadif. Le seuil des 500.000 contrats d'assurance en stock a d'ailleurs été franchi l'an dernier : il y avait fin décembre 511 713 contrats d'assurance en portefeuille, soit une hausse de 5,5 %, dont environ 347 028 en prévoyance et 164 685 en assurance dommages.

Le coût du risque a fléchi 

La progression des crédits constatée aussi bien sur le marché des particuliers que celui des entreprises s'accompagne d'un réduction globale du coût du risque c'est à dire le volume des provisions pour faire face aux risques d'impayés.  Après un recul  en 2010, il a de nouveau fléchi de 15 % en 2011, à 50,6 millions d'euros. Le taux des encours douteux s'établit à 1,7 % contre 2 % un an plus tôt.

Les provisions dans quelques secteurs ont cependant été augmentées comme le transport maritime, la cimenterie et l'habitat. C'est l'immobilier qui semble inquièter le plus la banque car elle estime que le marché de la pierre est surévalué de 25 % à 35 %.

Les crédits à l'habitat vont baisser en 2012

Conséquence de la prudence conjuguée des acheteurs et de la banque en raison des prix élevés de l'immobilier, le Cadif prévoit une baisse des crédits à l'habitat de l'ordre de 20% en 2012.

Réagir