La néobanque Monzo lève 80 millions d'euros auprès de Stripe et Orange

 |   |  539  mots
Pas de frais de tenue de compte, notifications des dépenses en temps réel, virements gratuits et instantanés entre utilisateurs du service, Monzo se veut « une alternative à la banque du passé ».
Pas de frais de tenue de compte, notifications des dépenses en temps réel, virements gratuits et instantanés entre utilisateurs du service, Monzo se veut « une alternative à la banque du passé ». (Crédits : Monzo)
La startup de la Fintech britannique, qui a obtenu une licence bancaire en avril, revendique près de 500.000 utilisateurs. L'entreprise américaine de paiement en ligne Stripe entre au capital aux côtés de fonds dont celui de l'opérateur, Orange Digital Ventures, qui réinvestit.

C'est une startup qui a l'ambition de « construire une nouvelle sorte de banque », qui soit « aussi intelligente que votre smartphone. » Fondée en 2015, Monzo (son nom initial était Mondo), affirme que, « en réglant vos problèmes, en vous traitant équitablement et en étant totalement transparent, nous croyons que nous pouvons faire de meilleurs services bancaires ». Dotée depuis avril dernier d'une licence bancaire complète, Monzo Bank Limited a d'abord lancé une carte prépayée Mastercard puis testé un compte courant depuis juillet (au Royaume-Uni uniquement). Elle revendique désormais « près de 500.000 utilisateurs » (470.000) dont  20.000 ayant un compte courant selon TechCrunch.

La jeune pousse londonienne, fondée par Tom Blomfield, l'un des cofondateurs de la Fintech britannique spécialiste du prélèvement en ligne GoCardless, a annoncé, ce mardi une levée de fonds de 71 millions de livres (80 millions d'euros), le double de ses précédents tours de table cumulés. C'est plus que les 66 millions de livres levés en juillet par l'appli Revolut qui évolue du transfert de devises vers la néobanque et s'est lancée en France.

Parmi ses investisseurs, des fonds de capital-risque, comme celui de la Silicon Valley Goodwater Capital, l'associé de Sequoia capital, Michael Moritz à titre personnel, et plus étonnant, la jeune entreprise américaine Stripe, spécialiste des logiciels de paiement pour startups, l'une des Fintech les mieux valorisées dans le monde (plus de 9 milliards). Les investisseurs existants ont participé à ce nouveau tour de table, qui valoriserait Monzo à 280 millions de livres (318 millions d'euros), parmi lesquels Orange Digital Ventures, le fonds de corporate venture de l'opérateur télécoms français qui vient justement de lancer sa banque mobile, presque gratuite, en France.

Monzo Fintech fondateurs Blomfield Huckestein

[Les cofondateurs de la néobanque, Tom Blomfield, le directeur général, et Jonas Huckestein, le directeur technique. Crédits : Monzo]

> Lire aussi : Record d'Europe dans la Fintech : TransferWise lève 280 millions de dollars

"Une alternative à la banque du passé"

Pas de frais de tenue de compte, carte gratuite, pas d'agences mais une assistance 24/7 « de rang mondial »  en tchat intégré à l'appli et à grands renforts d'émojis, notifications des dépenses en temps réel et beaucoup de données pour les classer (nombre de visites au même café et ticket moyen payé), virements gratuits et instantanés entre utilisateurs du service, retraits gratuits à l'étranger (jusqu'à 200£ par mois), Monzo se veut « une alternative à la banque du passé » et prétend « régler des problèmes plutôt que vendre des produits financiers ».

Elle se rémunère sur le découvert et proposera d'autres services dans les mois à venir, notamment du prêt. L'entreprise, qui emploie un peu plus de 200 personnes dans le quartier branché de Shoreditch, espère être rentable d'ici à la fin de 2018 ou début 2019.

Le démarrage de Monzo s'est accompagné de pas mal de bugs, le fondateur a dû s'excuser fin octobre parce que ses utilisateurs n'arrivaient plus à payer avec leur carte à plusieurs reprises au cours de la même semaine, à cause de problèmes techniques avec son intermédiaire en charge du traitement des paiements.

Monzo Fintech équipe

[L'équipe de la jeune pousse, installée à Old Street, à Londres, compte plus de 200 personnes. Crédits : Monzo]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :