PayPal vise les jeunes avec le transfert d'argent gratuit depuis son appli

 |   |  567  mots
PayPal a l'ambition de conquérir plein de nouveaux clients - le destinataire du paiement sera obligé de se créer un compte PayPal pour récupérer l'argent
PayPal a l'ambition de conquérir plein de nouveaux clients - le destinataire du paiement sera obligé de se créer un compte PayPal pour récupérer l'argent (Crédits : PayPal)
Le géant américain du paiement en ligne part à la conquête des jeunes avec son appli qui permet désormais d'envoyer de l'argent en quelques clics, sans RIB, juste avec un numéro de mobile ou une adresse mail. En euros, dans l’espace économique européen, et entre particuliers seulement.

Exit le RIB, et son successeur européen SEPA encore plus compliqué avec ses numéros BIC et IBAN et ses 23 caractères. La nouvelle application mobile de PayPal permet désormais de transférer de l'argent entre particuliers en quelques clics avec un simple numéro de mobile ou une adresse e-mail, par exemple pour partager l'addition au restaurant entre amis ou envoyer de l'argent à des proches. Le tout gratuitement s'il s'agit d'euros en France ou dans l'espace économique européen (mais pas dans le sens inverse depuis un compte européen vers un compte français pour l'instant).

« En lançant ce service gratuit, notre ambition est d'être au cœur de la vie quotidienne de nos 7,1 millions de clients actifs français » fait valoir le directeur général de PayPal France, Damien Perillat.

La cible des "Millenials"

Le géant américain du paiement en ligne semble cibler un public jeune avec le lancement de ce service qu'il a largement relayé sur les réseaux sociaux avec le hashtag #JetefaisunPayPal.

Auparavant, le transfert d'argent n'était gratuit que depuis un compte bancaire et facturé si la transaction passait par une carte bancaire, à raison d'une commission de 3,4% et de frais fixes de 25 centimes.

Pourquoi PayPal accepte-t-il de tirer un trait sur ces commissions ? Parce qu'il a l'ambition de conquérir plein de nouveaux clients - le destinataire du paiement sera obligé de se créer un compte PayPal pour récupérer l'argent - et que l'ex-filiale d'eBay pousse ainsi ses utilisateurs à se servir le plus souvent possible de son appli (le service fonctionne aussi depuis son site web). PayPal invite d'ailleurs ces derniers à "regrouper [leurs] cartes et comptes bancaires en un seul et même portefeuille en ligne", avec un slogan porteur : "simplifiez-vous la vie".

Répliquer le carton américain de Venmo

La promesse de paiement "sans friction", d'un monde débarrassé du cash a déjà fait un carton aux Etats-Unis : l'appli Venmo a été adoptée par tous les "Millenials" américains au point de devenir un verbe ("je te venmo 20 dollars pour le dîner"), pour partager les frais jusqu'au paiement de sa colocation, à grands renforts d'émojis, comme sur un réseau social. Et le propriétaire de Venmo n'est autre que PayPal, depuis trois ans. Au second trimestre 2016, quelque 3,9 milliards de dollars de paiements ont été opérés à travers l'appli Venmo, que l'on peut aussi désormais utiliser pour certains achats, ce sont les commerçants qui paient une commission.

PayPal annonce aussi une nouveauté à venir : l'envoi d'argent que l'on dicte à haute voix à son iPhone avec l'assistant vocal d'Apple, Siri.

A la différence de startups moins établies, PayPal, la plus vieille des Fintech, peut se prévaloir d'une marque reconnue pour son sérieux, de "serveurs sécurisés" et d'un "système de prévention contre la fraude 7j/7 et 24h/24". L'entreprise californienne revient d'une certaine manière à sa mission d'origine puisque son nom signifie "pay a pal", soit "payer un copain". Ses "copains" des banques et des cartes de paiement n'ont pas du tout envie de se faire "paypaliser" et vont devoir trouver une parade efficace à cette nouvelle offensive dans la désintermédiation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :