Le SOS des souffleries de l'ONERA pas (encore ? ) entendu par Le Drian...

 |   |  527  mots
Mais si le sol s'affaisse de cinq petits millimètres de plus sous la soufflerie, la France perdra un de ces bijoux technologiques, qui fait envie au monde entier
Mais si le sol s'affaisse de cinq petits millimètres de plus sous la soufflerie, la France perdra un de ces bijoux technologiques, qui fait envie au monde entier (Crédits : ONERA)
Plus le temps passe, plus la soufflerie S1 de Modane-Avrieux de l'ONERA se rapproche tout doucement mais surement d'une possible catastrophe. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian prend quant à lui son temps...

Tic-tac, tic-tac, tic-tac... Plus le temps passe, plus la soufflerie S1 de Modane-Avrieux (S1MA) de l'ONERA, dont l'intérêt stratégique est souligné par la direction générale de l'armement (DGA) et tous les avionneurs internationaux, se rapproche tout doucement mais surement d'une possible catastrophe. Et ce ne sera pas la faute de la direction et des syndicats de cet organisme public de recherches civiles et militaires de ne pas avoir alerté les pouvoirs publics d'une telle menace. Mais que fait le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour une fois peu réactif et dont le discours semble en décalage avec ses actes.

Peut-être fallait-il attendre l'après élections régionales pour qu'il prenne ce dossier estimé à seulement 20 millions d'euros à bras le corps. Un effondrement de S1 nécessiterait des travaux estimés à 300 millions d'euros, selon la députée de l'Indre, Isabelle Bruneau. Pour autant, selon nos informations, le conseil d'administration, dont la dernière réunion a été annulée le 5 novembre, ne devrait pas non plus aborder cette question jeudi prochain. Le ministre, qui a torpillé au Sénat des amendements venant au secours de la soufflerie S1 de l'ONERA, joue-t-il peut-être la montre pour trouver des financements hors défense pour "cet outil qui n'est pas propre au ministère de la Défense". Un coup de poker qui semble risqué.

Un double discours de Jean-Yves le Drian?

"Des mesures urgentes ont été prises par l'ONERA et un plan de rénovation pour les années 2016-2017 est en cours d'élaboration, a expliqué fin novembre au Sénat le ministre. Il entrera dans le cadre du contrat d'objectifs". Sauf que le contrat d'objectifs et de performance (COP) de l'ONERA qu'il doit lui-même écrire - un comble -, ne sera prêt qu'en mars ou en avril et signé qu'à l'automne 2016. Il y a pourtant urgence absolue pour la soufflerie S1 de Modane-Avrieux (S1MA), où apparaissent déjà des fissures inquiétantes.

Le 21 octobre dernier, interrogé par Isabelle Bruneau à l'Assemblée nationale sur les difficultés de la soufflerie S1, Jean-Yves Le Drian avait répondu qu'il était "très sensible au sort de l'ONERA, et notamment aux questions qui touchent à la soufflerie de Modane, dont je suis directement informé". Le 27 octobre, il s'est montré un peu plus précis en expliquant que "le ministère de la défense ne laissera pas tomber l'ONERA".

Mais si le sol s'affaisse de cinq petits millimètres de plus sous la soufflerie, la France perdra un de ces bijoux technologiques, qui fait envie au monde entier. L'ONERA a déjà autofinancé 2 millions d'euros pour des travaux exploratoires et de premier renforcement. Le plan de rénovation élaboré par l'industriel Spie Fondations est fin prêt contrairement à ce que pense le ministre. La décision devait être initialement prise à la fin de l'année pour un début de chantier en mars ou avril. Il ne manque plus que le financement. Mais faute d'argent, l'ONERA ne peut pas payer ces travaux estimés à 20 millions d'euros, qui doivent être lancés le plus tôt possible.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2015 à 12:56 :
Je ne comprends pas comme un pays peut gaspiller 1.6 milliards d'Euro dans des stades de foot professionnels. Qui servent que 40 jours(recette) par an Et ne pas investir 300 millions dans une soufflerie. Certes l'endroit à l'air ne pas être sûr à long termes. Mais qui apporte beaucoup à la science et à l'industrie.
Réponse de le 16/12/2015 à 15:06 :
Ramené en budget annuel de l'Assemblée nationale par député, cela ne représente que 25 d'entre eux sur une année (environ 1 M€ par an et par député)... Triste n'est-ce pas ?
Réponse de le 16/12/2015 à 15:06 :
Ramené en budget annuel de l'Assemblée nationale par député, cela ne représente que 25 d'entre eux sur une année (environ 1 M€ par an et par député)... Triste n'est-ce pas ?
a écrit le 16/12/2015 à 8:41 :
il faut faire un "SOUFFLOTON" et un défilé de la République à la Bastille pour ameuter le peuple de gauche. Pas brilliant le vieux LE DRIAN qui n'en a rien à faire, tout est numérisé maintenant même les essais nucléaires donc les souffleries c'est pareil!.
a écrit le 15/12/2015 à 16:33 :
Un type président de région et ministre de la défense a la tete d un pays en guerre....rooo il ne faut lui en vouloir ce monsieur doit avoir beaucoup beaucoup de travail....
a écrit le 15/12/2015 à 14:58 :
Pourtant le vent et le vide, les socialistes sont passés maître pour le créer.
a écrit le 15/12/2015 à 13:14 :
Tant que les employés n'iront pas bloquer Matignon ou qu'une hélice de se sera pas disloquée en projetant ses pales dans tout le quartier, hélas, l’État ne bougera pas ! (idem que pour la "lutte" des politiques de tous bords contre le FN).
a écrit le 15/12/2015 à 10:18 :
evidement que ce n est pas important : ca ne rapporte pas de voix aux elections (et en plus c ets meme pas dans sa circonscription)
L etat a bien mieux a faire avec son argent, par ex faire des JO ou batir des stades de foot !!!
a écrit le 15/12/2015 à 9:51 :
Si cette soufflerie était située en Bretagne, il y a longtemps que cela serait résolu !
Et on continue à voter pour ce genre de personne, pauvre France !!
a écrit le 15/12/2015 à 9:24 :
Pour qui connaît le site de Modane, la situation de la soufflerie au pied d'une montagne dans une vallée encaissée, on peut comprendre qu'il existe des doutes quant à la possibilité de sécuriser dans la durée un bâtiment aussi sensible.
Les sols bougent ( aggravés par le réchauffement climatique), dans la vallée de la Romanche, pas si lointaine de Modane, la montagne menace de s'effondrer aux ruines de Séchilienne et un tunnel a été bouché par la poussée de la montagne, coupant l'axe Grenoble/Briançon d'une manière qui pourrait bien être définitive sur une portion de plusieurs kilomètres de la rive droite.
a écrit le 15/12/2015 à 9:24 :
Pour qui connaît le site de Modane, la situation de la soufflerie au pied d'une montagne dans une vallée encaissée, on peut comprendre qu'il existe des doutes quant à la possibilité de sécuriser dans la durée un bâtiment aussi sensible.
Les sols bougent ( aggravés par le réchauffement climatique), dans la vallée de la Romanche, pas si lointaine de Modane, la montagne menace de s'effondrer aux ruines de Séchilienne et un tunnel a été bouché par la poussée de la montagne, coupant l'axe Grenoble/Briançon d'une manière qui pourrait bien être définitive sur une portion de plusieurs kilomètres de la rive droite.
a écrit le 15/12/2015 à 8:59 :
Un crime ou un suicide technologique ? SCANDALEUX INADMISSIBLE. L'Etat préfère les gaspillages annuels de centaines de milliards d euros
a écrit le 15/12/2015 à 7:29 :
Imaginez une seconde un socialo prendre les devants ?
Il s'en moque maintenant qu'il est a la tete de la Bretagne.
Cet outil n'est pas de la "ressource" pour la grande muette ! On devrait en rire, mais ce n'est pas le cas, tout ca au lendemain des regionales sauvees par la droite apres des promesses de faire du concret, on peut attendre.
Pauvre pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :