La Tribune

Les voitures chinoises ne font plus rire la concurrence

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  438  mots
Les constructeurs de l'ex-empire du Milieu améliorent nettement leurs véhicules et veulent réduire les émissions de C02.

Les constructeurs chinois ont fait en deux ans un saut qualitatif », remarque un dirigeant de Peugeot. Une firme comme « Geely (celui qui a acheté Volvo) va très vite », souligne Yann Delabrière, PDG de Faurecia. « Il y a une convergence de l'offre par rapport aux autres marchés mondiaux », renchérit un expert de l'automobile. De fait, le salon de Shanghai 2011 frappe par la maturité des produits offerts par les marques chinoises. Certes, il y a encore quelques pâles copies de modèles occidentaux ou japonais et la finition des véhicules « made in China » reste souvent médiocre. Mais, les dernières Chery, premier constructeur chinois, Geely ou autres Great Wall font preuve d'une certaine maturité dans leur esthétique, leur conception même. Et les firmes locales n'offrent plus seulement de classiques berlines, mais des petits véhicules, parfois maladroits mais néanmoins intéressants, des « SUV » (4x4 routiers), coupés... Les motorisations elles-mêmes s'étoffent, avec des petits moteurs à essence turbo, des diesels à l'étude pour l'export comme chez Chery ou SAIC. Les chinois comme Chery ou Great Wall essayent aussi, tant bien que mal, de monter en gamme pour rivaliser avec les marques étrangères. Même si leurs véhicules demeurent bien moins sophistiqués.

Explosion des exportations

Les constructeurs chinois occupent désormais presque la moitié de leur marché intérieur. Contre un tiers il y a un an. Certes, Chery n'arrive encore qu'au cinquième rang en Chine, BYD au huitième, Geely au neuvième. Mais ce n'est pas si mal pour des firmes inexistantes il y a dix ans ! Quant à leurs exportations, elles demeurent encore faibles, représentant à peine 18 % des volumes d'un Chery. Mais elles n'en ont pas moins bondi globalement de 69 % le mois dernier. « L'Europe et les États-Unis ne sont pas leur préoccupation première. Ceux qui ont voulu s'y lancer ont compris qu'il leur fallait encore attendre. Mais les groupes chinois s'occupent des marchés d'Asie, d'Afrique, de Russie et entrent en Amérique du Sud. Comme l'avaient fait naguère les coréens », explique un analyste.

La réduction des consommations et du C02 commence aussi à faire partie des préoccupations des firmes chinoises. Les pouvoirs publics ont en effet imposé des restrictions drastiques en la matière d'ici à 2020. Du coup, Xu Jianyi, président de FAW, a annoncé un investissement de 1,5 milliard de dollars afin de développer, d'ici à 2015, 16 voitures particulières et utilitaires légers fonctionnant avec des « énergies nouvelles ». SAIC prévoit de lancer la production d'une petite voiture électrique, la Roewe E1, ainsi que d'un hybride, la Roewe 550.

Réagir

Commentaires

visionrealiste  a écrit le 31/12/2011 à 19:16 :

Si les prix sont moins élevés , alors je pourrait remplacer ma vielle voiture. Car avec le coût de la vie qui augmente à tour de bras pour satisfaire uniquement les actionnaires et marchés financier, cela me permettra d'envoyer mes enfant faire des études. Ce n'est pas le prix des voitures européennes qui est trop élevé, c'est le fait qui devient impossible de gagner ce qu'il faut pour vivre même en travaillant plus on y arrive pas, on gagne pas plus: le logement, l'eau, le gaz , la santé, les transports, les réparations imposées et non justifié des voitures etc, etc .... Un CDD déjà bien payé, par rapport au smic ( classe moyenne en passe de devenir pauvre)

Mon point de vue  a écrit le 29/04/2011 à 8:31 :

Plutôt acheter des marques européennes, américaines ou asiatiques (sauf chinois).
Au moins on sait ce qu'on achète.

Il ne savent faire qu'une chose COPIER COPIER COPIER COPIER et COPIER. Ils n'ont aucune originalité mise à part COPIER.

En plus je vous dis pas les crashs tests pour ces voitures Made in China . Elle passent même pas l'EURO N CAP.

midas  a écrit le 27/04/2011 à 18:34 :

Il n'y a pas que l'automobile chinoise qui va détruire l'industrie occidentale, dans tous les domaines nous allons nous faire submerger.
Je suis dans l'informatique, et déjà les chinois ont atteint notre niveau, la qualité va venir car les industriels français pour des profits à court terme brade notre industrie aux chinois. J'ai vécu l'exemple de la téléphonie mobile chez Sagem mobiles, où la production a été transféré en Chine, puis toute la recherche-développement et enfin la fermeture de l'entreprise. Maintenant il n'y a plus de téléphonie mobile en France.
Les chinois veulent la puissance, et ils savent que cela passe par l'industrie, contrairement a l'occident qui croit pouvoir garder sa suprématie en ne faisant plus d'industrie mais que du service.
Les postes non délocalisables seront occupé par l'immigration du tiers-monde car mal payé. La France ne sera plus qu'un disneyland pour touristes, peuplé de maisons de retraites et de chômeurs.
Bravo les politiques et leur travail de destruction depuis 40 ans.
Ils auront réussi à détruire la France, ce que des invasions et des guerres depuis des millénaires n'avaient pas réussi à faire.

Ben55  a écrit le 27/04/2011 à 8:36 :

Je me souviens, il y a quelques mois, de journalistes et de dirigeants qui nous expliquaient que les chinois n'étaient pas capables de produire de la haute technologie ni de la qualité, car ils n'en avaient pas les connaissances pour le faire.
Déjà à l'époque, cette posture m'était apparu arrogante. En France, nous avons cette habitude de nous reposer sur nos lauriers, et toujours crier victoire trop vite.
Il y a quelques semaines encore, une "grande" économiste française basée à Londres, nous expliquaient que les Européens constituaient la matière grise, et les chinois la main d'oeuvre. Et que nous devions encourager cela.
Apparemment, les chinois ne sont pas si idiots que ça, produisant aujourd'hui les ingénieurs qui vont enterrer demain nos belles illusions, et nos industries avec...
Merci l'Europe, merci nos dirigeants. Nos enfants se souviendront bien de vous...

FAUX  a répondu le 27/04/2011 à 19:13:

C'est l'inverse qui va se produire, la matière grise est en Chine et la main d'oeuvre en France. Faudra bien voter en 2012 !! Faudra punir les partisants de la mondialisation : l'UMPS en tête !!

le roro  a répondu le 28/04/2011 à 9:08:

la politique n'a rien à voir !!arrêtez d'y penser et pensez au pays

TOulsain  a écrit le 27/04/2011 à 8:11 :

Ils obtiennent 5 étoiles aux crash test et en plus
ils font des gammes de véhicules SANS ELECTRONIQUE !
Donc que l'on peut réparer soi meme ! Pas besoin de diagnostic
electronique qui coute la peau des .. ni d'aller obligatoirement chez
le concesionnaire ! OUI VIVE LA CHINE !!!

SUPER  a écrit le 26/04/2011 à 13:28 :

Tant mieux si les voitures chinoises envahissent notre marché. Cela donnera une leçon à nos riches patrons de l'automobile. De toute façon, plus rien n'est fabriqué en France donc autant profiter des prix au rabait chinois plutôt que de maintenir les marges considérables des constructeurs français, qui finissent, en plus, dans les poches de leur dirigeant. C'est la révolte du peuple qui n'arrive plus à vivre .....