Les Français moins "accros" aux médicaments... à l'exception des anxiolytiques

 |   |  384  mots
REUTERS/Shannon Stapleton
REUTERS/Shannon Stapleton (Crédits : REUTERS/Shannon Stapleton)
Une étude des Laboratoires internationaux de recherche (LIR) montre que la France est revenue dans la moyenne européenne en matière de consommation de médicaments. En revanche, les anxiolytiques et les antibiotiques restent toujours autant consommés.

Serait-ce la fin de "l'exception française" en matière de consommation de médicament ? C'est ce que tend à prouver la dernière étude menée par les Laboratoires internationaux de recherche (LIR). Longtemps pointé comme le pays le plus gourmant en matière de médicaments, la France est revenue dans la moyenne européenne, à l'exception notable des antibiotiques et des anxiolytiques. Le pays affiche le taux d'évolution européen le plus faible et une "modération relative" de sa consommation de médicaments.

Pour en venir à cette conclusion, le LIR a retracé douze ans de consommation de médicaments en France, de 2000 à 2011, en France et dans six autres pays européens : Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni. L'étude a étudié les volumes de consommation de huit classes thérapeutiques : antibiotiques, anxiolytiques, antidépresseurs, anti-ulcéreux, hypolipémiants, anti-hypertenseurs, anti-diabétiques et anti-asthmatiques. 

Les anxiolytiques, toujours autant consommés

L'étude, réalisée à partir des données de IMS Health, montre que si la France était, en 2000, le pays le plus consommateur de médicaments dans huit domaines thérapeutiques, elle "passe dans la moyenne européenne" en 2011. La régression est très nette en ce qui concerne les anti-dépresseurs, les anti-ulcéreux, les hypolipémiants, les hyper-tenseurs et les anti-diabétiques.

En revanche, le LIR, qui représente 16 filiales d'entreprises internationales de recherche en santé, souligne que les antibiotiques et les anxiolytiques sont les deux classes de thérapeutiques "pour lesquelles la consommation française reste encore élevée". Pour ces deux types de médicaments, la France se trouve parmi les plus grands consommateurs, accompagnée de l'Espagne, la Belgique et l'Italie. Un résultat a relativisé. Bien que les prescriptions d'anxiolytiques restent élevées, elles décroissent tout de même. C'est aussi le cas des prescriptions d'antibiotiques. La surconsommation de ces deux types de médicaments avait fait l'objet d'importantes campagnes d'information par l'Assurance maladie.

Le LIR doit présenter en septembre d'autres résultats sur cette étude, menée en collaboration avec la Chaire Essec Santé. Ce deuxième acte portera sur les explications, notamment sur l'analyse des coûts, pour les volumes de médicaments consommés. Seront alors abordés les systèmes de santé et les actions de santé publique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2012 à 18:32 :
Le sport est le meilleur des médicaments malheureusement nos compatriotes semblent préférer la trithérapie télé-facebook-antidépresseur.
a écrit le 04/07/2012 à 17:14 :
Bon donc on ne devrait plus avoir de déficit de la sécu alors? Non? Comment? Il est encore pire que prévu? Quelqu'un a une explication ou est-ce la partie de l'étude qui reste entre les mains de nos responsables politiques...
Réponse de le 18/07/2012 à 10:38 :
@ simple citoyen, Vous confondez securite sociale et branche maladie. La securite sociale c'est 4 branches (Maladie, Famille, Viellesse, travail). La branche viellesse est passe dans le rouge a cause du Baby boom. Le gouvernement Fillon a essaye de faire passer la reforme des retraite mais le gouvernemnt Ayrault vient de revenir sur certains departs en retraite a 60ans, ce qui va nous couter entre 3 et 5 milliards (la totalite des recettes de l'ISF). Et oui, ce qu'on vous dit pas c'est le cout des retraites qui est astronomique.
a écrit le 04/07/2012 à 16:27 :
À situation anxiogène, réponse médicale = anxiolytiques !
C'est aussi un peu normal, le climat devient pour le moins un peu oppressant.
Les gens font comme ils peuvent et le bonheur ne se décrète pas.
Dans le lot, il y a aussi probablement des placebos.
a écrit le 04/07/2012 à 15:55 :
Suprimons les psychiatres et autres psychologues, les gens se sentiront mieux... et plus riches.
Réponse de le 04/07/2012 à 16:14 :
oui supprimons les jeunes "feignants" aussi qui se prelacent au chomage, gave d alloc et qui se reproduisent comme des lapins....... et supprimons les vieux aussi qui coutent trop cher.... comme ca votre generation dorée de 68ard qui elle nous coutent les yeux de la tete et s est alloué en votant pour des gouvernements complices des avantages finances sur le dos des meme jeunes "feignants".... comme ca n ayant plus les premiers ni les seconds vous pourrez continuez a vous prelacez sur votre systeme social et votre retrait a 60 ans et tous vos avantages indus......
Réponse de le 04/07/2012 à 17:22 :
Le cynisme de la génération 68 a tellement imprégné la société que des gens comme Ardisson sont vus comme des philosophes progressistes.
Emmanuel Todd avoue qu'il a honte de cette génération (la sienne).
Réponse de le 04/07/2012 à 17:48 :
Todd : quelle référence ! Le vortex du néant gagne de plus en plus de monde.
Réponse de le 04/07/2012 à 19:04 :
Mon petit troll toujours fidèle ...
Ça va ? Vous prenez toujours autant de plaisir avec vos formules aussi remplies qu'un vortex ?

Le jour où vous vous placerez dans la perspective historique de Todd et non dans la perspective du coin de votre rue, votre vie tristounette trouvera plus de sens !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :