1,7 milliard d'euros : les dépenses environnementales de l’industrie en 2012

 |   |  489  mots
Le secteur de l'énergie, notamment celui de l'électricité, est le plus dispendieux en études sur la protection de l'evironnement. Il concentre 43% des dépenses industrielles dans ce domaine.
Le secteur de l'énergie, notamment celui de l'électricité, est le plus dispendieux en études sur la protection de l'evironnement. Il concentre 43% des dépenses industrielles dans ce domaine. (Crédits : reuters.com)
Au total 1,7 milliard d'euros ont été dépensés par les industries françaises dans ce domaine. Le reflet des contraintes réglementaires des différentes lois sur l'eau, l'air, les déchets ou sur les installations dangereuses.

Après trois années consécutives à la baisse, les dépenses de l'industrie dans la protection de l'environnement sont à la hausse de 10 % en 2012. Elles représentent désormais 1,4 milliards d'euros, selon une étude publiée jeudi 28 août sur le site de l'Insee. Si l'on y ajoute celles à la recherche, elles atteignent 1,72 milliard d'euros.

Dans quels domaines investissent les industries ?

Action et prévention sont les deux maître-mots des dépenses de l'industrie dans la protection de l'environnement. D'une part, 81,5% des dépenses (1,4 milliards d'euros) sont consacrées aux respect des émissions de gaz à effet de serre, à la diminution de la pollution, et à l'achat de machines plus chères et moins polluantes notamment. 80% de ces investissements-là (1102 milliards d'euros) sont spécifiques c'est-à-dire qu'ils ne modifient pas le processus de production. Prétraitement, traitement et élimination de la pollution représentent 598 millions d'euros de dépenses. La prévention coûte 361 millions d'euros, le recyclage et le tri coûtent 95 millions d'euros. Les 19,5% restants correspondent à des dépenses "intégrées" avec l'adoption de technologies "propres" (moins polluantes que le produit standard disponible sur le marché).

D'autre part les industries sont contraintes par la loi de faire des études réglementaires afin de certifier que leurs établissement sont aux normes légales et effectuer des recherches pour la création de technologies moins polluantes. (18,5% des dépenses totales).

Au total, les industries investissent: 364 millions d'euros pour limiter les effets de l'activité sur la qualité de l'air. 145 millions d'euros concernent la limitation des gaz à effet de de serre. Parmi les autres dépenses importantes: la gestions des eaux usées (253 millions d'euros), des sols (191 millions d'euros), des déchets (173 millions d'euros) et des paysages (104 millions d'euros).

Quels secteurs industriels dépensent le plus dans l'environnement ?

Au total 39 % des établissements industriels réalisent des dépenses pour protéger l'environnement. Plus les activités des entreprises sont susceptibles d'avoir des impacts négatifs importants sur l'environnement, plus elles sont importantes. L'énergie (462 millions d'euros), la chimie (287 millions d'euros) et les industries agroalimentaires (217 millions d'euros) consacrent plus de la moitié des dépenses totales.

Le secteur de l'énergie, notamment celui de l'électricité, est le plus dispendieux en études pour protéger l'environnement. Il concentre 43% des dépenses industrielles dans ce domaine.

Pourquoi dépensent-elles autant ?

Ces investissements antipollution répondent à des contraintes réglementaires. Des lois sur l'eau, l'air, les déchets ou sur les installations dangereuses. La hausse des dépenses peut s'expliquer par de nouvelles normes règlementaires contraignent les établissements à investir afin de remédier aux dégradations qu'ils engendrent de par leur activité. Ces contraintes réglementaires poussent aussi les industrie à l'élaborer des d'études d'impact régulières

Il faut noter que l'Union européenne s'est fixée comme objectif de diminuer de 20 % ces émissions d'ici à 2020, par rapport au niveau de 1990. Des objectifs qui se retrouvent appliqués au droit français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :