Ces pays qui tremblent face à la chute des cours du pétrole

 |   |  483  mots
Les cours du pétrole sont 25% en-dessous du pic de juin.
Les cours du pétrole sont 25% en-dessous du pic de juin. (Crédits : reuters.com)
Alors que le baril est brièvement passé sous le seuil des 80 dollars, certains pays s'inquiètent des conséquences sur leurs budgets. Certains pays soupçonnent des manipulations de prix afin de les affaiblir. L'attitude de l'Arabie Saoudite est dans le viseur...

Où va donc s'arrêter la chute ? C'est la question qui doit actuellement empêcher de dormir les ministres des Finances de plusieurs pays producteurs de pétrole. À 90 dollars il y a encore dix jours, le cours du baril vient de réaliser une incursion sous les 80 dollars à New York. Soit une baisse de 25% depuis son pic du mois de juin où il gravitait autour de 115 dollars.

Lire aussi : "La moitié de la baisse du cours du pétrole s'explique par la hausse du dollar"

La hausse de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis et la demande qui se tasse et promet de ralentir dans les prochains mois au vu des perspectives macroéconomiques décevantes de par le monde, il y a peu d'indices qui permettent d'envisager une remontée des prix à court terme. Tout juste une stabilisation.

Russie et Irak en grandes difficultés

En tout état de cause, de nombreux pays ont bâti des budgets sur la base d'un prix donné, or à moins de 80 dollars, ce postulat n'est plus d'actualité. Cela remet en cause les revenus dans les caisses publiques. Pour certains pays, l'impact est plus important que pour d'autres. La Russie par exemple, doit désormais gérer la chute des cours alors qu'elle est déjà soumise à des sanctions économiques importantes. L'Irak est également mis en difficulté alors qu'il traverse une importante crise politique et qu'il doit financer des opérations militaires extrêmement coûteuses contre l'État Islamique (Daesh).

Le Venezuela veut une action de l'Opep

D'autres pays pourraient également être mis en difficulté, mais leur expérience leur fait bénéficier d'une plus grande souplesse face à la baisse des prix. Ainsi, le Venezuela, l'Iran et même le Nigéria seraient capables de traverser cette période difficile sans trop d'accrocs. Cela n'empêche pas le ministre Vénézuélien de réclamer à l'Opep (organisation des pays exportateurs de pétrole), des "actions pour stopper la chute des cours du pétrole surtout depuis que nous sommes convaincus que cela ne résulte pas d'une modification fondamentale des conditions du marché mais qu'il y a bien une manipulation du prix pour créer des problèmes aux pays producteurs de pétrole".

L'Arabie Saoudite détient la clé

La question devrait se poser le mois prochain alors qu'une réunion de l'Opep doit se tenir. La principale inconnue réside dans le comportement de l'Arabie Saoudite. Va-t-elle se ranger du côté des pays en difficulté et réduire sa production ? La capacité de production de Riyad est la vraie variable d'ajustement capable de faire bouger les lignes. Elle n'a encore rien laissé filtré sur son attitude. Déjà, la Russie accuse l'Arabie Saoudite de manipuler secrètement les prix dans le cadre d'une collusion avec les Etats-Unis, selon un porte-parole de Rosneft cité par le New York Times.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2014 à 19:00 :
Nous continuons à payer les carburants au tarif correspondant au cours du baril d'il y a 3 mois...
a écrit le 17/10/2014 à 12:13 :
effectivement si daesh et l'etat islamique fait des ristournrne de 50% pour vaincre les retissence ...!! sur un eventuelle boycote..
ont comprend que le cours baisse.
Réponse de le 17/10/2014 à 13:03 :
Vous voyez, le Proche-Orient sombre dans le Daesh et nous en France nous nageons en pleine dèche ! lol
a écrit le 17/10/2014 à 11:48 :
Pour mettre donc en difficulté certains pays, complot américano-saoudien ? Mais certains experts affirment que la baisse du prix du pétrole rendrait l'exploitation du gaz de schiste justement aux USA déficitaires notamment quant aux enormes investissements ! Alors qui croire ?
Réponse de le 17/10/2014 à 17:47 :
Pour trouver la reponse et arreter de "croire", l'honneteté intellectuelle est obligatoire... Pour les Etats Unis et l'Arabie Saoudite, qui y a-t-il de plus dangereux pour leurs economies respectives:
1) Que dans l'immediat les investissements liés au gaz de schiste soit pleinement rentables?
ou
2) Que les echanges en petrodollar, menacé par l'accord passé entre La Chine et la Russie, soit encore la norme obligatoire pour tout le monde?

Le tour de force des medias "Mainstream" est de faire "croire" (encore) que lorsqu'un avis différent est emis par un citoyen lambda, remettant en cause la sacro sainte version officielle mediatiquement perfusée, il ne peut s'agir que l'avis d'un esprit faible fasciste voir complotiste. Je ne reprendrai pas la phrase celebre sur les medias de Malcolm X mais je vous laisse la chercher... et surtout tout comme JFK (dont je vous laisse ecouter le discours celebre 6 mois avant sa mort) a quitté ce monde prematurement.

Mais je sais, c'est la faute à pas de chance, et nous sommes gouverné par des altruistes devoués dont les actes sont dénués d'interets personnelles ou lobbyistes...

Allons, allons un peu d'honneteté et de courage...
a écrit le 17/10/2014 à 11:12 :
l'economie sur la speculation
le petrole n'a jamais manque
seul l'artifice pour la manipulation le profit a cour therme
a raison des credule ou des profiteurs voir les vers
Réponse de le 17/10/2014 à 11:22 :
Quelqu'un a compris ?
Réponse de le 17/10/2014 à 13:04 :
Chiche, ta réplique, gorgée de non-sens, me laisse pantois.
a écrit le 17/10/2014 à 4:54 :
Le pétrole redeviendra cher tout simplement parce que tout ce qui est rare est cher. Dans trois mois, dans six mois, dans un an. Dès que l'économie ira un peu mieux. C'est pas demain qu'on roulera en voitures à pédales.
Réponse de le 17/10/2014 à 12:34 :
le pétrole n'est pas rare malheureusement!!!! Les stocks sont toujours évalués en fonction d'un prix de marché si demain le prix monte les stocks vont monter!! Le problème n'est pas : est ce qu'il y en a encore mais plutôt qu'en faisons nous??? Tant que le pétrole restera peu cher, les efforts pour s'en passer, seront lents !!
a écrit le 17/10/2014 à 0:28 :
Déjà, commencer à dire à vos pseudo "amis" traders d'ârreter d'acheter du pétrole à bas prix a daesh..les pompiers incendiaires on les connait, et ceux qui pleurnichent n'ont pas leur part du gâteau..bien â vous..
a écrit le 16/10/2014 à 23:59 :
Manipulation à la pompe ça bouge toujours pas chez moi...
a écrit le 16/10/2014 à 22:46 :
manipulation,???
a écrit le 16/10/2014 à 22:42 :
De manipulation... C'est L'hôpital qui se fout de la charité !
Réponse de le 17/10/2014 à 11:27 :
Pourriez-vous me citer un pays dans n'importe quelle région du monde et à n'importe quelle période historique qui se soit distingué par une administration aussi incompétente que celle qui dirige actuellement les Etats-Unis? leurs alliés arabes la suivent en tant que bons élèves. Cependant, malgré cette chute de prix momentanée et exercée par les dictatures du Golf Persique, l’Europe ne pourra donc pas se passer des hydrocarbures russes. Les Européens devraient en tenir compte.
Réponse de le 17/10/2014 à 12:51 :
François hollande ?
Réponse de le 17/10/2014 à 13:26 :
… Manuel Valls ?
a écrit le 16/10/2014 à 22:29 :
Amusant comme d'un article a l'autre les interpretations sont differentes. Sous d'autres cieux redactionnels on pretend que ceux qui sont mis en difficulte sont les producteurs de petrole de schiste dont le baril doit se vendre a 100 $ pour etre rentable. Le mouvement a la baisse actuel serait donc plutot oriente contre les US et leur arrogant secteur des non-conventionnels.
D'aucun pretendaient encore il y a peu que les secteur du PdS etait speculatif et non financé. Si le baril se maintient a moins de 80$, il risque d'y avoir des victimes. Les masque sur le PdS risquent alors de tomber, les semaines a venir vont etre interessantes.
a écrit le 16/10/2014 à 21:30 :
Qu'ils be s"inquiete pas, a la pompe il n'y a aucune baisse!!!
Réponse de le 16/10/2014 à 22:31 :
1.19 € / l ce matin a la pompe, mais vous avez surement raison.
Il n'est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voire.
a écrit le 16/10/2014 à 19:51 :
.... aux dernières nouvelles .... Hugo Chavez se retourne dans sans tombe !
a écrit le 16/10/2014 à 19:39 :
Le cours du gaz qui est indexé sur le pétrole, tarde à baisser .Maintenant qui tire les marrons du feu ...une chose est sure ceux qui tirent le pétrole et le gaz de schiste sont perdants . La rente pétrolière des petits producteurs ,mais aussi la Russie vont tirer la langue ...bref c'est une partie d' échec plutot compliquée .
Réponse de le 16/10/2014 à 22:28 :
Perso, je ne me méfie des articles qu'on trouve chez RT, pour moi c'est la CNN russe, donc plutôt une machine de propagande. Cependant je viens de lire un article signé Pepe Escobar (le grand journaliste itinérant et indépendant) sur RT et qui fait le point sur cette question de chute des cours du pétrole. L'article est en anglais et vous pouvez le trouver ici : http//rt.com/op-edge/196148-saudiarabia-oil-russia-economic-confrontation/
Réponse de le 17/10/2014 à 13:25 :
Patrick, l'article en question est un très bon article et il se trouve déjà traduit en français. En voici l'adresse : www.vineyardsaker.fr/2014/10/17/loeil-itinerant-guerre-du-petrole-saoudiens-contre-russie-liran-les-usa/

Bon week-end.
Réponse de le 24/10/2014 à 23:01 :
merci pour ce site
a écrit le 16/10/2014 à 19:27 :
Il faut finir avec le pétrodollar et tout reviendra à la normale dans la planète. Il faut que les pays producteurs vendent le baril dans leur propre monnaie nationale et ceux qui en achètent le fassent de même avec leurs monnaies respectives. Alors la dictature des cheiks bénie par Washington pourra vendre à 1 dollar le baril, c'est leur problème pas le notre !!
Réponse de le 16/10/2014 à 19:51 :
Les pats producteurs préfèrent le dollar accepté dans le monde entier comme monnaie de réserve. Le dollar restera encore le roi pendant longtemps....
Réponse de le 16/10/2014 à 21:08 :
Point de vue qui n'engage que vous. Les meilleurs analystes économiques du monde (un groupe dont vous ne fait à l'évidence pas partie) prévoient déjà la fin du dollar à l'étalon pétrole dès que les pays du BRICS passeront à utiliser leurs propores divises au lieu du dolar américain. Et cela ne va pas prendre aussi longtemps que vous l'imaginez...
Réponse de le 17/10/2014 à 2:33 :
Mort de rire...
Réponse de le 17/10/2014 à 11:20 :
@Pravy Sektor : vous vous ridiculisez...
Réponse de le 17/10/2014 à 13:27 :
Autant être aveugle que lire une stupidité pareille...
a écrit le 16/10/2014 à 19:09 :
ah bon, manipulation de cours?..... et moi qui croyait que...... les cours étaient le simple reflet de l'offre et de la demande!!!!!!!!!

plus sérieusement, si manipulation de cours à la baisse.... on pouvait en dire autant pour les hausses..... le pétrole était redescendu vers 2009 à 35 dollars...... après avoir atteint 150 dollars... courant 2008 si je ne m'abuse
Réponse de le 16/10/2014 à 19:58 :
Pas faut .....les pétroliers sont mis en "rade " en fonction des cours !
a écrit le 16/10/2014 à 18:02 :
La demande est tel qu'il est normal de ne pas voir un complot là où il n'est pas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :