Rugby : la fusion des clubs Racing 92 et Stade Français annulée

 |   |  267  mots
(Crédits : Reuters)
Face au critiques soulevées par l'annonce, en particulier en interne, et la grève des joueurs du Stade Français, le président du Racing 92, Jacky Lorenzetti, a annoncé le retrait du projet.

Le président du Racing 92 a annoncé dimanche qu'il renonçait à fusionner son club avec le Stade Français, un projet qui avait créé l'émoi dans le monde du rugby mais aussi les milieux politiques. "J'ai décidé de renoncer à ce beau projet", déclare Jacky Lorenzetti dans un communiqué. "J'ai entendu et compris les fortes réticences qu'a soulevées ce beau projet d'union", ajoute-t-il non sans concéder qu'"en tout état de cause, les conditions sociales, politiques, culturelles, humaines, sportives ne sont pas remplies". "Peut-être avons-nous eu raison trop tôt, l'avenir nous le dira", dit encore le président du Racing 92.

La "vive inquiétude" de la mairie de Paris

L'annonce du projet de fusion, faite en commun lundi avec le président du Stade Français Thomas Savare, avait créé un séisme dans le monde du rugby, amenant les joueurs du Stade Français à déclencher un mouvement de grève inédit. Mais il a suscité aussi la "vive inquiétude" de la mairie de Paris à propos de l'avenir du stade Jean-Bouin, où joue le Stade Français, qu'elle a rénové récemment à grands frais.

Dans son communiqué, Jacky Lorenzetti reconnaît que son annonce du début de semaine a créé des remous jusqu'au sein du club qu'il préside. "Je n'ai pas mesuré à quel point la nécessité d'expliquer, de faire partager ma vision et d'en présenter les modalités jusque dans les rangs du Racing 92 étaient une priorité absolue", dit-il. "Je ne m'attendais pas à une telle résistance, surtout en interne."

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2017 à 19:14 :
"Je ne m'attendais pas à une telle résistance, surtout en interne"

Voilà une excellente leçon à retenir, pas de résistance pas de projets solides, comme nombreux il a cru que c'était tout cuit et s'est totalement planté et que l'on soit pour ou contre on ne peut qu'il s'est bien planté le gars.

Le mieux c'est de discuter d'un projet avant, cela aurait abouti déjà, rien que ça, à un bien meilleur premier jet.

La hiérarchie c'est l’antithèse du progressisme.
Réponse de le 19/03/2017 à 22:41 :
Vous plaisantez? Où en est la Stade français 15 jours après l'annonce du projet?
Réponse de le 20/03/2017 à 8:59 :
Vous n'avez pas compris mon commentaire, une énième fois, vous êtes encore plein de ressentiment, et les obsessions c'est très mauvais pour les analyses.
a écrit le 19/03/2017 à 16:27 :
> Face au critiques

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :