Vinci Airports montre ses muscles au moment où la privatisation d’ADP est étudiée

 |   |  565  mots
Dans la cadre de sa privatisation, l'aéroport de Lyon est géré par Vinci Airports
Dans la cadre de sa privatisation, l'aéroport de Lyon est géré par Vinci Airports (Crédits : StéfanLD /Flickr /GFDL CC BY SA)
La filiale aéroportuaire du groupe a fait état d'une hausse de trafic de 12% dans ses aéroports.

Alors que Bercy planche sur la privatisation d'ADP et que Vinci est présenté comme le grand favori pour rafler la participation qui sera mise en vente (si vente il y a), Vinci Airports, montre ses muscles. La filiale de Vinci exploitant des aéroports, a annoncé ce jeudi une croissance de trafic de 12,2% au troisième trimestre (juin-juillet-septembre) dans les aéroports de son réseau mondial avec des records de fréquentation pendant la saison estivale dans la plupart des plateformes qu'il gère.

Meilleure saison estivale au Portugal

Au Portugal, les 10 aéroports du réseau ont réalisé "de très loin leur meilleure saison estivale", avec 16,6 millions de passagers accueillis entre juillet et septembre, soit une hausse de 14,7%", explique le groupe dans un communiqué. Cette croissance est soutenue par l'ouverture de nouvelles lignes vers l'Afrique et la Grande-Bretagne et les taux de remplissage élevés des compagnies low-cost.

Au Cambodge, ses trois aéroports ont fait un bond de 31% grâce à l'arrivée de nouvelles compagnies et des ouvertures de lignes comme une liaison quotidienne entre Dubaï et Phnom Penh. L'aéroport de la capitale a accueilli plus d'un million de passagers au troisième trimestre.

Dynamisme en France

En France, les dix plateformes opérées par le groupe ont vu leur trafic progresser de près de 9,9% avec Nantes Atlantique qui enregistre pour la première fois le cap des 5 millions de passagers sur 12 mois glissants, porté là aussi par les low-cost et l'ouverture de nouvelles lignes internationales, selon le groupe.

A Lyon-Saint Exupéry, le trafic est en croissance de 7,5% grâce notamment au "rebond du trafic international hors Europe, notamment vers la Turquie et l'Afrique du Nord".
Au Chili, le trafic a progressé de 12,6% à Santiago au troisième trimestre.

Croissance aussi chez ADP

Son rival ADP enregistre également des résultats en croissance. En septembre, les aéroports parisiens de Roissy-Charles de Gaulle et d'Orly ont enregistré une hausse du trafic de 4,7% en septembre avec un trafic international en forte progression notamment sur l'Outre-mer. Depuis le début de l'année, le trafic des deux plateformes a lui aussi enregistré une progression de 4,7% avec un total de 77,3 millions de passagers. Au total, 9 millions de passagers ont été accueillis en septembre à Paris-Charles de Gaulle (6,2 millions, +6,7%) et à Orly (2,8 millions, +0,4%). Le trafic international, hors Europe, bondit de 6,7% tiré par la croissance du trafic avec les départements et collectivités d'Outre-mer (+14,4%), Moyen-Orient (+10,8%), Amérique du Nord (+8,4%), Afrique (+6,4%) et Asie-Pacifique (+2,8%). Le trafic avec l'Amérique Latine est en revanche en retrait de 4,6%.
En Europe (hors France), il est en progression de 4,6% tandis qu'en France il n'enregistre qu'une faible croissance de 0,1%.

Plus de 100 millions de passagers en 2017 à Paris

En 2016, le groupe a accueilli plus de 97 millions de passagers sur Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly et plus de 42 millions au travers d'aéroports qu'il gère à l'étranger. En 2017, il va donc dépasser les 100 millions de passagers accueillis à Paris.

Le nombre de passagers en correspondance a augmenté de son côté de 0,8%.
Le trafic du groupe turc TAV Airports, dont le Groupe ADP détient 46,1% du capital, est en hausse de 15,2% en septembre et de 7,8% depuis le début de l'année.  A l'aéroport de Santiago du Chili, dont le Groupe ADP  détient 45% du capital, il est en hausse de 13,1% et de 10,9% depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2017 à 22:21 :
Les actuels dirigeants d'Aéroports de Paris ont deux obsessions atteindre à n'importe quel prix les 100 millions de passagers pour Roissy et Orly et se développer à l'international. Mais les dessertes, les installations, l'accueil, les services sont de piètre qualité. Pour preuve ? Le classement de Roissy au fin fond des classements des aéroports mondiaux. Quant à la diversification à l'étranger si elle est légitime elle se fait en dépit du bon sens. Désengagement de l'aéroport de Pékin après avoir engrangé une petite plus-value au lieu de rester dans le capital et participer au développement du futur aéroport de la ville qui va certainement gagner beaucoup d'argent. Tout ça pour acheter un aéroport vieillissant à Istanbul sans savoir que sa fermeture est imminente ! De plus investir dans un pays aussi risqué (politiquement, socialement) que la Turquie n'était pas la meilleure chose à faire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :