La dérive « survivaliste » des super-riches Américains

 |   |  837  mots
(Crédits : dr)
Alors que Donald Trump divise la société américaine et reprend la course aux armements, les milliardaires de Wall Street et la Silicon Valley ne pensent qu'à une seule chose : où se planquer si jamais advenait l'apocalypse, qu'elle soit nucléaire, climatique ou surtout sociale et politique.

En ces temps troublés où un tweet de Donald Trump suffit pour faire trembler la planète, à quoi pensent les super-riches ? Au Dow Jones qui vient de dépasser pour la première fois de son histoire le mur des 20.000 points ? Au prochain iPhone d'Apple qui serait tout en verre et se chargerait par induction. Non, pas du tout, les gens les plus riches de la planète, en particulier aux États-Unis, n'ont qu'une seule chose en tête : où se réfugier au cas où cela tournerait mal...

Le « survivalism », qui consiste à se préparer à survivre à la fin de la civilisation, fait des ravages chez les « rich & wealthy ». Ils sont tellement déprimés que le très sérieux magazine The New Yorker vient d'y consacrer un dossier. Sous la signature de l'un de ses journalistes vedette, Evan Osnos, l'article, titré en anglais « Doomsday prep for the super-rich » raconte comment « ils », les « Preppers », se préparent à fuir en cas d'apocalypse, qu'il soit nucléaire, climatique ou social et politique.

Il faut dire qu'il y a de quoi se faire peur : début janvier, le comité scientifique en charge de l'horloge de l'apocalypse (« Doomsday clock ») a avancé de 30 secondes, à 2 minutes et 30 secondes avant minuit, l'heure de la fin du monde. Une conséquence « de la forte montée du nationalisme, des déclarations du président Trump sur les armes nucléaires, du réchauffement climatique, de la détérioration de la sécurité mondiale dans un contexte de technologies de plus en plus sophistiquées ainsi que l'ignorance grandissante de l'expertise scientifique ». Bref, jamais, depuis 1953, quand la « Doomsday clock » était réglée à 2 minutes, lors de la création de la bombe H, nous n'avons été plus près de la fin de l'humanité.

La seule obsession est de se préparer au pire, raconte Evan Osnos dans son papier. Ainsi, Steve Huffman, 33 ans, l'un des co-fondateur du site communautaire Reddit, a-t-il décidé de se faire opérer de la myopie pour éviter d'avoir à porter des lunettes ou des lentilles de contact si les temps se troublent (« Without them, I'm fucked », explique-t-il)... Alors que l'élection de Trump divise le pays et fait craindre jusqu'à une « guerre civile », d'autres consacrent leur temps et leur argent à se bâtir un refuge inviolable. Ainsi Antonio Garcia Martinez, ex-dirigeant de Facebook, a acheté un terrain sur une ile déserte du Pacifique qu'il a équipé en énergie solaire et en armes et munitions. En fait, d'après l'enquête du New Yorker, plus de la moitié des plus riches Américains auraient déjà prévu leurs arrières en cas de crise. L'un d'entre eux a toujours un hélicoptère à disposition avec le plein pour se rendre dans son bunker. Dans le Kansas, le Survival Condo Project de Larry Hall propose des appartements de luxe dans un ancien silo de missiles Atlas. Le lieu le plus «hype» pour ces « réfugiés de luxe du futur » : la Nouvelle-Zélande, lieu de tournage du film « Le seigneur des anneaux ». Quiconque s'y rend en voyage s'entend dire par ses amis : « ça y est, tu t'achètes une assurance contre l'apocalypse... ».

La cause des tourments des « preppers » (voir par exemple le site prepperwebsite.com pour apprendre à cultiver ses légumes, construire son abri, vivre frugalement...), c'est bien entendu la conscience très vive qu'ils ont des inégalités extrêmes en particulier aux États-Unis. Selon une étude de Piketty, 170 millions de personnes gagnent, en moyenne, autant aujourd'hui qu'en 1980. Robert Johnson, un financier repenti qui a travaillé pour Georges Soros, estime que « 25 gérants de fonds spéculatifs gagnent autant que tous les instituteurs américains ». Rien d'étonnant à ce que certains de ces riches Américains avertis craignent qu'il se passe en 2017 aux États-Unis quelque chose qui pourrait ressembler à la révolution russe de 1917... Bernie Sanders en est en quelque sorte l'annonciateur alors que la contestation de la politique de Donald Trump fait renaître un socialisme américain inspiré du mouvement des 99%.

Le paradoxe de ce mouvement survivaliste, c'est que plutôt que de proposer de faire quelque chose pour résoudre la question des inégalités et donc éloigner au moins le risque d'explosion sociale, la seule réponse envisagée est de se protéger individuellement. Plutôt que d'accepter par exemple de payer un peu plus d'impôts, sur le revenu ou sur les successions, ou de développer une sécurité sociale pour tous, l'Amérique prend le chemin exactement inverse. Donald Trump veut supprimer l'Obamacare, baisser les impôts des plus riches ; il conteste la réalité du réchauffement climatique, interdit l'entrée des États-Unis aux ressortissants de certains pays et construit un mur avec le Mexique. Une protection illusoire et inefficace, néfaste à long terme pour la prospérité des États-Unis comme du reste du monde. Aussi illusoire que la fausse sécurité que s'achètent à prix d'or les « Preppers » dans leurs bunkers de luxe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2017 à 20:17 :
La répétition d'une contre-verité n'en fait pas une vérité. L'obamacare était une belle idée sauf qu'elle a été financée par les petits retraités. Je ne suis pas sur qu'Obama soit si fier du résultat.
a écrit le 04/02/2017 à 11:53 :
Illustration grandeur nature de l'égoîsme forcené des superriches. Heureusement qu'il ya en France un candidat pour protéger cette espèce en voie de disparition!
a écrit le 03/02/2017 à 9:53 :
Jadis, Keynes proposait d'euthanasier les rentiers. Aujourd'hui n'est-ce pas la classe des super riches (et super destructeurs de la planète) qu'il faudrait peut-être euthanasier ?
a écrit le 03/02/2017 à 9:52 :
Comme il est dit dans Bernard Lhermitte : "cochons de riches, ils ne savent plus quoi inventer pour se faire moins ch..."
a écrit le 02/02/2017 à 20:45 :
Vu que ce sont les super-riches qui sont réellement aux manettes du monde, si ils se préparent à l'apocalypse, cela voudrait dire qu'ils ne nous veulent pas du bien.
A force de nous vouloir autant de bien, ils vont nous faire penser qu'ils complotent.
Oh, on me dit qu'ils ont déjà corrompu les politiciens et médias de l'ensemble de la planète (cf les élections passées et encours).
a écrit le 02/02/2017 à 17:43 :
Si j'étais de ceux-là, je me préoccuperais d'abord de savoir quel bien pourra encore garder une valeur d'échange sans qu'il soit possible de me le faire racketter, parce que si ça se gâte vraiment, il n'existera plus aucun moyen de soudoyer et de faire confiance à des hommes de main, ni dollar ni or ni quoi que ce soit. Leurs relations apparaîtront pour ce qu'elles sont, de la fumée, et je doute qu'ils puissent compter sur leurs dix doigts. Pendant ce temps, d'autres comme ici continueront à s'échanger des oeufs, des légumes et des services, la vraie richesse quoi.
Et rien de tout ça n'arrive, ma foi ils n'emporteront pas plus que nous dans leur tombe.
a écrit le 02/02/2017 à 14:06 :
Bien vu, la prospérité des riches dépend de celles des autres, qui le sont moins. Il faut redistribuer un minimum et participer au bien commun.
a écrit le 02/02/2017 à 12:20 :
Il y a quelques semaines, vue la situation, je disais me préoccuper de creuser sous la maison pour construire une abri anti-atomique . Boutade évidemment, car si hiver nucléaire il doit y avoir, quel intérêt de survivre dans un monde dévasté et invivable?
Les très riches n'iront pas jusqu'à la guerre nucléaire tant qu'ils n'auront pas la possibilité d'aller sur une autre planète habitable. Par contre ce dont on peut être certain, c'est qu'ils feront tout pour éliminer le plus de monde sur Terre. De ce point de vue, la prochaine 3° guerre mondiale sera une hécatombe avec des centaines de millions de morts.
Réponse de le 02/02/2017 à 15:59 :
"Les très riches n'iront pas jusqu'à la guerre nucléaire". Quelle belle certitude...Personne ne se doutait que les banques us finançaient hitler et mussolini pour la dernière sauterie avant la suivante...
a écrit le 02/02/2017 à 9:34 :
"Le paradoxe de ce mouvement survivaliste, c'est que plutôt que de proposer de faire quelque chose pour résoudre la question des inégalités et donc éloigner au moins le risque d'explosion sociale, la seule réponse envisagée est de se protéger individuellement."

Merci beaucoup pour cet article qui ne fait que confirmer la pensée nietzschéenne reposant sur le principe dominants/dominés, notre système économique n'est que la représentation de la gouvernance des "faibles".

Ces gens là, auxquels la vie a tout apporté, sont bourrés de ressentiments car n'ayant pas eu dans leur vie à lutter pour s'en sortir, et comme nous le dit le philosophe, plus on possède et plus on est possédé, alors quand on possède des milliards imaginez la dégâts majeurs sur la capacité de raisonnement que cela occasionne sur nos possédants.

"Acquérir de la puissance se paie chère, la puissance abêtit" "Tu veux te décupler ? Tu veux te centupler ? Cherches des zéros". Nietzsche ne nous disait pas ce que nous devions penser ou faire, il se considérait lui-même comme une boite à outils dans laquelle on peut piocher afin d’appréhender les différents phénomènes "Unité de mesure pour tous les jours: nous pouvons avec peu de risque de nous tromper rattacher nos actes les plus courageux à la vanité, les plus médiocres à l'habitude et les plus mesquins à la peur."

Cette fin de règne qui décidément prend bien trop son temps, Nietzsche l'avait déjà pensé il y a plus d'un siècle "Hâte toi déclin !", on comprend mieux pourquoi ce philosophe a tant de fois été et est encore régulièrement et largement déformé, parce que son œuvre est, sans être une volonté de son auteur qui nous prête seulement ses lunettes pour mieux comprendre le monde, une critique majeur de l'oligarchie et de ses multiples serviteurs.

Du coup ces gens là tétanisés par la peur, dominés par leurs ressentiments sont incapables de penser le monde et comme vous le dites n'envisagent à aucun moment d'essayer de le changer avant que tout ne soit trop tard, d'autant qu'ils sont les seuls à en avoir les moyens, avouez que ça fait sévèrement penser à cette expression française qui veut que l'on soit "le plus riche du cimetière."

Dans la série anglaise "Dr Who", seule série que je regarde quand je le peux, qui est sous son air de fiction une véritable œuvre humaniste, à un moment dans un futur proche les riches dominants alors que la fin du monde est toute proche sont contents de dire au docteur que lui aussi est un élu et qu'il pourra être sauvé de la fin du monde. Celui-ci de répondre de suite: "C'est de rester avec des gens qui se croient assez importants pour survivre à la fin du monde qui serait une véritable condamnation, laissez moi disparaitre avec les autres svp."

Quand on voit ces gens là paniquer, pas difficile du coup de comprendre pourquoi et comment ils mènent la planète vers cette fin du monde à vitesse grand V, non ?

L'empire des faibles.
Réponse de le 02/02/2017 à 11:44 :
Dans le cas des "super-riches" on est plutôt dans l'empire des forts. Non pas d'un point de vue philosophique, mais financier.
Ce qui procure à notre époque un pouvoir autrement plus important et potentiellement plus dangereux pour le reste de l'humanité, qu'il y a plus d'un siècle, à l’époque de Nietzsche.

On peut aussi trouver son opinion sur la "morale des forts" quelque peu simpliste et "bisounours". Sous prétexte qu'elle serait "spontanée, sans arrière pensée et non vindicative"... tu parles. On a tout de même vu dans l'histoire récente que la volonté de pouvoir de quelques fous furieux était difficile à prévoir et ensuite à arrêter.

D'après Wiki, Nietzsche aurait aussi écrit :
« Toute bête […] tend instinctivement vers un optimum de conditions favorables au milieu desquelles elle peut déployer sa force et atteindre la plénitude du sentiment de sa puissance . ».

On peut donc trouver plusieurs finalités à recherche du pouvoir et plutôt que de prendre le risque, le mieux est de se prémunir des déséquilibres et des conflits. C'est normalement le rôle des politiques, à condition qu'ils ne succombent pas eux mêmes à la tentation de gouverner par la force et la dictature.
Il est donc important que le pouvoir soit contrebalancé par un contrepouvoir, si on veut rester en démocratie et préserver les libertés fondamentales. Surtout dans une société un peu déboussolée, où même des gens qui ont été victimes de la guerre sont en recherche d'autoritarisme et de superhéros.
Réponse de le 02/02/2017 à 21:03 :
Possible que je n'ai pas compris le sens que vous vouliez lui donner à vos propos en faisant référence à Nietzsche. Désolé je n'ai pas eu le temps de lire, ou de relire depuis l’école.
Mais grâce à l'usage de mon libre arbitre j'ai rapidement trouvé des informations sur Internet.
Conclusion : Nietzsche reste un philosophe rempli de contradictions et ses écrits peuvent être interprétés de diverse manières. Pour exemple, les nazis se sont reconnus dans quelques unes de ses pensées. Vous comprendrez que dans ce contexte de montée des nationalismes, il faille se méfier des auteurs qui s’exonèrent de la morale, nient l'existence de la vérité et prônent la volonté de puissance. Tant que le "surhumain" Zarathoustra reste un récit mythique, ou un concept philosophique cantonné à l'ego d'un individu, passe encore. Mais quand il est mis en pratique par des dirigeants se considérant comme des élus, non pas au sens démocratique du terme, mais usurpant le sens métaphasique, il faut des contrepouvoirs.

Pour revenir aux super-riches, je ferais plutôt référence à la naissance de la démocratie à Athènes.
Réponse de le 03/02/2017 à 10:28 :
"Possible que je n'ai pas compris le sens que vous vouliez lui donner à vos propos en faisant référence à Nietzsche"

Moi c'est cette phrase que je ne comprends pas.

"Désolé je n'ai pas eu le temps de lire, ou de relire depuis l’école"

Depuis le lycée vous vouliez dire je suppose non ?

"Mais grâce à l'usage de mon libre arbitre j'ai rapidement trouvé des informations sur Internet. "

Vous associez libre-arbitre et internet ? Monsieur est un farceur je constate puisque sur internet on trouve tout ce que l'on veut trouver, de faux et de vrai. Référez vous plutôt à votre pensée.

"Nietzsche reste un philosophe rempli de contradictions et ses écrits peuvent être interprétés de diverse manières."

Ok et elles sont où ces contradictions svp ?

"Pour exemple, les nazis se sont reconnus dans quelques unes de ses pensées."

Ah d'accord si les nazis se sont reconnus dans certaines de ses pensées c'est parce que Nietzsche est contradictoire, et par quelle coup de baguette magique en êtes vous arrivé à une telle réflexion je vous prie ?

"Vous comprendrez que dans ce contexte de montée des nationalismes, il faille se méfier des auteurs qui s’exonèrent de la morale, nient l'existence de la vérité et prônent la volonté de puissance."

Nietzsche ne prône pas la volonté de puissance, je l'ai demontré dans mon premier commentaire vous savez celui sur lequel vous vous êtes jetté dessus ? Vous racontez n'importe quoi et toujours aucun argument.

"Tant que le "surhumain" Zarathoustra reste un récit mythique, ou un concept philosophique cantonné à l'ego d'un individu, passe encore"

Et-ce que vous au moins déjà vous comprenez cette phrase !?

"Mais quand il est mis en pratique par des dirigeants se considérant comme des élus, non pas au sens démocratique du terme, mais usurpant le sens métaphasique, il faut des contrepouvoirs"

Oui mais comme je vous l'ai déjà dit qui surveille ces contrepouvoirs ? Puisque la priorité du pouvoir c'est de corrompre les contre pouvoirs.

"Pour revenir aux super-riches, je ferais plutôt référence à la naissance de la démocratie à Athènes."

A mais n'hésitez surtout pas! Et donc ?!

Bref je suis vraiment sympa de prêter attention à vos propos qui ressemblent fortement uniquement à du trollage ce que je signalerais comme tel la prochaine fois.

L'empire des faibles.
a écrit le 02/02/2017 à 9:06 :
saddam aussi il avait un bunker.........
Réponse de le 03/02/2017 à 7:27 :
Staline, hitler et une quirielle de dictateurs. Ca ne les a pas proteges de la fin.
Bien a vous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :