La Tribune

Très haut débit : « moins de cuivre, plus de fibre, c'est plus d'emplois ! »

Jean-Michel Soulier de Covage -  David El Fassy d'Altitude Infrastructure - Eric Jammaron d'Axione Infrastructures.
Jean-Michel Soulier de Covage - David El Fassy d'Altitude Infrastructure - Eric Jammaron d'Axione Infrastructures. (Crédits : DR)
Par Jean-Michel Soulier, président de Covage, David El Fassy, président d'Altitude Infrastructure, et Eric Jammaron, vice-président d'Axione Infrastructures.  |   -  803  mots
Alors que le gouvernement doit présenter en février sa feuille de route en matière de très haut débit, ces trois spécialistes des réseaux d'initiative publique et de l'aménagement numérique du territoire lui demandent de fixer une date précise d'extinction du cuivre, c'est-à-dire de basculement général du réseau téléphonique traditionnel, utilisé pour l'ADSL, à un nouveau réseau entièrement en fibre optique afin de mieux mobiliser les financements.

A l'heure où la mobilisation est générale sur l'emploi, les grands projets d'infrastructures sont des puissants vecteurs de croissance, notamment dans les secteurs d'avenir comme le numérique. Le passage de la télévision analogique à la télévision numérique (TNT) a permis, outre l'élargissement du choix offert aux consommateurs, le lancement massif de la télévision HD, le développement de la filière de production, les retombées pour les distributeurs d'électronique grand-public, le relais de croissance de la publicité, l'émergence de « tower companies » pour la diffusion, etc. Le grand chantier de la fibre optique peut aussi constituer une formidable opportunité d'investissement d'avenir pour la France, triplement génératrice de croissance durable, de bien-être social et de création d'emploi à court terme.

Remplacer partout le réseau de cuivre par de la fibre optique
La décision volontariste, porteuse de bénéfices économiques et sociaux démultipliés, serait de remplacer partout en France le réseau téléphonique en cuivre par un réseau entièrement numérique en fibre optique jusqu'à l'abonné (FTTH). Ce choix exprimerait une vision dynamique du développement de notre pays autour d'objectifs d'égalité, d'attractivité et de compétitivité.

Afin de porter une telle ambition d'aménagement numérique, l'Etat et les collectivités locales devront travailler ensemble en respectant les deux fondements de leur intervention : la maîtrise publique et la solidarité nationale. Ce sont ces ingrédients qui ont permis la réussite de la première génération d'initiatives publiques de ces dix dernières années : éradication des zones blanches, amélioration des services en zone rurale, passage au très haut débit pour les établissements publics (santé, sécurité, enseignement, formation, tourisme...) et les entreprises, émergence des premiers services publics numériques de proximité, valorisation du foncier, relocalisation de population en monde rural, création de plus de 10 000 emplois...

Mais alors que les nouveaux usages décollent dans tous les domaines de notre société, une fracture du très haut débit se dessine entre quelques villes concernées et les autres. En réaction, l'Etat se mobilise et entend définir d'ici février sa stratégie d'investissement pour dessiner la France de la prochaine décennie, tout particulièrement celle du très haut débit pour tous. Alors comment lancer définitivement ce chantier, sachant que, depuis trois ans, bien peu a été fait ?

La coexistence de deux réseaux crée une fragilité économique
La solution est de prendre aujourd'hui la décision claire sur un horizon irrévocable d'extinction du réseau cuivre et de migration de tous les utilisateurs sur le nouveau réseau de fibre optique. A l'instar de la TNT, le gouvernement pourrait donner cet objectif ultime et faciliterait ainsi grandement la difficile question de son financement. Dans un tel cadre, et en complément des investissements confirmés des opérateurs dans les très grandes villes, les collectivités, appuyées par l'Etat, pourront contribuer, via des réseaux d'initiative publique (RIP), à la couverture des zones structurellement non rentables. Contrairement au système en vigueur de coexistence de deux réseaux concurrents (cuivre et FTTH) créant ainsi une fragilité économique réciproque, l'extinction du cuivre, dès lors que la fibre est déployée, inverse la donne et permet la mobilisation optimale de financements, notamment des fonds spécialisés dans le l'accompagnement des projets d'infrastructures d'intérêt général. Une péréquation franche entre zones rentables et non rentables au sein d'un département ou d'une région compléterait utilement le dispositif. L'économie pour l'Etat et les collectivités territoriales, par rapport au plan actuel, serait alors colossale.

La fibre c'est plus de 40.000 emplois qualifiés et non délocalisables
Ceci n'est que la liste des bénéfices à long terme. Mais l'impact sur l'emploi à court terme serait sans doute le plus important dans ce contexte de crise économique. On estime le besoin de main d'?uvre sur le déploiement de la fibre optique à plus de 40.000 emplois, qualifiés et non-délocalisables, sans compter la création d'une filière industrielle nationale et locale potentiellement exportatrice si nous prenons l'initiative sur les autres pays. Nos grands opérateurs, mais aussi de nombreuses PME sur l'ensemble du territoire, en seraient les grands bénéficiaires.

La France est un grand pays d'infrastructures. Elle doit le redevenir sur le numérique. Nous sommes nombreux à être prêts à fédérer nos énergies au service d'une vision nationale ambitieuse et durable. C'est surtout l'un des moyens de remettre en marche le train de l'emploi et de la croissance au c?ur de l'ensemble des régions françaises.

 

Réagir

Commentaires

Photo73  a écrit le 22/01/2013 à 22:27 :

Comment FranceTelecom/Orange va continuer à faire son beurre des paires cuivre si on les lui supprime ?
Le débit via les fibres optiques, j'imagine que c'est lié au matériel à chaque bout et non à la fibre elle même. Donc une fois installée, c'est l'infrastructure qui fera le travail.

Blaster88  a écrit le 18/01/2013 à 0:15 :

La terre est plate, elle est également le centre de l'univers. A quoi bon faire de la recherche sur les maladies ? Nous serons morts avant qu'un remède soit trouvé. A quoi bon construire des Porsches, on ne peut pas rouler à plus de 130 sur autoroutes. A quoi bon créer de nouveaux tissus, ceux que nous avons sont très bien. A quoi bon ? Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme... Le Génie Civil (majorité d'emplois français) l'installation de la fibre aussi. Après, c'est sûr que pour faire du traitement de texte, un 286DX2 avec un écran vga est largement suffisant... Imaginez Wikipedia en très haut débit en 3D modélisé dans votre pièce ? c'est plus que 7,9 go non ? imaginez le futur... IMAGINEZ... le futur nous donne les outils, le passé nous dit comment nous en servir... Une petite autre pour la route : notre niveau d'ingnorance ne dépassera jamais notre incapacité à utiliser ce que nous savons...

DaBuzz  a écrit le 17/01/2013 à 17:29 :

Le deploiement de la fibre a l'echelle nationale ne se fera pas en 2 jours si il se fait, donc la vrai question ce n'est pas "est ce utile aujourd'hui ?" mais "est ce que cela sera utile dans X années ?" ou X represente le temps du deploiement.
Et si l'on compare les besoins en bande passante d'un utilisateur lambda en 2013 comparé au meme utilisateur en 2003 et bien on peut imaginer que la fibre aura son utilité d'ici quelques années ...

lolilol  a écrit le 17/01/2013 à 17:19 :

Le seul problème c'est que quand on a investi dans une collecte ATM, on a mis les moyen, pour que ca soit disponible à un maximum de personne. On a mis beaucoup d'argent, en France.
Pour la fibre, vu le prix des offres internet / GSM, tiré vers le bas par certains, comment peut-on investir massivement ???

snmp  a écrit le 17/01/2013 à 11:39 :

Ouaif, sauf que c'est le matériel chinois qui en pointe dans se domaine avec ZTE et Huawai avec des prix plus bas que Alcatel, Ericson ....

Charly31  a écrit le 17/01/2013 à 10:18 :

Le problème que je vois avec le tout fibre. C'est qu'avec le téléphone sur fibre, en cas de coupure d'électricité le téléphone aussi est coupé pas moyen d'appeler des secours. Alors que le cuivre alimente le téléphone à travers un réseau indépendant d'où plus de sécurité.
Lors d'une tempête comme en 99 on aurait des morts dû à l'impossibilité de joindre les secours...

jardinier  a répondu le 19/01/2013 à 12:05:

Avec le téléphone par ADSL, vous n'avez de toute façon plus de communications possible en cas de coupure d'électricité car c'est la box qui n'a plus d'alimentation. C'est effectivement un problème, en particulier en campagne où ce genre de coupure est assez fréquent. Le transport de l'information par fibre optique ne changera donc rien à cette problématique mais résoudra le problème d'accès au haut débit.

francois  a écrit le 17/01/2013 à 8:08 :

Bonjour,
le seul problème étant que -s'il y a réellement de- la création d'emploi sera(i) temporaire, tandis que les bénéfices, eux seront continus, pour une "avancée" technologique bridée juridiquement !
A quoi sert d'avoir du Ultra Haut débit puisque personne ne peut télécharger !?! à téléphoner ?

Langevain  a répondu le 17/01/2013 à 8:47:

Le téléchargement tu connais ? Les jeux vidéos par exemple sont lourds et long à télécharger.

françois  a répondu le 17/01/2013 à 13:26:

d'accord... donc la France entière devrai payer pour les quelques ado/adulescents qui ne PEUVENT pas attendre une heure pour faire joujou ?

shilom  a répondu le 17/01/2013 à 16:17:

francois tu ne vois pas très loin... car de nombreuses applications comme la vidéo en direct pour par exemple le soin à domicile auront besoin d'énormément de débit pour l'instant je suis d'accord ça ne sert pas à grand monde mais à terme c'est essentiel

jrusic  a écrit le 16/01/2013 à 16:52 :

Le problème de l'ADSL c'est que c'est un réseau cuivre vieillissant, dépassant dans certains endroits les 50 ans. Ses capacités déclinent rapidement dès que l'on s'éloigne du central sans compter les vols de câbles de cuivre. De plus en plus de services sont proposés et le cuivre montre déjà ses limites (VOD, télévision connecté, tablettes, télétravaille?), c'est comme dire que des routes de pavés sont biens suffisant alors que nos véhicules on énormément évolué. Si l'on ne suit pas un minimum, cela se cassera la figure comme l'industrie automobile française et on continuera à brandir à un savoir-faire français qui ne pourra pas s'exporter car finalement celui-ci n'existera pas.

Grincheux  a répondu le 16/01/2013 à 18:11:

Le véritable problème est qui va payer la facture de 25 milliards ? Les opérateurs, les clients ou les contribuables (via l'Etat et les collectivités locales) ?

big raoul  a répondu le 17/01/2013 à 3:42:

Aujourd'hui, on a une industrie de technocrates formés dans des institutions comme l'ena; elle-même, incapable, de se réformer pour "produire" des cadres capables de s'autocritiquer et critiquer un système politique en désuétude ...
Il y a quelques bonnes choses dans notre vieillissante France mais pas mal de choses à revoir dont une réforme profonde de l'état et de ses émanations. On a plus de technocrates et d'élus de tout poils que bons nombres de pays voisins réunis. Mais qu'on se rassure, c'est sûrement un symptôme de la démocratie, avec des élus au plus proche des citoyens (qu'on voit principalement au moment des élections) ... ;p
Aller créer des rip qui vont se substituer à des acteurs économiques dont une ancienne émanation de l'Etat privatisée depuis .... Pourquoi ne pas créer un autre opérateur national France Fibre qu'on privatisera dans quelques années ?
Quelle gabégie ... Il faut bien justifier les taxes existantes et nouvelles plutôt que de gérer et d'optimiser les budgets ;p

MARRE DES PAUVRES  a répondu le 17/01/2013 à 7:58:

Merci Jrusic

dsicol  a écrit le 16/01/2013 à 16:37 :

Je crains qu'une bonne partie des contributeurs ait un train de retard, non pas tant sur la technique que sur les usages : l'usager des années 2010 ne va plus "sur" Internet, il vit dedans !

Or les technologies cuivre, inégalitaires par essence, influent directement sur les services disponibles : dis-moi à quel service tu ne peux PAS accéder, je te dirai quel est ton débit...

Rapetasser avec de l'argent public le réseau cuivre au profit de son propriétaire... privé, ou à l'avenir entretenir 2 réseaux concurrents sur les plaques qui auront été (progressivement) fibrées... le voici, le vrai gaspillage !

simple citoyen  a écrit le 16/01/2013 à 6:04 :

Oui. On pourrait aussi démolir toutes les constructions publiques afin de les rebâtir selon des normes plus écologiques. Le gouvernement créerait une filière industrielle nationale afin de limiter l'emploi de produits étrangers. Voilà qui serait également fortement non-délocalisable et pourvoyeur d'emploi. On pourrait en profiter pour lutter contre les violences masculines en rendant le travail obligatoire pour les hommes au sein de brigades spéciales pour l'amélioration du pays... En compensation, les femmes seraient nommées aux postes vacants et des centaines de milliers d'emplois supplémentaires seraient créés pour bâtir et animer des crèches d'état dès le plus jeune âge. Vous avez dit capitalisme de connivence ou capitalisme d'état ou ...

adsl  a écrit le 15/01/2013 à 21:14 :

Encore de l'argent public gaspillé, alors que l?ADSL avec la ligne téléphonique suffit amplement pour les besoins "normaux". Je ne comprend plus la logique de ce pays...

N  a répondu le 16/01/2013 à 14:05:

Chacun décide ou non de vivre tel un pleutre dans le passé ou alors décide d'évoluer en même temps que les autres de son espèce. Sans doute que l'ADSL vous suffit. Moi non.

Racomir  a répondu le 16/01/2013 à 15:35:

Si seulement il suffisait d'augmenter le débit de sa connexion à Internet pour "évoluer". Je me souviens des modems RTC qui offraient du 28K. On se disait alors "bon sang, vivement l'ADSL". Puis quand on l'a eu, on s'est dit "bon sang, vivement l'ADSL 2+". Quand on aura la fibre, on se dira "bon sang, vivement MachinTruc". Donc quel que soit le débit, quoi que soit ce qui sortira, on ne sera pas content, et il faudra passer à la nouveauté suivante. L'insatisfaction sera éternelle. Quand la fibre sera le standard pour tous, monsieur N viendra nous dire que ça ne lui suffit pas et qu'il veut évoluer. Le débit offert par l'ADSL est déjà énorme, et il est évident que ceux qui ont besoin de davantage sont principalement des consommateurs de peer-to-peer, qui veulent "évoluer" en regardant plus de séries télé et en jouant à plus de jeux vidéos. Ceux qui veulent simplement profiter du savoir offert par Internet ont largement assez avec une ligne ADSL. Pas besoin de pouvoir télécharger 10 Go dans la journée pour ça. 10 Go c'est l'équivalent d'une bibliothèque bien fournie, donc de quoi lire pendant une vie entière. Et avec l'ADSL, c'est téléchargé en quelques heures, ou jours, seulement. La totalité de l'encyclopédie Wikipedia, c'est 7,9 Go seulement. Par contre, la totalité des séries télé, c'est sûr, c'est beaucoup plus. Pour ma part je laisse ça à ceux qui veulent "évoluer".

Darwin  a répondu le 16/01/2013 à 15:45:

@ N: et vous êtes prêt à payer combien pour un abonnement triple play FTTH 100 Mbps ?

MARRE DES PAUVRES  a répondu le 16/01/2013 à 19:10:

35,99?

http://adsl.sfr.fr/toutes-nos-offres/#tabs-2

rdg  a répondu le 17/01/2013 à 10:00:

Ici dans un vallon Tarnais, nous sommes encore en zone blanche donc c'est 5ko/s max.
Donc doucement les investissements superflus en ville... Et ceux qui ne peuvent se passer d'une connection Très Haut Débile qu'ils n'ont pas encore, n'ont qu'à revenir un peu dans la vraie vie le temps que ça download....

Grincheux  a écrit le 15/01/2013 à 21:11 :

Coût du déploiement de la fibre pour remplacer le réseau cuivre: entre 25 et 30 milliards d'euros, 80% des coûts sont du génie civil (peu de travailleurs français) et le reste des équipements passifs et actifs américains ou chinois.

allo  a écrit le 15/01/2013 à 18:40 :

un réseau fibre est très coûteux, trop coûteux en cette période. il faut savoir que le réseau cuivre + adsl actuel n'est pas optimisé, et lorsqu'il le sera, on ne sera pas loin des possibilités de la fibre. le réseau cuivre existe partout en france. donc pas de folies corporative, gardons les pieds sur terre.

zelf  a répondu le 17/01/2013 à 6:39:

C'est juste faux un réseau cuivre n'attendra pas 10/100Gbps sur tout le territoire.

jardinier  a répondu le 19/01/2013 à 12:16:

Seule la fibre optique peut amener du haut débit sur des distances importantes. L'ADSL dont le débit dépend très fortement de l'atténuation du signal et donc de la distance à parcourir est de ce point de vue très vite limité. Il a cependant permis d'offrir un débit d'information acceptable à une majorité de gens sans investissement lourd et a offert aux opérateurs l'opportunité de gagner beaucoup d'argent à peu de frais. Sur les grands axes de communication, vous avez forcément de la fibre optique. Sans la fibre optique, internet n'existerait pas!

step by step  a écrit le 15/01/2013 à 18:10 :

Que ces 3 acteurs prient pour leur chapelle cela n'a rien d'étonnant. Par contre, il n'y a pas d'urgence à amener partout 100 Mb là où l'on peut déjà amener 20 à 50 Mb avec d'autres technologies, surtout quand 3 millions de foyers n'ont toujours pas 2Mb après les grandes promesses de 2003... Claude 34 est rétrograde dans la comparaison mais comparons plutôt une partie seulement de ce même investissement mis dans l'éducation (en créant des écoles adossées à des professionnels limitant les théoriciens inexpérimentés) et la santé (les maisons de santé pour désengorger les vraies urgences), cela créera aussi des emplois et de la richesse à moyen terme. La seule motivation que l'on peut accorder au crédit des ces 3 promoteurs est la création rapide de richesses par les services associés à ces débits, la grande question demeure le retour sur investissement pour les contribuables..

pic de fresnel  a écrit le 15/01/2013 à 17:07 :

L'avenir est sans nul doute dans la fibre optique minérale, mais pas seulement, le cuivre continuera sa complémentarité pendant encore quelques décennies, nous ne pourrons du jour au lendemain supprimer nos infrastructures cuivre qui sont aujourd'hui très performantes.

jardinier  a répondu le 19/01/2013 à 13:13:

Aujourd'hui, tous les réseaux longues distances utilisent de la fibre silice monomode et ceci depuis déjà longtemps; ce n'est donc pas une problématique d'avenir. La fibre optique plastique, qui a d'ailleurs fait de gros progrès depuis son apparition sur le marché, et qui utilise des longueurs d'ondes plus courtes que la fibre silice est surtout utilisée pour des transmissions sur de très courtes distances.

claude34  a écrit le 15/01/2013 à 16:41 :

Effectivement, si on dépense des milliards pour un truc qui ne sert à rien, ça fera quand même des emplois. Voir la théorie des ronds points, toujours dans le domaine des "infrastructures" ...

MARRE DES PAUVRES  a répondu le 15/01/2013 à 17:07:

"Qui ne sert à rien... "
Tiens ca me rappelle les reflections à l'arrivée des Téléphones Portables... ou d'internet.
Chapeau Claude34 vous devait être un visionnaire!

MonsieurJZ  a répondu le 15/01/2013 à 17:34:

Votre commentaire, au combien idiot, reflète bien le déni de réalité qui gangrène notre pays depuis 15 années désormais.
L'internet n'est pas un "outil" comme le laissait entendre N.Sarkozy lors de l'eG8 en 2010, c'est une révolution, au même titre que les précédentes révolutions industrielles dans le sens où elle modifie brutalement le tissu économique. A l'inverse des ronds-points, ce n'est pas le chantier qui est créateur d'emploi, mais l'éco-système lui-même qui favorise l'apparition de nouveaux acteurs, de nouveaux services, de nouvelles entreprises...

Je vous laisse le soin d'observer l'activité des entreprises les plus rentables, les plus écologiques et possédant la plus grosse capitalisation boursière. Pendant ce temps, garder à l'esprit qu'en France, on continue de vouloir rivaliser avec la Chine ou l'Inde...

pm  a répondu le 15/01/2013 à 17:58:

Vous avez globalement raison claude34. Les japonais amènent la fibre jusqu'à l'utilisateur final (potentiel 1000mbps). Si l'on se limite à amener la fibre en bas de l'immeuble, et la connecter à une colonne cuivre existante, on divise le potentiel par 10 (encore non négligeable). Se pose aussi les performances des serveurs; si votre installation a la capacité de 1000 et qu'on ne vous délivre que du 20, où est l'intérêt ? Et si le but c'est de donner la possibilité aux "téléchargeurs" d'obtenir des milliers de fichiers (qu'ils n'utiliseront quasiment pas) en qq secondes, au lieu de qq minutes, la bonne question est: ça touche qui ? combien ? Si, une fois de plus, c'est pour mutualiser, en faisant payer au quidam, les outrances de quelques "malades", non, merci !

ZAPPINGTV  a répondu le 15/01/2013 à 18:30:

FTTH nouvelles obligations fibre optique
Le cadre législatif et réglementaire de cette partie du réseau en fibre optique est
désormais établi, notamment :
? les immeubles neufs à usage d?habitation, professionnel ou à usage mixte, pour
lesquels une demande de permis de construire a été déposée à compter du
1er avril 2012, doivent obligatoirement être équipés en lignes de communications
électroniques à très haut débit en fibre optique. Ce pré-équipement est à la charge
du maître d?ouvrage ;
? cette partie terminale du réseau sera ensuite mise à disposition d?un opérateur
d?immeuble, désigné par le propriétaire ou le syndicat de copropriétaires, et
mutualisée entre les différents opérateurs de communications électroniques.

claude34  a répondu le 15/01/2013 à 18:58:

Désolé, mais je ne vois pas bien à quoi servira le débit offert, par rapport aux dépenses faramineuses. Ne pas oublier que d'ici à ce que la fibre soit effectivement déployée massivement (10 ans ?), le mobile en sera à la 5G, avec plus de fréquences allouées, etc. Le VDSL offre dans l'immédiat une solution raisonnable, avec un débit correct, même s'il ne suffira pas à un partageur fou.

Si la fibre intéressait vraiment quelqu'un, le taux d'abonnement des logements fibrés serait bien plus élevé. Il me semble qu'il tourne à 16%, bonjour la rentabilité. Et il faudrait donc subventionner cette fumisterie (bon, ce ne serait pas la dernière ...).

Pluto  a répondu le 15/01/2013 à 21:17:

Un simple coup d'oeil sur la réalité des choses montre que Claude34 a bien raison :quel est le taux de commercialisation des prises déjà installées ? A peine une vingtaine de pourcent, et encore, dans les grandes villes ! On voit bien que cet article a été écrit par des gens qui essaient de vendre une soupe trop connue avec des arguments d'étudiants en école de commerce : pousser à la consommation ... des crédits publics pour faire tourner leur petite affaire. Ils ont juste oublié quelque chose : autant la révolution du portable correspondait à un BESOIN réel, autant la fibre optique pour utilisateurs grand public est surdimensionnée pour 98% des foyers concernés. Reste bien sûr les utilisations professionnelles, mais ces 3 acolytes sont loin d'être les seuls sur ce créneau, d'où d'ailleurs, leur blabla pour réaliser des réseaux qui perdront beaucoup d'argent avec les deniers publics, et où donc, il n'y aura que très peu de concurrence dans la construction de ces infrastructures inutiles...

MARRE DES PAUVRES  a répondu le 15/01/2013 à 21:18:

Si vous voulez stagner tant pis pour vous .. laisser la France evoluer!
Avec des gens comme vous on aurait rejeter internet pour conserver le minitel....

JusteUnGars  a répondu le 16/01/2013 à 16:07:

Ni Claude34, ni ses détracteurs ont raison ou tort dans l'absolu. Quand Claude34 dit que la Fibre Optique n'est pas une nécessité à l'heure actuelle avec l'arrivée du VDSL, il n'a pas tord. Mais il ne faut pas oublier que la technologie VDSL nécessite aussi des investissements car les débits sont augmentés mais sur une très courte distance... Donc il va falloir aussi refaire un peu les infrastructures de toute façon.
Mais ce raisonnement de garder le cuivre n'est pas viable sur le long terme. Pendant combien de temps allons-nous pouvoir tirer sur l'infrastructure cuivre pour tenter de suivre les performances de la fibre optique ? Arrivé un moment, tous les protocoles de transports ne pourront pas permettre d'assurer des débits équivalents à la fibre.
Et concernant les utilisations de l'internet : oui l'ADSL suffit à certains mais pas à d'autres. Pour une consultation internet classique oui mais sans citer obligatoirement le piratage ou le streaming, les besoins de bande passante ne cesse d'augmenter. Votre utilisation de votre connexion ne doit pas être considéré comme l'utilisation type de l'ensemble des internautes français. Et à force, le manque de vitesse va bloquer des développements comme le travail à la maison ou la domotique par exemple.
Il faut voir plus loin que les 3 prochaines années...