Inde : les succès de Narendra Modi

 |   |  826  mots
(Crédits : Reuters)
Cinq mois après sa prise de fonction, le nouveau premier ministre indien, Narendra Modi surfe les succès. par Philippe Humbert, consultant en entreprise et analyste politique

Cinq mois après  sa prise de fonction comme premier ministre le 26 mai 2014 ,  la « magie » du grand communicant qu'est Narendra Modi continue à séduire l'Inde : il vient de passer avec succès le premier test en vraie grandeur  des élections tenues le 16 octobre au Maharashtra (capitale Bombay  118 millions d'habitants ) et dans l'Haryana (près de Delhi ,  40 millions )   pour le renouvellement des Assemblées de ces deux Etats

Une nouvelle défaite pour le Congrès qui dirigeait ces Etats depuis 15 et 10 ans

Les résultats annoncés le 19 octobre indiquent un clair succès du BJP . Au Maharashtra, le BJP l'emporte avec 26. 6 % des voix , sans atteindre toutefois la majorité des sièges; dans l'Haryana , l'avance du BJP  est encore plus nette avec 33,6% des voix et la majorité absolue des sièges. Dans ces deux Etats , N. Modi avait conduit une campagne agressive et personnelle , sous les seules couleurs du BJP , après avoir rompu au Maharashtra l'alliance historique avec son allié d'extrême droite .

Les autres élections prévues  au Jharkhand et Jammu - Kashmir en 2014 ,ensuite au Bihar en 2015  - des  Etats a priori plus « difficiles «  pour le BJP - , permettront de vérifier si le BJP est en passe d'assurer sa majorité au Rajya Sabha (  Sénat ) ,ce  qui lui donnerait les mains  libres pour mettre en œuvre son programme et renforcer son emprise sur la politique indienne tant au niveau fédéral qu'à celui des Etats , aidé en cela par le désarroi du parti du Congrès et l'émiettement des autres partis de gauche .

Les thèmes majeures de Modi -développpement et gouvernants- toujours efficaces

Les thèmes majeurs de  campagne de N. Modi -le développement et la gouvernance - continuent de se révéler efficaces sur le plan électoral ( y compris quand ils sont repris par des adversaires politiques comme au Bihar ) , mais il reste à obtenir des résultats concrets sur ces deux plans .

Les milieux d'affaires sont confiants , encouragés par le rebond depuis trois mois des investissements étrangers et des mouvements de capitaux , la reprise de la roupie par rapport aux devises étrangères et la grande campagne «  Make in India «  lancée par le premier ministre le 25 septembre , un appel argumenté aux entreprises industrielles  indiennes et étrangères pour produire en Inde , créer des emplois et développer des technologies : création de corridors industriels , simplification des procédures , libération de multiples projets jusqu'ici bloqués par des contraintes environnementales , lancement de grands appels d'offre pour développer les énergies renouvelables ,énergie solaire notamment , relèvement des seuils de participation des capitaux étrangers dans certains secteurs .. . toutes mesures utiles mais qui ne produiront des effets tangibles qu'à moyen ou long terme , ce qui conduit le gouvernement à ne pas remettre en cause les grands programmes sociaux violemment critiqués pendant la campagne !

Une croissance proche des 7%, objectif affiché

Dans l'immédiat et bien que le secteur manufacturier reste déprimé ,  le gouvernement indien est conforté par les prévisions de la Banque mondiale et du Fonds monétaire faisant état d'un taux de croissance de + 6.4 % en 2015/2016 , contre + 5.6 % cette année , pas trop éloigné du retour à un palier de +7% , ambition déclaré du gouvernement .

S'agissant de gouvernance ( en d'autre terme, de lutte contre la corruption ) , faut-il considérer que l'annulation par la Cour suprême de concessions minières accordées dans des conditions suspectes depuis 1993 , et l'emprisonnement pour enrichissement personnel de Jayalalithaa , ex -icône du cinéma indien , secrétaire générale du puissant parti AIADMK et Chief minister du Tamil Nadu comme des premiers pas ?

 Une  diplomatie économique  bilatérale en action

Ouvrant par un voyage au Bouthan une série de visites à l'étranger , N. Modi a montré son souci de rassurer ses voisins immédiats et illustrer la politique « Look East Policy «  de ses prédécesseurs , dans laquelle le Japon tient une place particulière en tant que partenaire stratégique , face à une Chine de plus en plus influente sur le plan commercial et politique .

Parallèlement, N Modi a inauguré par un voyage à haut profil aux USA sa « West link Policy «  , une quête pragmatique vers les sources d'investissements et de technologies au meilleur niveau . La mise en scène de ses entretiens avec Barak Obama et de son discours à la diaspora indienne au Madison Square Garden , une première , tout était fait pour rehausser la relation bilatérale et dissiper les arrière pensées .

Ce faisant , N Modi confirme que les priorités de l'Inde et de son développement sont prioritaires par rapport à tout militantisme multilatéral , qu'il s'agisse de commerce (cf le blocage par l'Inde, seule ,  fin juillet 2014 à Bali du projet  négocié à l'Organisation mondiale du commerce ) ou des approches vers un accord sur le changement climatique à la conférence de Paris ( dite COP 21 en décembre 2015 ) , dès lors que cela prendrait la forme de traités internationaux juridiquement contraignants .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :