Le tout renouvelable est-il possible ?

 |   |  955  mots
(Crédits : Fotolia)
L'économie internationale en campagne, avec le CEPII. Peut on produire de l'énergie seulement à partir du renouvelable? Questions à Stéphanie Monjon, CEPII

Tout le monde en parle. L'enjeu est décisif. Pourriez-vous nous préciser ce que sont les énergies renouvelables ?

C'est l'ensemble des ressources énergétiques issues de la nature, inépuisables à l'échelle de temps humain, utilisables dans le secteur de la production d'énergie ou des transports. Certaines, comme l'énergie hydraulique, l'énergie marine ou l'énergie éolienne ne peuvent servir qu'à produire de l'électricité. D'autres ont plusieurs usages possibles : l'énergie solaire, l'énergie géothermique, ou encore la biomasse (par exemple, le bois ou les déchets) permettent de produire de l'électricité ou de la chaleur ; le biogaz peut servir à la production électrique ou alimenter des véhicules adaptés, et les biocarburants peuvent être ajoutés aux carburants traditionnels.

Quelle est leur importance ?

Au niveau mondial, dans la consommation énergétique finale, la part des énergies renouvelables a atteint près de 20 % en 2014. C'est dans la production électrique mondiale que les énergies renouvelables ont le plus fortement progressé : leur part a atteint 23 % en 2014 avec près de 17 % pour l'hydraulique, loin devant l'énergie éolienne (2,3 %), les bioénergies (1,2 %) et le solaire photovoltaïque (1,2 %).

Bien que la part du solaire photovoltaïque et de l'éolien soit encore faible dans la production électrique mondiale, il y a dans ce domaine des progrès remarquables : entre 2011 et 2015, les capacités de production installées ont augmenté de respectivement 42 % et 17 % par an. C'est là que le potentiel de croissance des capacités électriques est le plus important, même si les installations ne permettent pas de produire de l'électricité de façon continue, ce qui ne rend pas facile leur intégration dans les réseaux électriques. En matière d'hydraulique, le potentiel est plus faible, car il n'y a plus beaucoup de sites dans le monde permettant d'accueillir de tels projets.

Qu'est-ce qui a permis cet essor des énergies renouvelables ?

Cet essor doit beaucoup aux engagements et aux soutiens publics. L'Union européenne a, par exemple, décidé, en 2007, de doubler la part des énergies renouvelables dans sa consommation d'énergie d'ici à 2020 (en les portant de 10,4 % à 20 % ) et d'atteindre au moins 27 % d'ici à 2030. D'après l'Agence internationale pour les énergies renouvelables, 164 pays ont désormais au moins un objectif en matière d'énergie renouvelable, contre 43 en 2005.

Différentes politiques ont permis à ces engagements publics de se concrétiser. En France, par exemple, la mise en place de nouvelles capacités renouvelables a été possible grâce à un tarif de rachat de l'électricité supérieur aux prix de marché et garanti sur plusieurs années. Aux États-Unis, les modes de soutien ont différé selon les États, mais, au niveau fédéral, les nouvelles capacités éoliennes et photovoltaïques ont bénéficié d'un crédit d'impôt. Même si le coût des installations renouvelables a beaucoup baissé ces dernières années, les soutiens publics restent indispensables pour assurer la viabilité des nouveaux projets.

Cette tendance devrait-elle se poursuivre ?

À n'en pas douter. D'après l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la baisse du coût des équipements et les forts retours d'expérience dans l'éolien et le photovoltaïque devraient permettre une réduction des coûts de production électrique de 15 % pour l'éolien terrestre et de 25 % pour le photovoltaïque d'ici à 2021. Une hausse de 42 % des capacités électriques renouvelables, reposant essentiellement (75 %) sur l'éolien ou le solaire photovoltaïque pourrait alors porter la part des renouvelables dans la production électrique mondiale de 23 % en 2015 à 28 % en 2021.

Comment se situe la France dans ce domaine ?

En France, la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique finale est passée de 10,3 % en 2005 à 14,2 % en 2013 et de 11 % à 17 % dans la consommation intérieure brute d'électricité. L'objectif européen, négocié et accepté par la France pour 2020, est d'atteindre 23 % d'énergies renouvelables dans sa consommation énergétique finale. Mais selon toute probabilité la France n'atteindra pas cet objectif. En cause, le lancement tardif des programmes de soutien à l'électricité d'origine renouvelable dans un pays où le nucléaire occupe une place prépondérante (graphique), les nombreux recours juridiques des riverains dont ont fait l'objet les projets éoliens terrestres et le retard pris par l'éolien en mer.

En dépit de ce retard, arrivera-t-on à ce que, d'ici quelques décennies, l'énergie que nous consommons soit exclusivement d'origine renouvelable ?

Il faut ici distinguer énergie et électricité. Dans les transports, le pétrole restera probablement la source d'énergie la plus utilisée, même dans les scénarios les plus optimistes. Le 100 % renouvelable à un horizon de quelques décennies n'est envisageable que pour l'électricité. Il faudra toutefois d'importants progrès dans les technologies de stockage pour parvenir à développer un parc électrique majoritairement renouvelable. Comme les potentiels les plus importants reposent sur des sources d'énergie intermittentes, il faudra développer, dans le même temps, des installations pour stocker l'électricité qui aura été produite à un moment de la journée pour pouvoir la consommer ultérieurement. Ce type d'installations n'est pas encore au point, mais les progrès technologiques sur ces équipements sont continus. Restera alors la question du coût de ces installations pour envisager de déployer les capacités renouvelables. Ce coût sera d'autant plus supportable que nous saurons modérer nos besoins !

Propos recueillis par Isabelle Bensidoun & Jézabel Couppey-Soubeyran

<  Pour aller plus loin

European Union, https://ec.europa.eu/energy/en/topics/renewable-energy.

International Energy Agency [2016], Medium-Term Renewable Energy Market Report 2016, Market Analysis and Forecasts to 2021, Paris. https://www.iea.org/newsroom/news/2016/ october/iea-raises-its-five-year-renewable-growth-forecast-as-2015-marks-record-year.html.

REN21 [2016], The First Decade: 2004-2014, Paris: REN21 Secretariat, http://www.ren21.net/Portals/0/documents/activities/Topical%20Reports/REN21_10yr.pdf,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2017 à 15:53 :
L'interview souligne deux faits indiscutables:
* Les énergies "renouvelables" ne seront jamais rentables sans les *engagements
publics", c'est à dire des subventions et rachats à des niveaux de prix exorbitants !
* Ces énergies "intermittentes" n'ont de sens que si on peux les stocker quand elles
sont disponibles pour les réutiliser quand elles ne le sont plus ! Pour cela la meilleure solution est le stockage hydraulique entre deux niveaux avec système de pompage-turbinage. De tels systèmes ont été développé en Suisse avec les complexes lac de Zürich/Sihlsee et Léman/L'Hongrin. L'idéal en préparation dans l'Oberland-Bernois est d'assurer le "pompage" intermittent avec des éoliennes. De tels projets sont en cours en Finlande et en Autriche. Jamais entendu parler de tels projets en France. A part cel les éoliennes ne serviraient à RIEN, sauf en mer !
a écrit le 12/03/2017 à 17:17 :
PerlArcAnge,0 L'<O>.<O> BONJOUR ALA TRIBUNE L'ÉOLIEN AVEC UNE HÉLICE À L'ENVERS CAR PAR GRAVITÉ DANS L'AUTRE SENS ELLE SERAIT PAR LE VENT NATURELEMENT TOUJOURS DANS LE BON SENS À STABILISATEUR DE POSITION À 5% MOYEN DE PART ET D'AUTRES DE LA POSITION EN SE SENS ETABLI STABILISATEUR GAUCHE DROITE DEBLOCA'B ET LIBRE ROTATION EN EFFET L'EOLIEN EST MONTÉ COLME LES MOULIN À VENT LA PROJECTION PRIMAIRE DE L'EOLIEN RESTE UTOPI'C SANS GROSSE INDUSTRIE UN RAPORT DE COUT EFARENT UNE PERSPECTIVE DE PRODUCTION ELECTRI'C SANS PROJECTION THECHNOLOGY NI DEMOGRAPHI'C UN COUT CARBURAN KW À 1,2 CENTIME CONTRE 13 CENTIME À CUSE DE L'EOLIEN LA COLONISATION SPACIAL OBLIGE POUR TOUT UN CHACUN UN KW À 1 MILKIONIEMME DE CENTIME LES MACHINES QUI FABRIQUE L'ÉLECTRICITÉ DEMAIN PERMETTENT FACILEMENT LE KW À 1 CM PERSONNE NE LE VOIT ARRIVÉ LE CARBO'N EST UN CYCLE NATUREL QUI PERMET L'OXYGEN PAS L'EAU ELLE PERMET LA VIE COMME LE SOLEIL PAR LES PHOTON PERMET LES ELECTRON MEME À TRAVERS LE CORP LA VITAMINE D FIXER PAR L'AIDE DU SOLEIL RECONNU AU DELA DE LUMIERE LA CLOROPHILATION FIXE LE CARBO'N LIBERE L'OXYGEN MEME SOUS TRES FINE BRUMISATION AU MICROSCOPE L'HYDROMÉTRIE VRAIMENT LA COP 21 À DU FIL À RETORDRE POUR PRENDRE LE BON CHEMIN UN MOT'R D'1 LITRE BIENTOT SERA PRODUIR 1 GIGAWATT PerlArcAnge,0 L'<O>.<O>
a écrit le 10/03/2017 à 8:02 :
Il est souhaitable de développer l'information (et la formation) dans le domaine de l'énergie. Il y a plusieurs aspects, technique, économique, humain, social...L'énergie et le travail, c'est la même chose. Il faudrait développer la relation entre l'énergie et le travail qui met en relation plusieurs domaines. Mais qui doit en parler, le physicien, l'économiste, le politique, le journaliste? Je cherche une réponse.
a écrit le 09/03/2017 à 14:20 :
Si un miracle (d'importants progrès dans les technologies) survient dans le domaine du stockage et que nous acceptions de vivre dans le noir et le froid (modérer nos besoins) ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :