Sept prédictions pour des voitures connectées plus intelligentes...

 |   |  955  mots
(Crédits : DR)
Philippe Van Hove est le directeur Europe de l'ouest, en charge du développement de Zuora.

230 milliards d'euros...C'est l'estimation du prix du marché du digital dans l'industrie automobile. Et dans ce nouveau marché, la voiture connectée va prendre une place primordiale si bien que tout le monde veut en prendre le contrôle car sa valeur ne sera plus intrinsèque mais bien dans les services qui y seront proposés. Qui aurait pensé qu'il y a quelques années, Google et Apple seraient les concurrents des constructeurs automobiles ?
Dans cette course contre la montre, comment les constructeurs peuvent-ils reprendre la main - ou ne pas la perdre - sur leurs propres produits et devenir les leaders de ce nouveau marché ?
Pour cela chaque constructeur devra donc adapter sa stratégie en s'imprégnant au mieux des besoins de chaque conducteur afin de leurs offrir des services connectés novateurs et utiles.

Des voitures connectées omniprésentes

Les voitures connectées sont déjà omniprésentes. Dans peu de temps, les voitures disposant de Wi-Fi et d'autres services d'information électronique n'étonneront plus personnes. Il en sera ainsi de même pour les systèmes de mise à jour en ligne, d'assurance au kilomètre et de navigation semi-autonome.

Gartner prévoit en effet que d'ici 2020 plus de 250 millions de véhicules seront connectés. D'ici là, les systèmes de diagnostic numérique, les chaînes d'information et de divertissement et les systèmes avancés de navigation devraient représenter un marché de 250 milliards d'euros (contre seulement 43 aujourd'hui).

Actuellement, 13 % des conducteurs américains bénéficient déjà de services de connexion plus ou moins avancés - OnStar chez GM, Entune chez Toyota - voire d'une expérience de conduite intégralement connectée lorsqu'ils possèdent une Tesla. Apple, Facebook et Microsoft ne s'y sont pas trompés et travaillent activement à leurs propres plateformes.

Connecter constructeurs et flottes de conducteurs

Cependant, ces nouveaux services et fonctionnalités n'en sont encore qu'à leurs balbutiements. Le véritable défi restant de véritablement interconnecter les constructeurs à leurs flottes de conducteurs. Pour cela l'industrie automobile va revoir son système basé sur des transactions ponctuelles pour offrir des services récurrents en passant par la fidélisation des clients via des abonnements par exemple.

On peut aussi imaginer que le prix de référence de la dernière DS 3 pourrait bien un jour devenir inférieur à celui des services récurrents qui lui seront associés. Il demeure toutefois un problème conceptuel pour que ce changement prenne corps : la plupart de ces nouveaux services restent liés à un véhicule et non pas à son conducteur.

Notre monde moderne est en effet dominé par l'itinérance - entre les villes, professions, relations, véhicules, etc. Il s'agit donc aujourd'hui que nos divertissements favoris, nos relations, nos préférences sociales, etc. nous accompagnent partout - et pas seulement à travers nos smartphones.

Une erreur stratégique de l'industrie automobile

Cependant il me semble qu'une erreur stratégique a été commise par l'industrie automobile en laissant Google et Apple avoir les pleins pouvoirs dans ce marché de services connectés. Or à mon sens l'industrie se doit de rivaliser en offrant des services bien plus élaborés et avancés que Google Maps ou CarPlay.

Venons-en à quelques prévisions sur la façon dont les constructeurs devraient faire évoluer leurs technologies de « back-office » pour offrir une qualité supérieure de service aux conducteurs et véritablement fidéliser leur clientèle :

Sept prédictions-conseils

1- Pour commencer, ils devraient apprendre des erreurs des câblo-opérateurs en proposant des services à la carte plutôt que des packages complexes et surdimensionnés. Par exemple, en permettant aux conducteurs de tester de nouveaux services particulièrement prometteurs (comme Xee ou RTMaps) tout en les autorisant à faire varier librement (et éventuellement à réduire) le niveau de prestation en fonction de leurs besoins.

2- Ils devraient également mettre en œuvre des modèles de tarification plus raisonnables, basés sur le niveau de consommation. Une prime d'assurance basée sur le kilométrage est par exemple beaucoup plus raisonnable qu'une cotisation mensuelle.

3-Ils devraient également nouer des partenariats avec une large gamme de plateformes de divertissement numérique (de sorte que vous puissiez suivre votre série Netflix préférée dans votre salon comme sur la banquette arrière de votre véhicule).

4-Il s'agit en pratique pour cette industrie de créer des écosystèmes comme celui développé par Apple. Imaginons par exemple que les conducteurs de Mini Cooper puissent personnaliser leurs véhicules avec des applications tierces, partager des trucs et astuces avec d'autres amateurs, etc.

5-Ils devront également intégrer de plus nombreuses passerelles de paiement pour s'ouvrir à une clientèle mondiale afin que les transactions financières soit aussi simple à réaliser en Europe qu'aux Etats-Unis.

6- Il s'agira aussi de mettre en œuvre de nouveaux modes d'utilisation pour aider leurs clients à devenir de meilleurs conducteurs toujours plus sereins : éviter les freinages brusques, les changements de file imprévus, les excès de vitesse, rendre le covoiturage plus sûr et plus pratique, rassurer les parents d'adolescents au volant etc.

7- Enfin, grâce aux informations détaillées fournies par un système d'abonnement, ils seront en mesure d'offrir aux conducteurs un véritable moyen de personnaliser l'aspect, l'ergonomie et le comportement de chaque véhicule sans pour autant dépenser une fortune chez leur concessionnaire. Votre voiture a besoin d'un peu plus de garde au sol ? Et si vous l'augmentiez de quelques centimètres avec l'application de votre smartphone ?

Toutes ces nouveautés sont capitales car désormais, lorsque vous quittez le parking avec votre nouvelle voiture, c'est toute l'industrie automobile qui vous accompagne.




Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2016 à 13:03 :
Quand on voit que les smartphones sont des passoires niveau sécurité et que Renault vient de faire une entré remarquée dans le top des voitures les plus volées "grâce" à ses voitures sans clé de contact, qu'il y a déjà eu une alerte sur le piratage des voitures connectées aux USA il y a quelques mois, on peut d'ors et déjà prédire que l'avenir va être beaucoup moins rose qu'on nous le promet ...
a écrit le 09/02/2016 à 9:54 :
Que de moins en moins de gens pourront s'acheter donc, je ne sais pas trop si le terme "intelligent" est réellement adapté du coup...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :