La "Journée sans voiture" a impacté la qualité de l'air parisien

 |   |  364  mots
(Crédits : DR)
Selon l'Association de surveillance de la qualité de l'air (Airparif), une baisse moyenne de 20 à 35% de dioxyde d'azote a été observée dimanche sur les stations d'Airparif dans le périmètre de l'opération "Journée sans voiture" à Paris.

Les Parisiens, les Franciliens et les touristes ont été invités dimanche, de 11h à 18h, à laisser la voiture au garage et à se promener dans la capitale pour une 'Journée sans voiture', initiative de la ville de Paris pour promouvoir les transports non polluants. Pour cette journée "XXL" plus étendue que la première édition en 2015, 650 kilomètres de chaussées étaient interdits aux voitures sur près de la moitié de la ville. Ailleurs, la vitesse était limitée à 20 kilomètres heure.

"Pour cette deuxième édition des 'Journées sans voiture' à Paris, l'impact positif sur la qualité de l'air des rues fermées au trafic se confirme", a annoncé l'association dans un communiqué.

"Par rapport à un dimanche comparable (le 11 septembre 2016, sans restrictions de trafic mais avec une météorologie similaire), une baisse moyenne de 20 à 35% de dioxyde d'azote a été observée sur les stations d'Airparif situées dans le périmètre concerné", a-t-elle souligné.

Le dioxyde d'azote est un bon traceur du trafic et de la pollution locale et il est moins sensible aux transferts de pollution et aux réactions chimiques dans l'atmosphère que l'ozone ou les particules, précise l'association.

Un bilan positif (très) attendu par la Mairie de Paris

L'an dernier, la première 'Journée sans voiture' avait suscité "l'engouement et permis, le temps d'une journée, de réduire fortement les émissions polluantes et les nuisances sonores", indique Anne Hidalgo, Maire de Paris. "L'esprit de l'événement est écocitoyen, participatif, festif. Il met en avant les questions de mobilité, la lutte contre la pollution, la réappropriation de l'espace public", ajoute-t-elle sur son site internet.

Pour Loreleï Limousin, du réseau Action Climat, "c'est une initiative intéressante qui donne à voir les opportunités d'un changement plus pérenne". "En 2015, avec la première édition de la journée sans voiture, la pollution avait diminué, notamment les émissions en dioxyde d'azote de 20 à 40%. La pollution sonore avait aussi considérablement diminué", a-t-il dit sur Franceinfo.

(Avec agence)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2016 à 0:44 :
Dommage que Mme le Maire ne prévienne pas plus tôt. On peut avoir prévu quelque chose nécessitant une auto tel que emmener un vieillard ou un handicapé à une cérémonie ou une fête dont ils sont ainsi privés.
Quid du simple particulier qui doit amener une personne à mobilité réduite en auto assez loin, et sans macaron handicapé?
a écrit le 26/09/2016 à 18:10 :
Sans voitures mais avec bus et taxi qui fonctionnent tous au mazout . Bienheureux de ne plus habiter cette ville qui n'en est plus une et se meurt .
a écrit le 26/09/2016 à 14:46 :
Et si la mer bouillait, les poissons cuiraient ! Voici le niveau d'intérêt de ces relevés ...
Au fait, qu'en est-il de la pollution de l'air du métro ?
Le bilan d'ATMO France du mercredi 21 septembre montre qu'aux heures de pointe, le compteur peut aller jusqu'à indiquer un taux de particules de 300 microgrammes par m3. Un tel seuil mesuré dans l'air extérieur provoquerait une alerte sanitaire générale !!!
Mais que fait donc Mme Hidalgo ?
De la politique tout simplement !
a écrit le 26/09/2016 à 14:44 :
En plus des transport et des vélos il y a beaucoup de solutions dans le monde pour minimiser la place prise et réduire à zéro la pollution et la conso à quasi zéro. Les véhicules de plus de 500 kg pour transporter 2 personnes et même plus sont absurdes. Voir déjà vendus ou sinon sur le point de l'être : Elf d'Organic Transit, Mö d'Evovelo, Veemo de VeloMetro, Mellowcabs, Bridgestone's pedal-electric trike, Arcimoto, Schaeffler Bio-Hybrid, Mini Eclectic de Venturi etc ou en un peu plus grands véhicules électro-solaires en cours d'arrivée type Hanergy Solar et en France le seul projet de véhicule solaire SUNCEPT, en Allemagne Sion de Sonomotors, Suncruiser Solar et Sunriser Solar de ThyssenKrupp etc. Il faut un peu se bouger plutôt que de laisser la pollution faire des milliers de morts et plus encore de malades chaque années en plus du coût global et du pétrole importé. Voir en petit par exemple : http://www.velometro.com/veemo.html
a écrit le 26/09/2016 à 12:48 :
Si tous le monde marche à pieds il n'y aura plus d'accidents de voiture. C'est une étude statistique réalisé par les assureurs. Le montant des économies réalisée permettra une baisse substantielle des primes d'assurances auto. L'air seras plus pur et nous pourrons marcher tout nu dans Paris. Ainsi va le sens de l'histoire.
Réponse de le 27/09/2016 à 8:29 :
Il faut aller beaucoup plus loin, marcher à pieds et tout nu ne suffit pas, il faut également envoyer les parisiens à la campagne pour éviter de polluer la ville lumière comme ils disent.
a écrit le 26/09/2016 à 12:01 :
Il est amusant de constater que l'on parle de dioxyde d'Azote dans ce communiqué, alors que d'habitude la com se focalise sur le CO2 et les particules fines. C'est sûr, sans voitures ces deux indicateurs devraient encore baisser plus fortement ou alors cela indique que les véhicules ne sont que des contributeurs mineurs.
La vraie question n'est pas de supprimer les voitures ni de les remplacer par des véhicules électriques (il faut produire l'électricité....) mais d'imposer des pièges à NOX y compris sur les moteurs à essence.
a écrit le 26/09/2016 à 11:16 :
Réappropriation de l'espace public... Késaco ? Il m'avait semblé que les routes et rues avaient été construites pour les autos et motos. Alors moi je veux bien que les piétons marchent dans la rue, même s'ils ont des trottoirs pour ça, à condition qu'on mette aussi en place une journée où les autos et motos auront le droit de circuler sur le trottoir !
Réponse de le 26/09/2016 à 14:18 :
Les voitures et les motos n'ont pas toujours existé, et donc oui, les routes existaient bien avant les voitures. Par exemple, les soldats romains empruntaient les routes romaines à pieds, les routes étaient donc faites pour marcher à l'origine...Où avez vous appris l'Histoire ? Dans une pochette surprise ?
a écrit le 26/09/2016 à 10:50 :
"a eu un impact sur" et non "a impacté", s'il vous plaît.
a écrit le 26/09/2016 à 9:35 :
Oui mais la vie économique, l'humanité à son service permanent, n'est pas adaptée à la marche à pieds ou aux déplacements à vélo.

A un moment il faut savoir ce que l'on veut et nos décideurs économiques suivant la voix néolibérale à fond la caisse veulent que nous nous dépêchions, que nous soyons performants, que nous marchions sur la tête des autres et que nous ne prenions pas le temps de discuter entre nous.

Un politicien qui se souci réellement de ses concitoyens se doit de dénoncer notre mode de vie qui engendre une pollution de masse et misère humaine et pas de se féliciter d'une journée d'action sans portée.
a écrit le 26/09/2016 à 9:34 :
Encore un sparadra...une journée dans l'année.
En revanche les solutions perennes n'ont pas été prise.
Hormis crée des bouchons (polluants) cette mairie ne fait rien pour le bien etre de parisiens
Réponse de le 26/09/2016 à 17:29 :
"Encore un sparadra...une journée dans l'année.
En revanche les solutions perennes n'ont pas été prise."
Le beauf de base hurle déjà à la mort pour une journée. Vous imaginez ce qui arriverait si Paris adoptait des mesures plus pérennes? Au hasard ce qui est fait dans un peu toutes les grandes métropoles du monde (piétonnisations, péages urbains).

"Hormis crée des bouchons (polluants) cette mairie ne fait rien pour le bien etre de parisiens"
Les Parisiens en sont très satisfaits, même si c'est effectivement trop peu et qu'ils seraient pour aller beaucoup plus loin.
Réponse de le 26/09/2016 à 20:54 :
Tout a fait d'accord avec vous ...
Si les parisiens ne veulent plus de circulation dans leur ville cela les regarde ... Ils ont tout a fait le droit de revendiquer que les non parisiens arrêtent de les polluer , c'est louable et je suis d'accord moi le provincial !!!

A j'oubliais , toi le parisien arrête de polluer nos régions quand tu viens en vacances avec ta voiture et la ce sera équitable ....
Réponse de le 27/09/2016 à 9:13 :
"Tout a fait d'accord avec vous ...
Si les parisiens ne veulent plus de circulation dans leur ville cela les regarde ... Ils ont tout a fait le droit de revendiquer que les non parisiens arrêtent de les polluer , c'est louable et je suis d'accord moi le provincial !!!"
Les Parisiens veulent bien de la circulation : tout ce qui est artisans, transports en commun et autres n'ont pas à être totalement supprimés, il suffit d'une part de piétonnisation et de péages urbains, et ensuite, ceux qui ont vraiment besoin de la voiture pour déplacer du matériel ou autres ne seront plus pris dans des bouchons avec ces 95% d'occupants des routes que sont ceux qui montent à un dans une bagnole pour suivre le même trajet qu'une ligne de métro/RER.

"A j'oubliais , toi le parisien"
Manque de pot, j'ai vécu successivement dans plusieurs villes du 91 puis du 92, mais JAMAIS dans Paris intra-muros. Mais bien tenté comme attaque ad hominem.

"arrête de polluer nos régions quand tu viens en vacances avec ta voiture et la ce sera équitable ...."
Pardon, j'oubliais que "nos régions" avaient des infrastructures de transport suffisamment performantes pour rendre la voiture redondante.
Sinon mes derniers voyages en Province se sont faits en TGV, mais là aussi, bien essayé l'attaque gratuite et haineuse.
a écrit le 26/09/2016 à 9:02 :
Curieux que quel que soit l'importance de l'interdiction en terme de kilomètres de voies, 2016 versus 2015, on constate toujours de 20 à 40 % de diminution de l'oxyde d'azote !!! Les communiqués ont l'air prêts d'avance...
Réponse de le 26/09/2016 à 10:54 :
Ainsi que cela a été démontré l'an dernier, l'impact est très localisé aux zones concernées. Si la zone s'étend, le nombre de stations AirParif impactées sera plus grand mais le pourcentage local de baisse de la pollution restera identique. Pour une baisse générale et durable dans Paris, une seule journée n'a pas d'impact.
Réponse de le 26/09/2016 à 11:22 :
Ouais. D'autant plus que c'était dimanche, que les usines ne fonctionnaient pas, que c'est pas la saison pour les épandages d'engrais ou de pesticides (particules fines) et que la pollution liée au chauffage était inexistante pour cause d'absence de chauffage... Refaisons donc l'expérience en février-mars, on constatera que la baisse de pollution lié au trafic auto est négligeable, par rapport à l'ensemble...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :