Paris lance 22 projets d'architecture innovants

 |   |  664  mots
Le concours Réinventer Paris, organisé par la maire de la capitale Anne Hidalgo a rassemblé 815 candidatures du monde entier.
Le concours "Réinventer Paris", organisé par la maire de la capitale Anne Hidalgo a rassemblé 815 candidatures du monde entier. (Crédits : Reuters)
L'appel à projets international d'Anne Hidalgo pour "Réinventer Paris" sur plusieurs sites de la capitale a retenu 22 projets d'architecture. A eux tous, ils représentent un investissement privé de plus de 1,3 milliard d'euros.

Un "village" sur le périphérique, une "tour de Babel" en bois ou des "jardins habités"... en tout, 22 projets d'architecture ont été retenus mercredi par la mairie de Paris pour "Réinventer Paris", un concours international dont l'objectif est de "donner libre cours à l'innovation". Les projets "sont variés, mais tous répondent à l'image d'un Paris qui n'est pas vitrifié par la nostalgie, mais vivant, rayonnant et optimiste", s'est félicitée la maire de la capitale, Anne Hidalgo, en révélant les 22 projets lauréats du concours. Cette "initiative un peu folle", selon la maire, avait pour but de faire "réinventer" 23 sites parisiens par des équipes associant architectes, promoteurs immobiliers privés, mais aussi associations ou riverains, avec comme défis l'innovation, le "faire mieux et autrement" et la transition écologique.

Un site non attribué

Certains avaient un cahier des charges de la Ville demandant du logement, un équipement culturel, une crèche ou un projet accueillant du public. Des parcelles étaient nues, d'autres comprenaient déjà un bâtiment à qui il fallait donner "une nouvelle vie". Un site n'a pas été attribué faute d'innovation suffisante, mais les 22 autres projets, dont de nombreux dans le nord-est et le sud-ouest de la capitale, devraient être réalisés "dans un temps record" d'ici à 2020, selon Mme Hidalgo. Ils vont de lots de quelques centaines de mètres carrès comme une parcelle du XXe arrondissement, qui va devenir une auberge de jeunesse avec espaces dédiés à la musique, à presque deux hectares pour un lot dans le XVIIe avec logements et espaces verts.

Un village et sa forêt sur le périphérique

Le spectaculaire projet "Mille Arbres" prévoit dans le XVIIe la construction d'un "village" et sa forêt sur le périphérique. Des anciens Bains-Douches du XVe deviendront espaces de colocation étudiante. Un ancien bâtiment du XXe va devenir un "incubateur" de chorégraphie, alors que sur un site de l'ancienne gare Masséna dans le XIIIe, une "tour de Babel écologique" en bois abritera une ferme agricole. Dans le XIIIe, "In Vivo", un nouveau bâtiment de logements avec terrasse productrice de légumes, présentera une bio-façade avec culture de micro-algues pour la recherche biomédicale.

Travailler avec le secteur privé

Un projet de "jardins habités" avec ses petits immeubles de bois végétalisés associera propriétés et logements locatifs sociaux dans le XVIIe. Un hôtel particulier du XVIe siècle au centre de Paris (Ve) abritera un incubateur dédié à la philanthropie pour faire se rencontrer mécènes, associations et bénévoles. "Mélanger l'ensemble de ces innovations, écologiques, sociales, sociétales, faire travailler ensemble le secteur privé avec des associations de quartiers, avec de l'habitat participatif, cela donne quelque chose qui n'a jamais été fait ailleurs", s'est réjouie Mme Hidalgo.

2.000 emplois par an dans le BTP

Les 22 projets retenus représentent un investissement privé de plus de 1,3 milliard d'euros. Ils rapporteront 565 millions de recettes à la Ville par le biais de la vente ou de la location à long terme des terrains. Leur mise en œuvre créera 2.000 emplois par an, pendant un minimum de trois ans, dans le secteur du BTP. "Réinventer Paris", c'est aussi plus de 26.000 m² de nouvelles surfaces plantées, 1 341 nouveaux logements dont 675 sociaux et de nombreux espaces partagés.

Fin janvier 2015, le concours avait rassemblé 815 candidatures du monde entier. Après une première sélection, des jurys avec les élus de tous bords, un microbiologiste, le mathématicien Cédric Villani, etc., a réduit à 22 le nombre des lauréats. Une "bourse" permettra néanmoins de piocher dans les projets non retenus alors qu'une deuxième vague de sites, beaucoup en sous-sol, sera annoncée en mars. Les maquettes des projets, retenus ou non, peuvent être vus au Pavillon de l'Arsenal, dédié à l'urbanisme et l'architecture de la Ville de Paris dans le IVe arrondissement.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2016 à 16:01 :
C'est une excellente initiative qui à long terme peut élever une ville et faire ce qu'il y a de plus important à faire pour un maire au final, que les habitants s'y épanouissent et s'y sentent bien maintenant attention, mal fait c'est l'effet inverse qui peut se produire: "Bâtir ou briller ?" (article pour abonnés ou payant mais à lire absolument) http://www.monde-diplomatique.fr/2012/08/BASBOUS/48056

Gageons que les réflexes de concéder les marchés à des amis,à de la famille,à des connaissances, à son réseau disparaissent de sorte que ce soit le bien être de la population dans son ensemble, parce que c'est ce qui fait ce qu'elle est, et pas une petite parti privilégiée qui de toute façon sera toujours bien là où elle est, qui en bénéficient et ça un politicien intelligent, et je pense que Anne Hidalgo l'est, saura parfaitement qu'elle en récoltera les fruits d'une façon ou d'une autre à long terme.

L’architecture c'est de la pensée à long terme ce dont notre économie manque cruellement.
a écrit le 05/02/2016 à 8:35 :
Tout ceci est bien beau, mais le maire de Paris se fait ici une publicité personnelle sur le dos des contribuables dont elle augmente les impôts sans rien demander à personne. Pour mémoire, pour un Parisien peu fortuné ne disposant pas d'une place de parking, le triplement des coûts du stationnement résidentiel depuis 2015 correspondent à une augmentation annuelle pour lui de plus de 400€. Bel exemple de souci de la population !
a écrit le 05/02/2016 à 3:50 :
Je n'ai rien contre 22 projets architecturaux, cependant je préférerais au combien avoir les idées claires sur le grand Paris, sa logique, ses retombées.
Pour ma part l'urgence est au périphérique véritable poubelle, à l'amélioration des transports en commun sales et dangereux, aux accès de la capitale saturés en permanence.
a écrit le 04/02/2016 à 16:47 :
Stupidalgo en pleine forme pour toujours dépenser plus, avec un argent qui ne lui appartient pas. Comment ces projets sont-ils censés être financés, par qui, quand, et pour quoi faire ? Etre maire de Paris n'est pas juste un job de décorateur, qui se moque de l'addition, et ne pense qu'aux couleurs et aux formes, il faut gèrer, et pour commencer nettoyer la capitale la plus sale du monde développé.
Réponse de le 04/02/2016 à 18:38 :
Vous avez mal lu : ça ne coûte rien au contribuable et ça rapporte même 565 millions d'euros de recette à la Ville. Ce sont les porteurs de projets qui financent. Stupidalgo ?
Réponse de le 04/02/2016 à 20:14 :
Faudrait voir a stopper la démagogie débile !
Autant je ne suis pas forcement d'accord avec toute la gestion de Paris, maintenant et avant, autant il faut reconnaître les bonnes initiatives.
C'est justement la décoration de Paris qui favorise aussi d'autres secteurs qui créent de l'emploi, comme les congrès, les expositions, les salons, le tourisme, les festivals, les premières dans la mode et dans les spectacles, les tournages de films étrangers, étudiants étrangers, etc.
Si l'Avenue des Champs Elysée est la plus chère au monde, c'est parce qu'elle le vaut bien et parce que Paris est rayonnante, pas uniquement grâce à son histoire!
....
Une exposition au Pavillon de l'Arsenal présente le projet et notamment les 22 sites. Entrée libre pour les grincheux aussi ! Maquettes, animations, etc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :