Bandeau Présidentielle Régions

La gamification est vue à Lille comme un outil qui booste la formation et le recrutement

 |   |  928  mots
La gamification aide aussi à mesurer les performances. Elle incite les participants à se surpasser en les confrontant les uns aux autres, en leur offrant des récompenses et en leur permettant de comparer leurs résultats à ceux des autres joueurs.
La gamification aide aussi à mesurer les performances. Elle incite les participants à se surpasser en les confrontant les uns aux autres, en leur offrant des récompenses et en leur permettant de comparer leurs résultats à ceux des autres joueurs. (Crédits : Reuters)
Persuadée que la gamification est promise à un bel avenir, le cluster La Plaine Images a réuni, le 24 mai, une quarantaine d'entreprises qui utilisent les mécanismes hérités des jeux vidéo pour mieux former et recruter leurs salariés. Plusieurs startups spécialistes de ce nouvel outil digital étaient présentes. La plupart sont accompagnées dans leur croissance par ce cluster de Tourcoing qui héberge une centaine de jeunes entreprises.

Il y a six mois, la CCI Nord de France proposait à ses 800 collaborateurs de muscler leur culture digitale à l'aide d'un Mooc (Massif Open Online Course), cours en ligne ouverts à tous. Plus de 600 d'entre eux s'y sont intéressés et plus de 300 sont allés jusqu'au bout du jeu. Fort de ce succès en interne, l'organisme consulaire a décidé de donner accès à ce Mooc aux PME et TPE de son territoire à un prix préférentiel grâce à un partenariat conclu avec l'éditeur Coorpacademy, une startup française incubée par l'Innovation Park de l'Ecole Polytechnique de Lausanne et créée par des anciens de Google France.

Des cours en ligne et en mode SAS avec des vidéos, des présentations ludiques et des jeux en réseau

 « Nous avons construit une plateforme dont nous sommes propriétaires et sur laquelle nous proposons des cours accessibles en mode SAS avec des vidéos qui ne durent pas plus de 3 minutes et des jeux qui permettent d'apprendre à son rythme, de manière fragmentée et en réseau avec d'autres apprenants. Les meilleurs servent de coachs. C'est stimulant. Les contenus s'adaptent aux besoins de chacun de nos clients. Notre offre est adaptée aux besoins des TPE et des PME. Elles ont rarement le temps et les ressources pour s'occuper de la formation de leurs collaborateurs. En France, seules 22 % d'entre elles disposent d'un plan de formation », explique Arnauld Mitre, cofondateur de CoorpAcademy.

Invité à montrer comment intégrer le jeu dans la politique de formation par La Plaine Images lors d'une journée organisée à Lille le 24 mai sur la Gamification, Arnauld Mitre a indiqué que plus de 400.000 salariés en France ont déjà été formés à l'aide des jeux proposés par sa startup. Renault, Samsung, Engie et Pernod Ricard comptent parmi ses clients. Les retombées sont parfois étonnantes. Chez Pernod Richard, le salarié qui s'y connaissait le mieux dans le digital était manutentionnaire. Sans le Mooc, ses compétences seraient sans doute passées inaperçues. Il a depuis changé de poste.

Faire adhérer les salariés à la stratégie de l'entreprise par le jeu

La gamification sert aussi à motiver les salariés, à améliorer les connaissances de leur entreprise et à créer du lien entre eux. Surtout quand ils travaillent sur des sites éclatés ou détachés chez les clients. Accompagné par Brainsonic, Accenture s'en est servi pour toucher l'ensemble de ses collaborateurs alors qu'ils  sont déjà sursollicités. Sur son jeu baptisé Accenture Superhero Collaboration Game, ses salariés sont amenés à répondre à des quizz sur l'actualité et les projets de l'entreprise de manière à progresser sur l'île de la performance. Chaque univers est représenté par un super héros qui est un membre du comité de direction. Pour valider un niveau, les collaborateurs doivent participer à des jeux avec leurs collègues dans la vie réelle.

D'après Adeline Danlos, responsable communication corporate interne d'Accenture France, « ce jeu a vraiment aidé à décloisonner les équipes. Environ 70 % des collaborateurs s'y sont engagés. Nous avons investi 250.000 euros dans cette opération qui a nécessité un plan de communication interne invasif. Maintenant nous réfléchissons à d'autres jeux pour le recrutement ».

Jouer sur la compétition pour identifier les meilleurs talents

La gamification aide aussi à mesurer les performances. Elle incite les participants à se surpasser en les confrontant les uns aux autres, en leur offrant des récompenses et en leur permettant de comparer leurs résultats à ceux des autres joueurs. A la Sncf, à BNP Paribas, au Crédit Agricole et chez L'Oréal, les jeux servent à identifier les étudiants aux potentiels prometteurs pour l'entreprise. Et cela fait des années que leurs responsables de la marque employeur en ont compris l'intérêt. Réservé aux jeunes femmes, celui du Crédit Agricole se termine par une finale en présentiel pour l'obtention du prix Louise Tallerie. Lancé il y a 8 ans et destiné à renforcer la notoriété de BNP Paribas dans les universités mondiales, le jeu en ligne Ace Manager consiste à se mettre dans la peau d'un banquier. Le Challenge Brandstrom de l'Oréal est encore plus ancien. Il a 28 ans d'existence. D'après Diogo Castro, « il attire à chaque édition plus de 15 000 étudiants dans le monde. Une nouvelle plateforme vient d'être lancée pour digitaliser tout le processus de la compétition ». Pour cela, L'Oréal a fait appel à CrossKnowledge. Le « Défi Ingénieurs » de la SNCF s'articule sur des animations en 3D immersives et ludiques. « Nous avons un objectif de marque employeur. Mais comme nous demandons les CV aux étudiants, cette compétition en ligne sert aussi à détecter des talents. Concevoir et animer un Serious Game coûte bien moins cher que la moindre campagne de recrutement », souligne Françoise Tragin, responsable du recrutement à la SNCF.

Pourquoi pas gamifier les présélections des candidats à l'emploi d'un poste

La SNCF reçoit plus de 500.000 candidatures par an. Les sélectionner prend du temps et trop de candidats vont en évaluation. Pour résoudre ce problème, François Tragin a lancé un appel à la salle. « Je voudrais gamifier les présélections. Je cherche une solution innovante qui convienne pour les cadres mais aussi pour les non cadres appelés à occuper un poste technique ». La solution viendra-t-elle d'une startup de La Plaine Images ? Pourquoi pas.  Avec la présence de 3DDUO, de CCCP, de Kimple, de Make U Learn et d'autres, les talents n'y manquent pas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2016 à 15:57 :
La "gamificaton", c'est quoi çà ? Marre de ces termes qui ne veulent rien dire. Quant à "booster", peut-être pourrait-on trouver l'équivalent français. Journalistes = nuls
a écrit le 26/05/2016 à 12:00 :
Une plateforme de gamification au travail augmente la responsabilité et la motivation des employés quel que soit le domaine dans lequel ils exercent. Le thème est tout à fait dans l'esprit de notre campagne #SolvedWithGames que nous avons lancé il y a quelques mois chez Drimlike avec des retours plus que positifs ! La gamification a un bel avenir devant elle :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :