"Le mobile a relancé, en pire, la guerre des systèmes d'exploitation" (Tristan Nitot, président de Mozilla Europe)

 |   |  434  mots
Fondateur de l'association Mozilla Europe, Tristan Nitot milite activement pour l'open source.
Fondateur de l'association Mozilla Europe, Tristan Nitot milite activement pour l'open source. (Crédits : La Tribune)
Rencontré à Lyon à l'occasion du Blend Web Mix, Tristan Nitot, fondateur et président de l'association Mozilla Europe depuis 2003, explique pourquoi le Web est une plate-forme à privilégier, au moment où, avec le mobile, la guerre des systèmes d'exploitation reprend de plus belle.

La Tribune. Mozilla fêtera dans deux semaines ses 10 ans, quel bilan en tirez-vous?

Tristan Nitot. Il y a une dizaine d'années, avant la sortie de Firefox, les gens me prenaient pour un fou quand je disais que nous allions faire mieux que Microsoft avec aucun argent et du bénévolat. Le web pourrissait, avec toutes les failles de sécurité et vers informatiques, puisque plus personne ne développait Internet Explorer. Mais, aujourd'hui, le bilan est indéniablement positif : nous sommes parvenus à rétablir le choix de l'innovation. Partie de 8 employés, Mozilla en compte aujourd'hui 1.200 à travers le monde, avec un chiffre d'affaires de 311 millions d'euros en 2012.

La mission de Mozilla est donc finie ?

Non, parce que, si le web, avec ses multiples versions disponibles sur tous les systèmes d'exploitation, a mis fin à la guerre entre PC et Mac, l'histoire se répète aujourd'hui. Les smartphones ont changé la donne, et il faut à nouveau développer des applis qui fonctionnent sur tous les systèmes au lieu d'en faire une seule.

Avec Android de Google et iOS d'Apple, c'est même pire, puisqu'ils exercent un plus grand contrôle sur ces systèmes d'exploitation, notamment via les marchés d'applications.

Firefox n'est ainsi pas disponible sur l'App Store à cause de son fonctionnement. Être présent sur iOS, c'est jouer le même jeu que Goggle, dont le navigateur Chrome est une version 3,8 fois plus lente de Safari. C'est difficile de se différencier. À part Google et Apple, et peut-être Microsoft qui essaie de devenir le troisième homme, personne n'a intérêt à ce que cela se passe comme ça. Ni les développeurs ni les utilisateurs. On ne peut pas gagner si on propose une application.

Le développement et la sortie en juillet 2013 de Mozilla OS est donc un aveu de défaite pour Mozilla qui a perdu la guerre des applications ?

Notre objectif reste l'ouverture du web et l'innovation. C'est d'ailleurs dans ce but que notre système d'exploitation utilise le langage HTML5, qui se lit autant sur mobile que sur ordinateur, pour se passer à terme des applications. Avec le développement de Mozilla OS en Inde, mais aussi dans 23 autres pays, et la sortie de smartphones à 25 euros, nous voulons profiter de l'absence de Google et Apple. Mais nous ne sommes pas dans une logique d'entreprise qui se voudrait hégémonique, au contraire. L'arrivée de Google Chrome sur le marché de navigateurs a été une victoire pour Mozilla. Si demain, une entreprise nous clone, c'est un acteur de plus pour porter le Web.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2014 à 3:36 :
C’est vrai qu’avant l’arrivée de MS-DOS la micro informatique c’était un peu galère chaque fabricant de micro-ordinateur ayant son propre système d’exploitation et a l’époque cela ne se résumait pas seulement à deux ou trois OS.
Le faux visionnaire n’a rien trouvé de mieux de remettre cela avec l’arrivée des smartphones croyant qu’en imposant OS et hard propriétaire toute la planète allait se précipiter dans son éco système.
C’était sans prendre compte l’individualisme de l’être humain qui n’aime pas trop qu’on impose à tous la même chose très chère même si elle est belle.
Du coup c’est galère pour les développeurs qui doivent développer la même appli pour plusieurs OS différents, se coltiner des maj à chaque nouvelle version sans parler des correctifs de bugs.
Et c’est galère pour les utilisateurs qui se retrouvent de plus en plus captif d’un écosystème au fur et a mesure qu’ils accumulent des applications, pas très chère individuellement il est vrai, mais au bout de quelques années la facture finale peut s’avérer très lourde, empêchant toute migration vers un écosystème concurrent (à moins d'être riche).
Et quand on peut éviter « l’application » grâce à des sites web développés pour que l’affichage s’adapte au type de terminal c’est bien souvent la meilleure solution et c’est moins contraignant pour les développeurs comme pour les utilisateurs.
a écrit le 30/10/2014 à 20:46 :
Open source, c'est juste du code que n'importe qui peut pomper, ne pas confondre avec free software et gpl.
D'ailleurs apple et google et microsoft ont pompé l'open source , c'est comment avoir des logiciels gratuitement sur le dos des developpeurs...
Réponse de le 04/11/2014 à 18:11 :
Logiciel libre (free software) signifie que le logiciel respecte la liberté de l'utilisateur. Il n'y a pas besoin de copyleft (comme dans la AGPL, GPL et LGPL) pour cela, même si c'est mieux. Il ne me semble pas avoir confusion dans cet article.
a écrit le 30/10/2014 à 16:22 :
J'utilise Mozilla quasiment depuis l'ouverture, et pas près d'en changer et même sur smarphone.
Mais c'est devenu lourd et lent malgré l'évolution du matos, n'empêche j'ai du l'installer sur un pauvre portable affublé de vista pro, car internet exploreur était totalement inutilisable bourré de pub, de bannières que j'ai éjectées grace aux modules complémentaires de mozilla.
merci adblock et anti anti adblock ouf! on respire enfin.
Réponse de le 31/10/2014 à 3:04 :
En 2014, il faut être aveuglé par l'évangélisme de la fondation Mozilla pour ne pas se rendre compte que Firefox est devenu un "bloatware". Les développeurs de la fondation Mozilla semble avoir consommé toutes leurs idées (surtout les pires) pour alimenter le feu sacré de l'innovation. Firefox OS est une hérésie au regard de la faiblesse technologique des appareils mobiles.
Réponse de le 12/11/2014 à 18:40 :
J'etais un grand defenseur de Firefox... Mais recemment je suis passe sur Chromium.
Les tests ont beau dire que le navigateur de Mozilla tient la route, a l'usage Chrome apparait nettement plus performant.

Je ne sais pas si on peut dire que Firefox est devenu un bloatware, mais en tout cas il a perdu son statut de navigateur simple, efficace et customisable, pour n'etre plus qu'un navigateur pataud, gourmand (et toujours customisable)
a écrit le 30/10/2014 à 16:02 :
Rappelez-moi combien de millions gogole verse à Mozilla...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :