Amazon ouvre un centre de recherche en France sur les drones de livraison

 |   |  438  mots
Le centre de recherche, installé à Clichy, héberge une douzaine d'ingénieurs, chargés de créer un logiciel de gestion du trafic dédié à Prime Air, le programme de livraison par drones en 30 minutes chrono, qui fait partie des grands projets du Pdg Jeff Bezos.
Le centre de recherche, installé à Clichy, héberge une douzaine d'ingénieurs, chargés de créer un logiciel de gestion du trafic dédié à Prime Air, le programme de livraison par drones en 30 minutes chrono, qui fait partie des grands projets du Pdg Jeff Bezos. (Crédits : Capture d'écran YouTube Amazon)
Le géant du e-commerce souhaite développer à Clichy (92) un système de gestion du trafic sécurisé des drones pour les intégrer au trafic aérien existant. Un projet à très long terme, notamment en raison des contraintes de réglementation.

Après Facebook qui a installé son laboratoire d'intelligence artificielle à Paris, c'est au tour d'Amazon, autre géant de la tech, d'installer sa recherche en France. Le géant de l'e-commerce a annoncé jeudi 18 mai l'ouverture, à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), d'un centre de développement Prime Air, entièrement dédié aux drones de livraison.

Intégrer le trafic des drones au trafic aérien

Ce centre héberge une douzaine d'ingénieurs, chargés de créer un logiciel de gestion du trafic dédié à Prime Air, le programme de livraison par drones en 30 minutes chrono, qui fait partie des grands projets du Pdg Jeff Bezos.

Ce futur logiciel "permettra d'effectuer des opérations de drones à basse altitude en toute sécurité, en fournissant un accès à l'espace aérien et au geofencing, d'identifier et de séparer le trafic aérien en temps réel, de planifier des vols intégrant la gestion des imprévus et le contournement des fortes intempéries", explique l'entreprise dans un communiqué. Le geofencing est une fonction permettant de surveiller le déplacement et de prendre des mesures si l'appareil s'écarte de sa trajectoire.

L'équipe française rejoindra le réseau des centres de développement Prime Air qui travaille déjà sur le projet aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Autriche et en Israël. Le choix de la France pour mener la recherche s'explique aisément : comme Facebook, Amazon est attiré par la qualité des ingénieurs français, qui sont en outre beaucoup moins chers que leurs homologues américains.

Un projet à long terme en raison des freins réglementaires

En quête perpétuelle pour améliorer la rapidité de la livraison des produits vendus sur sa plateforme, Amazon mise gros sur le marché du drone civil de livraison. Le géant a d'ailleurs réalisé sa première livraison par drone à un particulier britannique en décembre.

En revanche, la firme de Jeff Bezos sait bien qu'il s'agit là d'un projet à très long terme. A la fois à cause du défi technologique, mais aussi et surtout pour des raisons de sécurité et de réglementation, notamment en France et en Europe. En effet, il est aujourd'hui très difficile de survoler certaines zones, notamment les villes. En 2015, Amazon avait réclamé un couloir aérien réservé pour ses drones de livraison, sans suite pour l'instant.

L'entreprise ne donne pas de date pour la généralisation de son programme mais écrit sur son site qu'"un jour, voir des engins Prime Air sera aussi normal que voir des fourgons postaux sur les routes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2017 à 11:32 :
Tandis que la famine tue des millions de gens chaque année les milliardaires du net, qui ont largement les moyens de pallier à ce véritable fléau de l'humanité vont investir à très long terme sur le lobbying politique afin que ce dernier vote des lois leur permettant de générer de la marge bénéficiaire.

Au secours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :