Chiffrement : Zuckerberg "compatit" avec Apple mais Gates soutient le FBI

 |   |  258  mots
"C'est un cas particulier où le gouvernement demande un accès à l'information. Il ne demande pas un accès général, mais seulement particulier", a insisté Bill gates.
"C'est un cas particulier où le gouvernement demande un accès à l'information. Il ne demande pas un accès général, mais seulement particulier", a insisté Bill gates. (Crédits : reuters.com)
Après la tuerie de San Bernardino, Apple, engagé dans une bataille avec le FBI et la justice américaine sur la confidentialité des données, a reçu le soutien des dirigeants de Twitter, Facebook et Google. A contrario, l'ex-Pdg de Microsoft estime que les sociétés technologiques devraient coopérer avec les autorités dans la lutte contre le terrorisme.

Les géants de la high-tech ne font pas tout à fait front commun. Dans le bras de fer entre Apple et la justice américaine, engagés dans une bataille sur la confidentialité des données, Bill Gates, ex-Pdg de Microsoft, a choisi son camp. Selon lui, les sociétés technologiques devraient être forcées de coopérer avec les autorités dans les enquêtes sur le terrorisme. "C'est un cas particulier où le gouvernement demande un accès à l'information. Il ne demande pas un accès général, mais seulement un accès particulier", a-t-il insisté.

Pour rappel, Apple refuse de fabriquer un logiciel de déchiffrement pour que le FBI puisse accéder au contenu des conversations d'un terroriste de San Bernardino, comme le lui a demandé la justice californienne.

>> Lire : Pourquoi Apple résiste au FBI et à la NSA

"Nous avons de la compréhension pour Tim et Apple"

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a de son côté dit "compatir" avec la firme de Cupertino. "Nous avons de la compréhension pour Tim et Apple", a-t-il assuré lors d'une intervention au Mobile World Congress, à Barcelone, le plus important salon du monde des télécoms.

"Je ne pense pas que demander une 'porte dérobée' au codage va être efficace pour augmenter la sécurité ou que ce soit la bonne chose à faire", a-t-il dit.

Jack Dorsey, fondateur de Twitter, et Sundar Pichai, patron de Google, ont également apporté leur soutien à Apple et à son patron Tim Cook.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2016 à 18:17 :
Quand la pomme est au service du crime et des terroristes avec se qui se passe maintenant dans le monde on voit l'ingratitude de cette boîte arnaqueuse comme jamais
a écrit le 23/02/2016 à 15:49 :
Bilou était déjà unanimement apprécié pour avoir propagé un des pires virus de la planète, il va manifestement améliorer son image auprès du plus grand nombre en prenant la défense d'organismes au comportement quelque peu discutable, ou tout du moi s discuté... On voit très bien que seul sa fortune liée a M$ l'incite a raconter de telles sornettes sur le dos de l'autre gros parasite de l'Apomme...
a écrit le 23/02/2016 à 9:18 :
Petite erreur dans l'article : Jack Dorsey est fondateur de Twitter, pas de Facebook.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :