Le chinois Huawei a été « ouvert au rachat de Nokia » ...moins de 24 heures

 |   |  334  mots
Le smartphone Ascend P6, dévoilé mardi par Huawei. DR.
Le smartphone Ascend P6, dévoilé mardi par Huawei. DR. (Crédits : DR)
L'un des dirigeants de l'équipementier télécoms chinois a déclaré envisager des acquisitions comme celle du géant finlandais déchu. Avant de démentir quelques heures plus tard.

Quiproquo ou prudence a posteriori ? Le géant chinois des équipements télécoms, qui s'est imposé en un an comme le numéro trois mondial des smartphones, grâce à ses modèles d'entrée de gamme écoulés en gros volumes, est revenu sur les déclarations d'un de ses dirigeants au sujet d'un éventuel rachat de Nokia. « Nous envisageons des acquisitions de ce type ; peut-être que la fusion pourrait générer des synergies mais cela dépend du bon vouloir de Nokia. Nous sommes ouverts », a en effet déclaré Richard Yu, le président de la branche Terminaux grand public de Huawei au « Financial Times. » Des propos que la direction du groupe de Shenzhen s'est empressée de démentir ce mercredi matin : « Huawei n?a aucun projet d?acquisition de Nokia. Notre stratégie et notre objectif restent concentrés sur l?innovation afin d?apporter les meilleurs produits et expériences à nos clients. »

Comme Lenovo et IBM dans les PC ?
Huawei, qui a présenté mardi à Londres son nouveau modèle Ascend P6, tente le pari du haut de gamme malgré la faiblesse de sa marque, qui reste quasi inconnue du grand public dans les pays occidentaux, et qui plus est assez difficile à prononcer pour un non-Chinois. Le rachat d'une marque comme Nokia, qui a longtemps incarné la téléphonie mobile dont elle fut l'un des pionniers, pourrait lui apporter un énorme coup d'accélérateur en termes de notoriété, avant d'envisager une transition vers sa propre marque, à l'image du rachat d'IBM par Lenovo.

Cela lui permettrait peut-être de prendre la tête des fabricants de smartphones, devant Samsung et Apple, son ambition affichée. Nokia, qui peine à revenir dans la course, vaut actuellement 10,7 milliards d'euros en Bourse. Il reste à voir si Huawei a réellement les reins financiers pour une acquisition de cette taille. Jusqu'ici, ses projets de croissance externe, 3Com et 3Leaf, avaient été bloqués par les autorités américaines.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :