En 2016, le smartphone aura plus que jamais la cote

 |   |  754  mots
La data est de plus en plus privilégiée par les individus pour communiquer entre eux.
La data est de plus en plus privilégiée par les individus pour communiquer entre eux. (Crédits : Reuters)
Dans son enquête annuelle, Deloitte a tenté de prédire quels seront les grandes tendances dans le monde des médias, des télécoms et des terminaux. Beaucoup concernent le smartphone dont certains usages, du paiement mobile aux jeux vidéo, ont le vent en poupe.

Amorcée en 2007 avec la sortie du tout premier iPhone, la révolution du smartphone n'est pas terminée. Au contraire. Comme chaque année, Deloitte s'est prêté au jeu des prédictions des grandes tendances high tech de l'année, en se basant à la fois sur les innovations des entreprises et les usages des individus. Or cette enquête, publiée jeudi, fait la part belle au smartphone. Celui-ci est présent dans près de la moitié des tendances listées par le cabinet de conseil.

En premier lieu, le paiement mobile devrait connaître un coup d'accélérateur. Pourquoi ? Parce que si dans le monde, les individus sont de plus en plus nombreux à consulter les sites d'e-commerçants via leur mobile, leur « taux de conversion » (c'est-à-dire le fait de passer à l'acte d'achat), demeure bas, à hauteur de 8,5%. Celui s'avère donc beaucoup plus faible que pour ceux qui passent par un ordinateur (13,5%) ou une tablette (13,4%). D'après Deloitte, le processus de paiement, « tout simplement trop long », constitue notamment un frein.

Faciliter le paiement des mobinautes

« Pour améliorer le taux de conversion, les e-marchands se reposent de plus en plus sur les solutions de paiement mobiles tierces », souligne Deloitte. Parmi elles, il y a notamment Paypal, où le chaland n'a plus à rentrer à chaque fois son identifiants, mot de passe et données personnelles. D'après le cabinet, « d'ici à la fin 2016, le nombre de consommateurs ayant recours à ces solutions devrait croître de 150% pour atteindre 50 millions d'utilisateurs réguliers à travers le monde ».

L'année 2016 devrait également être « très positive » pour l'industrie du jeu mobile (pour smartphones et tablettes). A en croire Deloitte, son chiffre d'affaires global devrait progresser de 20%, à 35 milliards d'euros. Toutefois, pas question d'enterrer les jeux vidéo classiques sur PC ou console. Bien plus rentables, ceux ont encore de beaux jours devant eux, rappelle Duncan Stewart, directeur de la recherche du cabinet. « Un jeu console rapporte en moyenne 4,8 millions de dollars, là où un jeu mobile n'engrange que 40.000 dollars », souligne-t-il.

La data toujours plus privilégiée

Le téléphone et la voix, bientôt de l'histoire ancienne ? Pour Deloitte, « 26% des détenteurs de smartphone ne passeront aucun appel en voix au cours d'une semaine donnée ». Sachant que d'après le cabinet, cette proportion est déjà passée de 11% à 23% ces quatre dernières années. Même si ce phénomène demeure une niche - de fait, le trafic de voix mobile continue de progresser en profitant du déclin de la téléphonie fixe -, il montre cependant que la data est de plus en plus privilégiée dans les échanges. D'après le cabinet, ces « utilisateurs qui ne passent plus d'appels via leur smartphone » ont recours au SMS (dans 60% des cas), aux messageries instantanées (52%), aux mails (51%) et aux réseaux sociaux (48%).

En outre, il devrait y avoir de plus en plus d'appels en 4G ou en WiFi cette année. D'après Deloitte, « 100 opérateurs mobiles » proposeront un service de « VoLTE » (ou voix sur le réseau 4G-LTE) d'ici à la fin 2016, c'est-à-dire deux fois plus que fin 2015. Au total, « environ 300 millions » de consommateurs devraient avoir accès à cette technologie, ou au « VoWiFi » (voix sur WiFi) des box ou bornes Internet traditionnelles.

Les « trois vies » d'un mobile

Le marché des smartphones d'occasion s'affiche en plein essor. Selon Deloitte, 120 millions de terminaux seront échangés ou revendus d'ici à la fin 2016. D'après le cabinet, ils concerneront 7% de total des ventes de smartphones de l'année, pour un marché évalué à 17 milliards de dollars. Pour rappel, en 2015, « seuls » 40 millions de smartphones étaient concernés. Dans la même veine, « 10% des smartphones haut de gamme (dont le prix est égal ou supérieur à 500 dollars) achetés en 2016 devraient connaître au moins trois propriétaires au cours de leur vie », assure Deloitte. Cela confirme que les individus jettent de moins en moins leur terminal lorsqu'ils en changent ou le cassent. En témoigne, en parallèle, la croissance du secteur de la réparation de mobiles.

Enfin, le partage de photos va aller crescendo. En 2016, quelques « 2,5 milliers de milliards » de clichés seront partagés ou stockés en ligne, assure Deloitte. « C'est 15% de plus qu'en 2015 », dit le cabinet, affirmant que « 90% de ces photos seront prises depuis des smartphones ». Cette envolée serait notamment favorisée par l'augmentation des débits, l'omniprésence du nombre de terminaux, et la démocratisation des applis de partage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2016 à 0:06 :
Heureusement que toute consultation ne déclenche pas d'achat! Le consommateur serait ruiné en quelques heures. On ne pourrait plus rien lui proposer puisqu'il ne pourrait plus acheter ayant déjà tout dépensé.
Une pub assure t'elle un achat? Non, ni horreur dans le cas des pubs négatives.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :