GAFA : la bataille de l'intelligence artificielle fait rage

 |   |  1002  mots
La firme à la pomme vient de racheter Turi, startup spécialisée dans l'intelligence artificielle. C'est sa quatrième acquisition dans ce secteur en seulement quelques mois.
La firme à la pomme vient de racheter Turi, startup spécialisée dans l'intelligence artificielle. C'est sa quatrième acquisition dans ce secteur en seulement quelques mois. (Crédits : © Stephen Lam / Reuters)
Les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) se sont lancés depuis plusieurs années dans la course à l'intelligence artificielle. A coups de rachats massifs de startups, ces géants du web tentent de prendre l'avantage dans un secteur qui va bouleverser l'économie.

C'est une nouvelle qui n'étonne même plus. Apple vient de racheter au prix fort de 200 millions de dollars la startup Turi, spécialisée dans une branche de l'intelligence artificielle : le "machine learning". Entendez "apprentissage automatique" en français, autrement dit la capacité d'une machine à auto-apprendre et à réagir en fonction des schémas détectés dans les masses de données collectées. Ce rachat n'est pas le premier de la firme de Cupertino et sûrement pas le dernier. En quelques mois Apple a acquis pas moins de quatre startups de référence dans le domaine de l'intelligence artificielle. Une stratégie commerciale agressive qui fait écho à celle de ses concurrents Google, Amazon et Facebook.

Un domaine susceptible de bouleverser les modèles commerciaux

Car le domaine de l'intelligence artificielle (IA) aiguise les appétits des géants du web depuis maintenant quelques années. Les GAFA y ont trouvé la clé à l'analyse intelligente des montagnes de données qu'ils récoltent quotidiennement. Martin Rugfelt, spécialiste de la question, explique ainsi que "l'intelligence artificielle consiste à créer des systèmes informatiques qui allient les capacités de stockage, recherche et synthèse d'un ordinateur à ce qu'il y a de meilleur dans l'intelligence humaine, à savoir nos facultés de compréhension et de raisonnement".

Mais à la différence d'une simple programmation de tâches spécifiques l'IA a pour but, à travers le "machine learning" (ou "deep learning"), "d'apprendre à apprendre" aux machines. Le but est ici de créer des systèmes qui peuvent apprendre par expérience, qui ne se contentent pas d'analyser des données mais qui apprennent de leurs propres erreurs. Autrement dit une technologie qui tend à remplacer l'intelligence humaine, voire à la dépasser grâce à un traitement des données beaucoup plus large et rapide.

Anticiper les désirs du consommateur

On comprend donc que l'IA peut avoir des conséquences immenses sur de nombreux secteurs du commerce, grâce à sa force d'anticipation et de compréhension de l'intelligence humaine. Le rachat de Turi par Apple n'est en ce sens pas anodin. La firme à la pomme a mis la main sur une technologie qui analyse les comportements des utilisateurs, cible en fonction de leur profil des publicités ou des recommandations de produits. Les produits de Turi ont par exemple été utilisés pour créer l'outil de recommandation de musique de la webradio Pandora ou le système de prédiction des prix de l'immobilier par l'agence Zillow. Cet outil permettra donc à Apple de perfectionner un peu plus les assistants personnels électroniques inclus dans ses produits qui à termes auront pour but de comprendre l'homme et de lui répondre de manière fluide.

Les applications d'intelligence artificielle "nous permettraient de créer des agents intelligents avec lesquels on peut dialoguer, à qui on peut poser n'importe quelle question, qui deviendraient des compagnons numériques" a indiqué au JDN Yann LeCun, directeur de la recherche en IA chez Facebook.

Pour ce qui est de l'anticipation, l'IA s'apprête à "révolutionner le e-commerce" selon Martin Rugfelt. En effet à partir de l'analyse des données, un site comme Amazon sera capable non pas seulement de vous conseiller des articles similaires à vos précédents achats mais bien d'anticiper sur vos désirs, de vous dispenser de l'effort même de réfléchir à ce que vous désireriez acheter. Autant dire une technologie synonyme de prospérité éternelle pour le géant de Seattle et qui explique pourquoi les GAFA se sont lancés dans une véritable guerre pour dominer un marché de l'IA qui semble tout simplement conditionner leur existence future.

 La course à l'intelligence artificielle

Si Apple s'est donc révélé aussi actif sur le marché de l'IA ces derniers mois c'est pour éviter à tout prix de se faire distancer par ses concurrents. La firme qui a été une des premières à réagir dès 2010 avec le rachat de Siri (l'assistant vocal des iPhones bien connu) a ensuite dû rattraper son retard en acquérant les startups VocalIQ (assistant virtuel) et Perceptio (reconnaissance faciale) en octobre dernier. L'entreprise créée par Steve Jobs est même allée jusqu'à racheter en janvier dernier une autre startup dans le domaine de la reconnaissance faciale, Emotient, comme pour en priver ses concurrents.

De son côté, Google a eu le flair de racheter la pépite britannique DeepMind en 2014. Cette startup a développé le programme informatique Alphago qui a battu le champion du monde de jeu de go Lee Sedol au début de cette année. Une victoire de la machine contre l'homme qui n'est pas sans rappeler celle d'un certain Deep Blue contre Kasparov au siècle dernier.

Lire aussi : Le superlogiciel de Google bat le meilleur joueur du monde de go

Google lançait aussi en mai dernier un nouveau service de messagerie mobile basé sur l'intelligence artificielle pour répondre aux questions des utilisateurs. Mais son plus grand projet reste la Google Car, voiture autonome sans chauffeur, dont la commercialisation à grande échelle signerait le succès définitif de l'intelligence artificielle, capable désormais de remplacer l'homme.

Facebook est lui aussi bien lancé dans la course. Le réseau social teste depuis août 2015 un assistant personnel sur Messenger, baptisé M, similaire à celui de Google et qui pourrait mener des tâches à la place de celle de l'homme (trouver des billets de train ou encore réserver un restaurant). En septembre 2014, la firme de Mark Zuckerberg n'a d'ailleurs pas caché ses ambitions en lançant à Menlo Park FAIR (Facebook Artificial Intelligence Research), un centre de recherche dédié à l'intelligence artificielle et dirigé par le français Yann LeCun. La structure s'est depuis étendue aux villes de New York et de Paris. Le réseau social ne se cache pas de débaucher sans scrupule des talents chez ses concurrents, le prix à payer sans doute pour s'imposer sur ce nouveau champ de bataille.

Lire aussi : Les limites de l'intelligence artificielle

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2016 à 18:23 :
Il ne faudrait pas que les machines mentent aussi bien les politiciens.
a écrit le 11/08/2016 à 14:55 :
vous êtes déjà fichés (volontairement) par les GAFA, demain vous serez traqués et manipulés par leurs robots en réseaux, y compris vos dirigeants (Hollande, Merkel,...). Ils n'anticiperont pas vos désirs, ils les décideront pour vous. La NSA les aidera, comme c'est déjà le cas aujourd'hui. L'armée américaine enverra partout dans le monde ses drones tueurs intelligents et furtifs qui aseptiseront la planète sans laisser de traces. Ce que les GAFA anticipent et préparent, c'est la domination mondiale de leur patrie. La naïveté des commentaires ci-dessous est hallucinante, comme celle de nos dirigeants.
Réponse de le 11/08/2016 à 17:24 :
Tout ça avec l'aide de la franc maçonnerie afin de préparer l'invasion des reptiliens non ?

Pfiou c'est incroyable comme on peut être naïfs nous autres en effet...
a écrit le 11/08/2016 à 9:46 :
"Anticiper les désirs du consommateur" en ces temps où ce dernier a de moins en moins d'argent pour consommer c'est ridicule et montre comme ces nouveaux milliardaires sont eux aussi complètement déconnectés des réalités de ce monde.

Si une intelligence artificielle anticipe mes désirs de consommation il est évident que je ne pourrais pas en régler le 100 ème de la facture. Une "intelligence" stupide, bravo les gars ça vaut le coup de dépenser des milliards là dedans.

Décidément ils feraient mieux de payer des impôts tous ils sont complètement stériles.
Réponse de le 11/08/2016 à 15:52 :
@Citoyen blasé: 1) "anticiper les désirs du consommateur" est une formule de marketing pour appâter/allécher la clientèle avide de nouvelles technologies. 2) Si on te dit que tu dois par exemple faire ta déclaration d'impôts sur l'Internet uniquement (et cela viendra), il faudra bien que tu utilises les technologies disponibles pour ce faire, même si cela ne te convient pas 3) les GAFA sont des entreprises privées et elles ont le droit de dépenser leur argent comme bon leur semble. 4) je te rejoins sur le paiement des taxes et impôts, ils devraient payer leur part raisonnable en effet :-)
Réponse de le 11/08/2016 à 17:31 :
Sinon quelque chose à ajouter sur la baisse de pouvoir d'achat général ? Vous ne pensez pas que c'est complètement contradictoire avec des gens qui veulent nous faire consommer toujours plus ? Parce que c'était là le sujet principal de mon commentaire.

Vous savez comme je vous l'ai dis plusieurs fois je ne lis pas vos commentaires sachant parfaitement ce que je vais y trouver et comme c'est vraiment irrespectueux de ma part n'hésitez surtout pas à me rendre la pareille, merci.

Je comprendrais et accepterais parfaitement votre mépris ne vous en faites pas.

Vous voulez que je vous fasse un smiley amicale qui vous rassurerait peut-être ?

;-)
a écrit le 11/08/2016 à 7:48 :
Je me demande ce que le deeplearning saura de ce que je fais quand je suis en vélo dans ma campagne charentaise sans mon téléphone.
Saura t il qu'en contemplant la Gironde du haut de l'antique théâtre de barzan, je ne souhaite que boire une bière fraîche qu'il sera incapable de m'amener avec un drone a l'autonomie limitée et dans un temps qui la maintienne a une température acceptable
Pour l'instant j'en doute encore
a écrit le 10/08/2016 à 22:08 :
Le jour où les robots arriveront à remplacer l'intelligence humaine et donc touts les salariés, le profit disparaît.Ce sera la fin du capitalisme.Une machine est incapable de créer de la valeur ajoutée.Seul un humain est capable de la faire car la valeur qu'un humain crée au cours de son travail est toujours strictement supérieur à la valeur de sa force de travail(salaire).La différence est extorquée par les propriétaires privées sous le nom de "bénéfice".

Personnellement, je ne crois pas que l'intelligence artificielle actuelle(basés sur la logique binaire) puisse remplacer la conscience humaine.Nous ne sommes même pas capable de fabriquer des cellules vivantes et nous prétendons reproduire la conscience humaine artificiellement.Or la conscience humaine est un être vivant constituée de cellules vivantes: le son, l'image, la touchée sont tous des êtres vivants déterminés, autonomes, des neurones.

Par exemple, que signifie voir ? Cela signifie que lorsque la lumière arrive au nerf optique cela déclenche automatiquement un processus de fabrication de neurones spéciales.Ce sont ces neurones spéciales "en chair" qui constitue la vision.

Par exemple, la table que tu vois devant toi est un tissu de neurones dans ton cerveau qui représente une table réelle(en bois) qui se trouve à l'extérieur de toi. Ce que tu vois est un être vivant mais ce qu'elle représente à l' extérieur de toi est inerte(la table en bois).

Si tu fermes tes yeux tu ne pourra plus "voir"(les tas de neurones ne peuvent plus se reproduire parce que sans lumière, il ne peuvent pas se former).Par contre la table en bois est toujours à sa place.

La conscience humaine est donc d'emblée un processus vivant, la production continue de la vie.

Alors qu'un ordi, aussi intelligent qu'il soit, qui n'est qu'un tas de processus électronique(inerte) ne pouvant jamais avoir une conscience artificielle humaine.

Le jour où on arrivera à fabriquer des neurones artificielles alors on reproduira l'être humain artificiellement.
a écrit le 10/08/2016 à 16:47 :
Le plus drôle, c'est que la technologie véritablement disruptive, quand elle arrivera, ils n'y croiront pas du tout et elle leur taillera des croupières à tous les trois, comme ça se produit à chaque fois.
a écrit le 10/08/2016 à 16:23 :
IP nouvelle manière, pour: "Internet de la Promiscuité"...Préservez vos poches et votre intimité!...
a écrit le 10/08/2016 à 13:01 :
"un site comme Amazon sera capable non pas seulement de vous conseiller des articles similaires à vos précédents achats mais bien d'anticiper sur vos désirs, de vous dispenser de l'effort même de réfléchir à ce que vous désireriez acheter" : autrement dit, l'I.A. vise surtout à vous rendre ... plus con (pour vous soutirer plus d'argent) !
a écrit le 10/08/2016 à 12:12 :
ahah
ia fuzzy sets ca revient à la mode systematiquement quand les temps sont difficiles

http://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/intelligence-artificielle/20160325.OBS7158/l-ia-de-microsoft-est-elle-reellement-devenue-raciste-au-contact-des-internautes.html
a écrit le 10/08/2016 à 10:13 :
Cette confiance aveugle et infinie dans l'IA m'impressionne ....et m'inquiète au regard de ces exemples qui se multiplient et qui font la preuve des limites du système.
Ces derniers jours encore où l'on a vu tous les vols d'une compagnie aérienne annulés en raison d'une panne informatique !!!!
Le Dieu Gafa a t-il imaginé les conséquences en cascade d'une panne ou d'un piratage informatique auquel s'ajouterait un accident climatique ou technologique , une erreur humaine et plus encore ....?
a écrit le 10/08/2016 à 9:22 :
avant on appelait ca statistique, puis datamining, maintenant on regroupe le tout sous AI ( a cause de l'utilisation des reseaux de neurones...)...... les memes pbs vont arriver au meme moment au meme endroit, avec les memes deceptions pour les memes raisons
quant au deeplearning, ok ca integre du boltzmann et de l'encoder, c'est tres bien pour les images........ sinon les principes existent depuis longtemps ailleurs, et la encore on sait ou quand et comment ca peut marcher ou pas.......
le pb de ces boites n'est pas tjs d'avancer, il est de couper l'herbe sous le pied du concurrent, ou mieux, lui faire croire qu'il est en avance alors qu'il est en retard
( c'est pas pour ca que sur le fond c'est pas interessant, bien au contraire)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :