ORLM : Où va Apple ?

 |   |  81  mots
(Crédits : REUTERS/Lucy Nicholson)
[Replay] Chaque semaine, La Tribune diffuse des extraits issus de l'émission ORLM. Aujourd'hui: où va Apple ?

Cette semaine, en cette fin de l'année qui approche, la fine d'équipe d'On refait le Mac a décidé de se faire peur. Blague à part, inventaire des sujets qui font polémiques autour du constructeur et qui inquiète. Disparition de certaines gammes de matériels, manque d'innovations, ventes en baisses, absence de relais de croissance, politique tarifaire élitiste et redressement fiscaux, sans oublier l'élection de Donald Trump. Bonne année Apple !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2016 à 22:09 :
Un ordi apple à un prix fou : sans intéret. tout ordi est dépassé en permanence chaque six mois.
Réponse de le 25/12/2016 à 10:52 :
Apple avait trois avantages compétitifs, un excellent hardware, un très bon OS, surtout son interface utilisateur, et un design à part. Aujourd'hui le hardware est de type PC, le logiciel ne les différencie plus, reste le design et l'homogénéité de leur écosystème logiciel qui demeurent.
Est ce suffisant pour surpayer des PC dans un joli package? De plus en négligeant le marché professionnel de l'image et de la vidéo (machines hors de prix et non extensibles, incompatibilités logicielles avec les évolutions de l'OS...) Apple se coupe du seul marché avec des marges significatives. L'avenir est blême. Le PC est devenu une 'commodity' au même titre que la HiFi des années 60/70 qui a vu une multitude de constructeurs disparaître au profit de produit standards et à bas coûts.
Dommage mais leur politique de prix et la fermeture de leur système les condamne à terme. D'autant plus maladroit que leur OS actuel repose sur un noyau BSD tout ce qu'il y a de plus public. Mais c'est une autre histoire.... A terme, seuls le pingouin et les fenêtres survivront avec Android sur les tablettes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :