FrenchTech : Pixium implante une rétine artificielle pour recouvrer la vue

 |   |  439  mots
Il s'agit de la première implantation mondiale d'IRIS II.
Il s'agit de la première implantation mondiale d'IRIS II. (Crédits : Pixium Vision)
Un système oculaire doté de 150 électrodes a été posé sur un patient de 58 ans afin de lui redonner une vision des formes et des mouvements. Pixium espère commercialiser l'Iris II en Europe dès le milieu de l'année.

Une prouesse majeure dans la santé ? La société française Pixium Vision, a annoncé mercredi 24 février le succès d'une première implantation chez un patient de son nouvel implant épi-rétinien Iris II. Il s'agit de la première implantation mondiale d'IRIS II. Elle a été effectuée sur un patient de 58 ans.L'opération "s'est déroulée avec succès", a déclaré dans un communiqué le professeur Michel Weber, chef du service d'ophtalmologie du CHU de Nantes dans un communiqué.

"Après des années dans le noir, le patient a été activé. Il a déclaré percevoir des premiers signaux lumineux", a-t-il ajouté.

Il va entamer une rééducation en accord avec le protocole clinique pour apprendre à interpréter ces perceptions

Ce système permet la restauration de la vision pour des patients ayant perdu la vue suite à une rétinite pigmentaire, une maladie génétique et dégénérative qui touche environ 40.000 personnes en France. Doté de 150 électrodes, trois fois plus que le prototype Iris I, l'Iris II stimule artificiellement la rétine déficiente et lui redonne une vision des formes et des mouvements. Le système est équipé d'une ne caméra  intelligente qui reproduit le fonctionnement de l'œil humain. "Le capteur visualise à chaque instant avec ses pixels asynchrones, l'ensemble des évènements nouveaux", assure Pixum Vision.

Objectif : s'attaquer à la DMLA

Après huit patients implantés avec Iris I, "jusqu'à dix patients" seront implantés du nouveau modèle dans plusieurs centres spécialisés en Europe dans le cadre de cet essai clinique, selon Pixium. Ce dernier espère pouvoir commercialiser ce système en Europe dès mi-2016.

La société française espère également faire profiter de ses systèmes de restauration de la vision à des personnes atteintes de DMLA (maladie dégénérative de la rétine) à l'avenir. Un marché immense, car cette maladie, première cause de handicap visuel chez les personnes âgées de plus de 50 ans dans les pays développés, touche plus d'un million d'individus en France et des centaines de millions à travers le monde, selon l'association DMLA.

Pixium Vision n'est pas la seule entreprise française présente dans le marché de l'œil bionique. En mars 2015, le CHU de Strasbourg a implanté un œil bionique Argus II sur un patient. Conçu par la société Second Sight, il est censé "restaurer partiellement la vue chez des personnes atteintes de certaines formes de dégénérescence rétinienne". Il s'agissait de la première prothèse commercialisée de ce type.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2016 à 16:13 :
Article qui s'apparente à une promotion en règle de Pixium (encore !) et qui se permet (sans argumenter) de critiquer le concept de rétine artificielle allemand pourtant apprécié par de nombreux ophtalmologistes.
a écrit le 25/02/2016 à 4:59 :
Rien, nuts, sur le tarif de l'ntervention. Ca c'est du journalisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :