Uber ouvre son capital à deux milliardaires russes

 |   |  445  mots
La multinationale créée par l'Américain Travis Kalanick, notamment présente à Moscou, serait valorisée aux alentours de 70 milliards de dollars selon de récentes estimations la presse américaine. Une entrée en Bourse n'est toutefois pour l'instant pas à l'ordre du jour.
La multinationale créée par l'Américain Travis Kalanick, notamment présente à Moscou, serait valorisée aux alentours de 70 milliards de dollars selon de récentes estimations la presse américaine. Une entrée en Bourse n'est toutefois pour l'instant pas à l'ordre du jour. (Crédits : Reuters)
Mikhaïl Fridman et Alicher Ousmanov, ont investi pour plusieurs centaines de millions de dollars au total dans l'entreprise de Travis Kalanick, dont la plateforme met en relation passagers et chauffeurs.

Pour Uber, les procès se multiplient, mais les investisseurs aussi. Deux multimilliardaires russes, Mikhaïl Fridman et Alicher Ousmanov, ont investi pour plusieurs centaines de millions de dollars au total dans le service américain controversé de réservation de voiture avec chauffeur Uber, lancé par Travis Kalanick en 2009, a appris l'AFP vendredi auprès de leurs sociétés respectives.

Le fonds LetterOne de M. Fridman a annoncé dans un communiqué un "investissement stratégique de 200 millions de dollars" dans la société dont l'application permettant de réserver un chauffeur provoque la colère des taxis à travers le monde.

"L'une des entreprises les plus importantes au monde"

"Nous pensons que la direction talentueuse d'Uber possède la vision et le talent nécessaires pour faire de la société l'une des entreprises les plus importantes au monde dans le secteur de la technologie", a souligné M. Fridman, cité dans le communiqué.

Ce fonds de 25 milliards de dollars basé au Luxembourg n'a pas précisé quelle part du capital il avait achetée ni la valorisation correspondante. Cet été, le Wall Street Journal évoquait un tour de table avec des investisseurs valorisant Uber à plus de 50 milliards de dollars. Ce, alors que l'entreprise n'est pour l'heure pas cotée en Bourse.

Lire aussi : Uber valorisée 70 milliards ?

Le directeur général d'Uber, Travis Kalanick, cité dans le même communiqué, a de son côté souligné compter sur "la connaissance des marchés émergents de LetterOne".

Mikhaïl Fridman, 51 ans, dont la fortune est estimée par le magazine Forbes à plus de 13 milliards de dollars, est notamment présent dans la banque (Alfa), mais aussi les télécoms et l'énergie.

Une source proche de la société USM d'Alicher Ousmanov, qui contrôle notamment le portail Mail.ru ou le réseau social VK, a indiqué à l'AFP que la société avait investi "plusieurs dizaines de millions de dollars" dans Uber, confirmant des informations récentes de la presse russe.

M. Ousmanov, 62 ans, considéré il y a quelques années comme l'homme le plus riche de Russie avant d'être détrôné, est présent dans la métallurgie et les télécoms, mais il avait investi aussi dans le réseau américain Facebook à ses débuts.

La multinationale Uber est notamment implantée à Moscou, où sa plateforme de réservation est en concurrence avec d'autres services de taxis sur smartphones pionniers sur ce segment comme l'agrégateur du géant internet Yandex. Uber a récemment trouvé un accord avec les autorités municipales pour encadrer son activité qui doit encore être officiellement signé.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2016 à 16:48 :
1. Il est possible que le modèle d'Uber marche en Russie, mais pas sûr. Les taxis y sont de bon marché, il existe les plateformes efficaces de leur réservation. En plus en Russie on peut toujours lever la main et trouver un conducteur qui vous amène où vous voulez pour un prix encore inférieur.
2. L'Uber est surévalué, pas sûr que cet investissement soit rentable, au moins si c'est un investissement à longue terme.
a écrit le 14/02/2016 à 12:54 :
Article nébuleux et quelque peu incompréhensible, mais j'en retire deux choses: 1) Ce n'est pas Fridman, mais un fonds luxembourgeois qui investit dans Uber et 2) le capitalisme resent en Russie alors qu'on cherche à le baillonner en France est tout de même quelque d'extraordinaire ou plutôt le monde à l'envers :-)
a écrit le 14/02/2016 à 1:20 :
1. La valorisation actuelle d'Uber semble bien exagérée, donc, si c'est un investissement de longue terme, pas sûr qu'il soit rentable.
2. L'intérêt d'Uber en Russie est relative. Cela peut fonctionner, mais déjà les taxis en Russie sont de bon marché et il y a des plateformes de réservation des taxis très efficace. De plus il n'y a aucun problème de lever la main au bord de la route pour trouver un conducteur qui vous amène où vous voulez pour un tarif raisonable.
a écrit le 13/02/2016 à 19:20 :
Les chauffeurs de taxis ont intérêt à se tenir à carreau.
a écrit le 13/02/2016 à 14:46 :
Ils ont raison : un oligarque russe est plus fiable qu'un milliardaire communiste. Enfin ... d'après l'avis des oligarques us, bien sûr. Faudra demander l'avis à nos oligarques européens, pour être sûrs...
a écrit le 13/02/2016 à 12:25 :
Ponzi !

Uber ne tient que parceque la réglementation est bancale et les jugements trop longs

Il faut libéraliser le marche (autorisation Uberpop) mais réguler les monopoles, donc plafonner les commissions des plateformes internet a 5% + obligation de déclarer les revenus verses + obligation de déclarer le revenu de la plateforme en France (et pas en Irlande) + déclarer de même les bénéfices en France

Ce sont des parasites qui prennent 20% de commission !
Réponse de le 13/02/2016 à 14:49 :
" faut libéraliser" "mais réguler" Ha !? Vous êtes socialo..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :