Fake News : quand le Kremlin remet en cause la presse anglo-saxonne

 |   |  314  mots
Nous publierons des exemples de propagande de hoaxes provenant de plusieurs médias et donnerons les liens vers les sources, a précisé Maria Zakharova, directrice de l'information et de la presse du ministère des Affaires étrangères russe.
"Nous publierons des exemples de propagande de hoaxes provenant de plusieurs médias et donnerons les liens vers les sources", a précisé Maria Zakharova, directrice de l'information et de la presse du ministère des Affaires étrangères russe. (Crédits : Capture d'écran/Site du ministère des Affaires étrangères russe)
Une nouvelle section du site du ministère des Affaires étrangères russe affiche des articles tamponnés d'un label "fake". Il s'agit exclusivement d'articles de médias anglo-saxons critiquant le Kremlin.

Alors que les "fake news" proviennent logiquement de sites d'information officieux, le gouvernent russe cible des médias traditionnels anglo-saxons.

La semaine passée, le ministère des Affaires étrangères russe a ouvert une section de son site web dédiée aux informations falsifiées. Sur la page, on trouve plusieurs articles tamponnés d'un label rouge, sur lequel est inscrit "fake", suivi de la mention : "Cette article met en avant des informations qui ne correspondent pas à la réalité." En revanche, aucun texte ne vient donner la version des faits du Kremlin. Le site se contentant de délivrer la mention "fake".

Le New York Times a repéré que l'une de ses publications faisait partie de la liste, comme celles d'autres médias à l'image de The Telegraph et NBC News. On retrouve également un article de Bloomberg portant sur des déclarations d'Emmanuel Macron. Mi-février, le candidat d'En Marche! à la présidentielle française a demandé à l'Union européenne de rester ferme face à la Russie, indiquant que sa campagne est la cible de hackers.

"Des exemples de propagandes"

Cette nouvelle section du site a été annoncée par Maria Zakharova, directrice de l'information et de la presse du ministère des Affaires étrangères russe :

"Nous publierons des exemples de propagandes de hoaxes provenant de plusieurs médias et donnerons les liens vers les sources", a-t-elle expliqué à la télévision russe, rapporte le New York Times. "L'objectif est de décrire les principales tendances de publications de fake news au sujet de notre pays et de faire tout ce qui est possible pour stopper leur dissémination."

Le même jour, le ministre de la Défense, Sergei Shoigu, a annoncé devant le Parlement que l'armée a créé une équipe pour mener la guerre de l'information, sans fournir plus de détails, retrace le quotidien américain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2017 à 17:05 :
Et si on faisait pareil vs les informations diffusées en Russie et déformées ?
A fake, fake et demi. :-)
a écrit le 27/02/2017 à 16:15 :
D'où l'intérêt d'envoyer les enfants à l'école au moins jusqu'à 16 ans pour leur donner le plus de capacité à penser par eux-mêmes. L'apprentissage c'est bien, mais pas suffisant.
a écrit le 27/02/2017 à 16:11 :
De la propagande contre de la propagande. Il est temps que les médias dépendants meurent, c'est l'information qui en sera contente.

Par contre une question à laquelle personne n'a du penser, mais cela ne viendrait pas du fait que les humains journalistes se fassent remplacer par des logiciels qui permet du coup à Poutine cette offensive médiatique ?
a écrit le 27/02/2017 à 15:50 :
Il est vrai que l'art de faire de la propagande devient difficile, car les gens voyagent et l'Internet permet de donner son avis. Bon, il faut savoir aussi que les gogos gobent tout existent aussi, notamment ceux qui ne parlent aucune langue majeure et qui s'en remettent à ce que dit la concierge ou leur parti politique :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :