Yahoo cède des actifs non stratégiques pour plaire aux actionnaires

 |   |  310  mots
Yahoo a vendu ou cédé sous licence plus de 600 millions de dollars de brevets sur les trois dernières années.
Yahoo a vendu ou cédé sous licence plus de 600 millions de dollars de brevets sur les trois dernières années. (Crédits : REUTERS/Mike Blake)
Le groupe Internet américain pourrait obtenir jusqu'à 3 milliards de dollars. Mis sous pression, il "cherche ce qui crée le plus de valeur pour l'actionnaire". Il explore actuellement des "alternatives stratégiques" pour son cœur de métier.

Yahoo espère retirer entre 1 et 3 milliards de dollars (entre 900.000 et 2,7 milliards d'euros) de la vente de brevets, biens immeubles et autres actifs non stratégiques, a déclaré jeudi 3 mars le directeur financier du groupe Internet américain. Le comité spécial mis en place par le groupe pour étudier des alternatives à un projet de scission espère pouvoir faire vite, a affirmé Ken Goldman lors d'une conférence organisée par Morgan Stanley à San Francisco.

Yahoo a vendu ou cédé sous licence plus de 600 millions de dollars de brevets sur les trois dernières années, a-t-il ajouté.

A la recherche d'"alternatives stratégiques" pour son cœur de métier

La veille, Yahoo! a lancé une plateforme de streaming de jeux vidéo en ligne pour faire concurrence au pionnier Twitch, propriété depuis 2014 d'Amazon, et à Youtube Gaming, détenu par Alphabet (ex-Google).

Sous la pression de ses actionnaires, Yahoo a accepté de réduire ses effectifs de 15% et d'explorer des "alternatives stratégiques" pour ses activités Internet, son cœur de métier ; et les noms de plusieurs prétendants potentiels, dont le groupe de presse Time et l'opérateur télécoms Verizon Communications, ont circulé dans les médias ces dernières semaines. Ken Goldman n'a pas confirmé ces informations mais a assuré que le comité spécial "cherchait ce qui crée le plus de valeur pour l'actionnaire".

Canyon Capital, l'un des actionnaires de Yahoo, presse le groupe de procéder rapidement à la vente, estimant que la direction ne partage pas le sentiment d'urgence du conseil d'administration. Selon le New York Post, le conseil d'administration de Yahoo doit par ailleurs s'entretenir la semaine prochaine avec le fonds activiste Starboard Value, actionnaire du groupe dont il réclame un changement de direction, de conseil d'administration et de stratégie.

 (avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2016 à 13:58 :
Yahoo est en faillite comme bon nombre de sociétés américaines dans tous les secteurs. Les premières ventes d'actifs de nettoyage envisagées préludent d'une vente de l'ensemble. Cependant, il n'est pas seul à basculer, Viacom -propriétaire de Paramount- par exemple est aussi en faillite et doit se vendre ou fusionner. Sa maison presque soeur CBS est sur la pente descendante et devra sans doute commencer à songer au même scénario. De fait toute l'industrie mis à part Disney est dans une situation déplorable tandis que les entreprises IT bien connues piétinent leurs métiers en produisant des films et des séries. La convergence s'affirme entre le logiciel, le hard, le cloud, la téléphonie, les brevets IT tels Qualcom, les utilities IT comme Cisco, la production, la distribution au sens large, les services comme la banque, l'informatique ou le locatif et d'autres, une partie de la santé, bref c'est tout un secteur de prestations jusque là indépendantes qui se regroupe massivement par touches très visibles. Cette concentration fait que les principaux acteurs captent l'attention d'un large public au détriment des anciens spécialistes. Le travail de ces derniers est de jauger de leur possibilité de maintient sans être impactés de manière soit à poursuivre soit à se vendre au plus haut. Si cette perception n'est pas correcte, si le point haut de basculement n'est pas judicieusement exploité, alors la chute est terriblement brutale, s'accompagnant d'une ruine certaine. Les investisseurs deviennent alors particulièrement sensibles à l'analyse correcte de ces critères à tel point que lorsqu'un acteur signifiant d'un segment est touché, c'est tout l'ensemble qu'ils se mettent à fuir. L'effet "Mikado" qui s'ensuit rend la prévision bien plus que délicate et la nervosité comme une nécessité. La casse va devenir importante et peut être insupportable.
a écrit le 04/03/2016 à 10:41 :
Yahoo va vraiment très mal donc, quel gâchis...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :