JCDecaux interdit de capter les données mobiles

 |   |  319  mots
Le géant français envisageait d'installer, durant une période de test de quatre semaines, des boîtiers wifi sur plusieurs panneaux publicitaires installés sur l'esplanade de la Défense afin de capter les données mobiles des passants et ainsi mesurer précisément le nombre de personnes passant à proximité.
Le géant français envisageait d'installer, durant une période de test de quatre semaines, des boîtiers wifi sur plusieurs panneaux publicitaires installés sur l'esplanade de la Défense afin de capter les données mobiles des passants et ainsi mesurer précisément le nombre de personnes passant à proximité. (Crédits : © Mike Segar / Reuters)
Le géant français de l'affichage publicitaire ne pourra pas comptabiliser le nombre de personnes passant devant ses panneaux publicitaires sur l'esplanade de la Défense en captant leurs données mobiles, a décidé le Conseil d'Etat validant ainsi une décision antérieure de la Cnil.

Le groupe va devoir revoir ses plans. Le géant français de l'affichage publicitaire JCDecaux ne pourra pas comptabiliser le nombre de personnes passant devant ses panneaux publicitaires sur l'esplanade de la Défense en captant leurs données mobiles, a décidé le Conseil d'Etat validant ainsi une décision antérieure de la Cnil. La plus haute juridiction administrative avait été saisie par le groupe français après le refus signifié par la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), en juillet 2015, d'autoriser une telle méthode, qui devait être testée pendant quatre semaines.

Dans sa décision, rendue le 8 février, le Conseil d'Etat a rejeté l'ensemble des demandes de JCDecaux, entérinant donc la décision de la Cnil. Interrogé par l'AFP, l'entreprise a déclaré "prendre acte de la décision du Conseil d'Etat" et vouloir "poursuivre nos travaux pour fournir une mesure d'audience innovante et fiable respectant parfaitement les libertés individuelles". Saisie le 4 février 2015 d'une demande d'autorisation par le groupe afin de réaliser son expérimentation, la Cnil avait décidé, six mois plus tard, de la refuser, au motif que la collecte de données se ferait "à l'insu des personnes qui ne disposeraient pas de la possibilité d'exercer leurs droits".

"Respect des droits des personnes"

La Commission avait également pris en compte "les risques présentés par le traitement et les garanties apportées pour le respect des droits des personnes" pour justifier sa décision, dont JCDecaux avait donc décidé de faire appel auprès du Conseil d'Etat.

Le géant français envisageait d'installer, durant une période de test de quatre semaines, des boîtiers wifi sur plusieurs panneaux publicitaires installés sur l'esplanade de la Défense afin de capter les données mobiles des passants et ainsi mesurer précisément le nombre de personnes passant à proximité.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2017 à 15:42 :
FICHAGE FICHAGE FICHAGE............
BIG BROTHER EST PARTOUT
BIENTOT ILS SONDERONT LE FOND DE NOS CULOTTES.
a écrit le 11/02/2017 à 11:10 :
Comment peut-on en arriver là ? Liberté d'entreprendre, oui. Anarchie, non. Le pillage des données personnelles devient un business dans le monde économique et cela avec la complicité des politiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :