Rendez-vous médicaux : bataille de leadership entre Mondocteur et Doctolib

 |   |  763  mots
Mondocteur espère équiper 20% des cabinets médicaux français d'ici à 2018.
Mondocteur espère équiper 20% des cabinets médicaux français d'ici à 2018. (Crédits : DR)
La startup Mondocteur a annoncé mardi plusieurs dizaines de recrutements et un investissement de Lagardère à hauteur 15 millions d'euros. Elle vise le leadership du marché français de la prise de rendez-vous médicaux. L'objectif semble très ambitieux alors qu'elle est pour le moment distancée par une autre startup, Doctolib.

Le marché de la prise de rendez-vous médicaux en ligne aiguise l'appétit de nombreuses startups en France. Parmi celles-ci, Mondocteur.fr. Lancée en 2013 et acquise par Lagardère Active dans la foulée, la startup a annoncé une accélération de son déploiement, mercredi 10 février : un investissement total de 15 millions d'euros en deux ans et le recrutement de 70 personnes dans toute la France pour doubler ses effectifs.

Mondocteur espère équiper 20% des cabinets médicaux français d'ici à 2018 et atteindre à partir de décembre 2016 les dix millions de rendez-vous médicaux mensuels pris en ligne, contre plus d'un million actuellement. Des objectifs très ambitieux. Car selon la startup elle-même, "seuls 2% des professionnels de santé sont passés à la prise de RDV en ligne à ce jour" (ils sont entre 10.000 et 11.000 selon les chiffres avancés par Mondocteur et Doctolib) en France.

Mais la demande des patients est potentiellement forte : "64% des Français confrontés à la difficulté d'obtenir un rendez-vous dans un délai rapide renonceraient à consulter un spécialiste", selon une étude de PagesJaunesDoc, publiée en janvier 2015. Or avec ce type d'offre, il est possible d'obtenir un rendez-vous rapide (quelques jours) pour un spécialiste.

Bataille autour du leadership de la prise de rendez-vous en ligne

Mondocteur revendique une position de numéro 1 en assurant être le premier portail de prise de rendez-vous médicaux en ligne en France. Mais Doctolib se pose également en leader français de la prise de rendez-vous médicaux. Quid en réalité ?

Mondocteur assure équiper plus de 3.500 professionnels de santé situés dans 250 villes en France, aujourd'hui. Stanislas Niox-Chateau, le président cofondateur de Doctolib, déclare à La Tribune travailler en collaboration avec plus "de 7.000 praticiens". Par ailleurs, il conteste le chiffres du nombre de praticiens avancé par Mondocteur, mais n'infirme pas que la startup est le deuxième plus gros acteur français sur ce marché. Tous les autres sites comme Docteurclic, Rdvmedicaux.com ou encore PagesJaunesDoc, et Imediasante.com complètent le marché et se partageraient entre plusieurs centaines et 2500 praticiens, selon les différents chiffres mis en avant par Mondocteur et Doctolib.

En ce qui concerne le nombre de prises de rendez-vous, là encore Doctolib dominerait le marché puisqu'il revendique 1,5 million de rendez-vous chaque mois, contre plus d'un million pour Mondocteur. Ainsi, selon ces chiffres, Doctolib domine totalement le marché français de la prise de rendez-vous médicaux..

Mais Thibault Lantier, confondateur de Mondocteur.fr, assure à La Tribune que "Mondocteur est la destination numéro des patients, touchant 10 millions d'internautes par mois grâce à son association avec le site Doctissimo" (propriété de Lagardère comptant 32 millions de visites en France en janvier). Thibault Lantier ajoute d'ailleurs que le site Mondocteur enregistre désormais "30 à 40% de croissance par mois en comptant le nombres de patients qui utilisent le service et nombre de rendez-vous pris".

Mondocteur se focalise sur le marché français, pas Doctolib

Pour se développer, les stratégies des deux plus grosses startups françaises dans ce domaine divergent. Mondocteur veut "se concentrer sur le territoire français", une "priorité absolue". Pour rattraper un site comme Doctolib en France, la startup veut proposer des services supplémentaires "pensés par et pour les praticiens" (qu'elle détaillera au cours du premier semestre 2016), mais aussi  améliorer la relation professionnels de santé-patient. Comme par exemple, avec "l'envoi de sms pour indiquer un retard de la consultation", explique Thibault Lanthier à La Tribune.

La stratégie de Doctolib est celle d'une expansion à l'international. La startup veut consolider sa position de leader en France mais aussi se développer dans six pays européens d'ici à 2017. "Nous nous lancerons en Allemagne dans quelques semaines", annonce à La Tribune Stanislas Niox-Chateau. Doctolib a réussi une nouvelle levée de fonds de 18 millions d'euros, après celles de 1 puis 4 millions en 2014. Elle espère convaincre 400.000 professionnels de santé d'ici à 2020 en Europe, et passer le cap des 500 millions de prises de rendez-vous.

Aux États-Unis, ZOcDoc, licorne aux 600 employés

Au niveau mondial, les deux leaders français sont des petits poucets. Aux Etats-Unis, La startup ZocDoc, créée en 2007, était valorisée à 1,8 milliard de dollars (lui permettant d'accéder au club des licornes, les startups valorisées plus d'un milliard de dollars) en avril 2015. Elle emploie 600 personnes, et sans donner de chiffres précis, avance que plusieurs millions de personnes prennent rendez-vous avec un professionnel médical via sa plateforme, chaque mois. Pour le moment, aucune startup française n'ose se mesurer au géant sur son propre terrain...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2016 à 13:18 :
Pro, pensez à comparer !
http://www.resalib.fr
a écrit le 11/02/2016 à 20:26 :
Un petit nouveau à très fort potentiel www.irismedica.com
a écrit le 10/02/2016 à 23:43 :
Tout à fait d'accord. Quand les créneaux de RDV sont pleins, même Internet ne trouvera pas de solution. Ce type de prise de RDV renforcera le consumérisme médical par des patients impatients qui butinent de médecins en médecins, au plus offrant !... Aucun intérêt à les recevoir. On ferait mieux d'apprendre aux gens qu'on ne peut pas toujours tout avoir tout de suite et leur rappeler que les médecins ne disposent que de 24h00 par jour. Ces patients pressés ne sont pas toujours ceux qui travaillent le plus en revanche...et ne sont pas toujours ceux dont l'état de santé nécessite un RDV urgent. De plus, ces petits malins vont bloquer l'accès à ceux qui ne maîtrisent pas Internet mais qui ont eux aussi besoin de soins.
a écrit le 10/02/2016 à 22:58 :
Je suis cardiologue et je ne sais plus comment faire pour donner des rdv, mes secrétaires savent répondre aux vraies demandes urgentes ou me solliciter pour rajouter un rdv, comme mes correspondants , rien à faire de verser une com pour avoir des ...consommateurs de soins...c'est pas comme cela que j'ai envisagé mon métier, je laisse ce business bien volontiers à d'autres.
Réponse de le 05/03/2016 à 8:23 :
La prise de RDV sur Internet peut simplement permettre à vos patients actuels de prendre rendez-vous en ligne quand ils le souhaitent. A titre d'exemple sur www.rdvmedicaux.com, 36% des RDV sont pris pendant les soirées et week-end. Un simple confort pour les patients avec un service complémentaire au travail de secrétaires médicales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :