Xavier Niel investit dans All Turtles, un startup studio mondial hébergé à Station F

 |   |  731  mots
Xavier Niel, qui finance via son fonds Kima Ventures l'Ecole 42, Station F et de nombreuses startups de la French Tech, investit dans le startup studio mondial All Turtles.
Xavier Niel, qui finance via son fonds Kima Ventures l'Ecole 42, Station F et de nombreuses startups de la French Tech, investit dans le startup studio mondial All Turtles. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
EXCLUSIF. Via son fonds d'investissement Kima Ventures, l'entrepreneur Xavier Niel a investi dans le startup studio mondial All Turtles, lancé par le cofondateur d'Evernote Phil Libin.

Le startup studio All Turtles, qui veut révolutionner la manière dont sont produites les innovations partout dans le monde, a trouvé son pilier en France : Xavier Niel.

D'après nos informations, l'entrepreneur français, qui dirige Iliad, la maison-mère de l'opérateur Free, fait partie des investisseurs de la nouvelle société, avec le fonds américain General Catalyst et le japonais Digital Garage. Le montant de l'investissement est tenu secret. Xavier Niel investit dans All Turtles via son propre fonds, Kima Ventures, alimenté par ses deniers personnels. Le fonds a aussi financé L'Ecole 42 et Station F, en plus d'une myriade de pépites de la French Tech depuis 2010, dont le réseau social Zenly récemment racheté par Snapchat, Trainline ou encore la Fintech TransfertWise.

Xavier Niel, pilier de All Turtles en France

Lancé en mai dernier à San Francisco, All Turtles s'est doté d'une ambition inédite : repenser totalement la manière de produire les innovations, partout dans le monde, en supprimant l'étape de la startup. Pour l'instant spécialisé dans les projets autour de l'intelligence artificielle, All Turtles va ouvrir deux filiales, à Paris et à Tokyo, d'ici à la fin de l'année, puis attaquera le reste du monde, dont le Mexique, l'Inde et l'Europe de l'Est, dès 2018. En France, All Turtles posera naturellement ses valises à Station F.

     | A lire. Phil Libin lance son startup studio mondial All Turtles

Dans chaque pays, All Turtles a besoin de s'appuyer sur des investisseurs renommés, dotés d'un grand carnet d'adresse, d'une connaissance pointue de l'écosystème d'innovation local, et de la capacité à repérer les entrepreneurs qui inventeront les produits phares de demain. Aux Etats-Unis, ce rôle est tenu par Phil Libin, ancien cofondateur et Pdg d'Evernote devenu investisseur, qui est aussi le Pdg d'All Turtles. Au Japon, ce sera fonds Digital Garage.

En France, ce sera Xavier Niel. Grâce à son Ecole 42, qui forme les ingénieurs de demain, et désormais à Station F, le plus grand campus de startups au monde, l'entrepreneur sera à même de repérer les futurs champions de la tech que All Turtles veut accompagner. "Beaucoup de personnes qui étudient à l'Ecole 42 vont avoir de supers idées de produits dont le monde a besoin", indiquait en mai dernier Phil Libin à La Tribune.

     | Pour en savoir plus. Comment All Turtles compte renverser le modèle mondial de production des innovations

Le Netflix mondial des innovations

All Turtles est né d'un constat de Phil Libin sur les faiblesses du modèle actuel, qui consiste à essayer de dupliquer, partout dans le monde, la recette gagnante de la Silicon Valley :

"Quand on y réfléchit, le système actuel de la production des innovations marche sur la tête. Un entrepreneur qui a une idée géniale doit d'abord créer une startup, puis aller chercher des financements d'amorçage, puis naviguer dans les complexités juridiques et fiscales, puis faire son produit, recruter, gérer sa croissance, sa R&D, puis lever des fonds, gérer l'hypercroissance... C'est incroyablement compliqué, plein de pièges, et neuf startups sur dix en meurent. Souvent, elles ne meurent pas parce que le produit est mauvais, mais parce que l'entrepreneur passe son temps, par nature, à prendre des décisions et à faire des erreurs. Alors, je me suis dit : pourquoi s'infliger tout ça, pourquoi devoir monter une startup pour créer un produit innovant ? Et si l'entrepreneur se concentrait uniquement sur le développement de son innovation, et laissait des experts s'occuper à sa place de tous les autres aspects ?"

Le concept d'All Turtles vise donc à attirer des entrepreneurs dès le stade de l'idée. Le studio mettra à leur disposition tous les talents nécessaires pour la transformer en produit ou en service commercialisable, puis s'occupera de sa distribution.

Le modèle revendiqué par All Turtles est celui des studios de télévision HBO, Netflix et Amazon, à l'origine du nouvel âge d'or de la télévision car ils ont, d'après l'entrepreneur, "remis le créateur au centre du processus". "L'entrepreneur restera propriétaire de son produit et sera rétribué en conséquence, mais il n'aura même pas besoin de créer une structure pour le développer", explique-t-il. S'il souhaite tout de même créer une entreprise, celle-ci restera dans le giron du studio, qui prendra une participation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2017 à 22:58 :
Coquille : L'école 42 ne forme pas des ingénieurs, entre 42 et une bonne vieille grande école d'ingénieurs il y a plus qu'un pas à faire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :