Logement : Borloo invoque l'abbé Pierre...et demande la baisse de la TVA

 |   |  449  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de l'UDI a alerté ce matin l'opinion publique au sujet de la situation du logement en France et plaidé pour une baisse de la TVA sur les travaux réalisés dans l'ancien. Le dispositif de la TVA dans le neuf fait aussi actuellement l'objet de débats.

La situation du logement en France inquiète Jean-Louis Borloo. Comme beaucoup d'autres avant lui, le député du Nord a fait part ce mercredi de son incompréhension de la politique menée par le gouvernement et son prédécesseur en matière de logement. Il pointe du doigt les contraintes qui s'accumulent sur l'offre de logements, notamment le taux de TVA pour les travaux réalisés dans l'ancien qui aura presque doublé en 2 ans au 1er janvier 2014 à 10%. Une absurdité à son sens, car le logement est "un produit de première nécessité, on peut le mettre au taux de TVA le plus bas". Après douze ans à 5,5%, la TVA qui s'applique aux travaux d'entretien et de rénovation de logements était passée à 7% le 1er janvier 2012 et vient donc d'être relevée à 10%.

 La TVA dans le neuf également remise en question

Le logement neuf n'est pas mieux loti que l'ancien. Si la TVA qui s'y applique* ne va passer "que" de 19,6% à 20% au 1er janvier 2014, la justification économique de cette taxe ne fait pas l'unanimité.  Dans une note publiée mardi, le Conseil d'analyse économique (CAE), rattaché au premier ministre, ne comprend pas pourquoi la TVA s'applique à l'ensemble d'une construction neuve. Certes, il lui semble logique "que la TVA soit facturée à l'acquéreur par le vendeur pour la partie qui relève de la construction d'un logement et des différents travaux effectués sur le terrain". Cependant, le CAE ne voit pas de justification économique à appliquer également la TVA à la valeur "nue" du terrain. "C'est pourtant le régime qui est appliqué à l'heure actuelle" regrette-t-il. In fine, "la TVA devrait s'appliquer uniquement à la valeur ajoutée sur le terrain, c'est-à-dire à la valeur des travaux de construction", estime le CAE.

Un salarié sur douze travaille dans le bâtiment

Tout cela risque d'affaiblir un secteur du bâtiment déjà en difficulté. Jean louis Borloo remarque que ce secteur était jadis "extrêmement puissant, à près de 500.000 logements par an" ; et qu'avec dorénavant "280.000" nouveaux logements annuels, "on risque de rentrer dans une crise historique". Sans manquer de rappeler que le secteur représente un poids non négligeable dans le paysage de l'emploi : "un salarié sur douze en France travaille dans le bâtiment de manière directe ou indirecte", a ainsi insisté le président de l'Union des démocrates et indépendants, citant parmi "les métiers qui sont "autour", l'équipement de la maison, la plasturgie...". "On rentre dans une crise du logement extrêmement grave", a ajouté l'ancien ministre. Avant de conclure, "si on continue comme ça, on va revenir à l'époque de l'abbé Pierre".

*hors logement social

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2013 à 11:56 :
Ne pas oublier que le « bailleur » pirate le mieux payé est l?Etat : 50 % minimum des loyers sont rackettés par l?Etat sous forme de TVA, de taxation des plus values, d?imposition à l?IR des loyers, d?imposition à l?ISF du patrimoine, de taxes foncières?etc.
Que demain l?immobilier soit libre de toutes taxes et les loyers chutant de moitié deviennent attractifs pour les investisseurs privés et pour les locataires.
a écrit le 28/02/2013 à 12:29 :
On a vu déja ce que cela donnait dans la restauration la baisse de la TVA. A part augmenter les marges, cela s'est pas vu sur les prix...
a écrit le 28/02/2013 à 10:38 :
L?objectif des taxes devrait être, entre autre, de favoriser la rénovation de l?ancien par rapport à la construction neuve et de décourager l?étalement urbain.
a écrit le 28/02/2013 à 8:43 :
Le gouvernement ne doit pas céder aux incantations des uns et des autres et laisser le marché se réguler seul.
a écrit le 28/02/2013 à 8:23 :
On se recommande de L'Abbé Pierre, mais il y a plus de 60 ans qu'il avait commencé le boulot et on en est pratiquement au même point! L'Homme est un pauvre c.n , c'est ainsi, rien ne changera
a écrit le 28/02/2013 à 0:29 :
Ce qui est formidable, c'est que ce type était à plein avec Sarko et que maintenant il nous cite l'abbé Pierre :-) et encore plus formidable, il trouve des gens pour le croire :-) :-)
a écrit le 28/02/2013 à 0:11 :
Qu'importe l'avis de Borloo puisqu'il est visiblement dépourvu de la volonté de devenir un personnage politique de première importance. L'UDI est un parti qui fait de la figuration, qui peut éventuellement servir de caution centriste à un parti plus à droite mais qui a peu de chance d'avancer bien loin si son chef n'a pas la niaque pour se lancer dans la course à la présidence.
a écrit le 27/02/2013 à 23:49 :
Pauvre Borloo. Il ferait mieux de donner des conferences sur le D2 pour ce qui est de son plan banlieue qui a tourne au fiasco et sa maison a 10 cts les 24h, la messe est dite.
a écrit le 27/02/2013 à 21:37 :
Borloo c'est monsieur je subventionne et j'aide à la défiscalisation dans l'immo.
Comment peut on rester dans ces propres certitudes qui sont des erreurs économiques.
a écrit le 27/02/2013 à 21:28 :
encore un cadeau fiscal qui comme les précédentes aides ira directement dans la poche des promotteurs qui relèveront leurs prix !!! hors de question que mes impots servent à cela...
a écrit le 27/02/2013 à 18:44 :
Borloo a raison. Et le gouvernement actruel ne fait rien pour arranger la situation, préférant investir dans les transports. Le Grand Paris va coûter l'équivalent de 250000 ou 300000 logements sociaux. Alors qu'il faudrait favoriser le rapprochement domicile-travail, on veut nous faire tourner autour de Paris dans 75 gares 1, 2, 5 heures par jour pour le plus grand bonheur de Jean-Paul Huchon et de son coûteux STIF.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :