La gestion des copropriétés fait toujours débat

 |   |  398  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Mercredi, la manifestation « officielle » du Salon de la copropriété sera concurrencée par celle de l'Unarc qui défend les intérêts des copropriétaires. Choisissez votre camp...

Le Salon de la copropriété ouvre ses portes mercredi et jeudi, porte de Versailles à Paris 15e. Deux jours pendant lesquels les particuliers pourront interroger plus de 140 professionnels - des syndics de copropriété, certes, mais aussi des architectes et des prestataires du bâtiment (électriciens, etc.). Les visiteurs pourront aussi s'informer grâce aux conférences et autres consultations.

Mais ce salon, « officiel », est concurrencé par celui d'une grande union d'associations de protection des copropriétaires, l'Unarc*, qui a débuté aujourd'hui, à la halle Freyssinet, à Paris 13e. Près de 80 exposants seront présents et 16 conférences sont prévues autour de trois grandes thématiques : les sujets juridiques et comptables ; les opérations de travaux et d'entretien ; les économies d'énergie et le développement durable.

Pour l'Unarc, ce sera l'occasion de revenir sur des problématiques qui touchent tous les copropriétaires, notamment l'évolution des charges. En effet, dans une des études qu'elle a fait réaliser, l'Unarc s'étonne de leur nette hausse : « L'augmentation entre 2009 et 2010 est de 4,5 %, ce qui est supérieur à celle constatée lors de l'exercice précédent (4 %). Sur une période de trois ans, l'augmentation est proche de 13 % alors que l'inflation pendant ce temps a progressé de moins de 5 %... »

« Tricheries possibles »

L'autre cheval de bataille de l'association concerne les comptes bancaires. L'Arc et l'Unarc se battent pour que la loi prévoie une généralisation des comptes bancaires séparés. Pour plusieurs raisons. D'abord parce que, « lorsqu'il y a faillite d'un syndic, et en cas de compte unique, les copropriétaires ne retrouvent presque jamais leurs fonds, car il s'agit du compte du syndic et les copropriétés sont - faute de compte bancaire séparé - incapables de prouver ?de façon certaine? leurs créances ; et les juges les déboutent de leur demande de remboursement ». Ensuite, la plupart des syndics qui ouvrent des sous-comptes individualisés « font transiter les fonds du sous-compte individualisé vers un compte pivot (qui appartient au syndic), ce qui atteste qu'il y a - avec le sous-compte individualisé - des tricheries possibles ». Enfin, les associations pensent que le compte unique peut entraîner un retard des paiements, ou encore une surévaluation des budgets.

(*) L'Unarc est l'Union nationale des associations des responsables de copropriété. Elle organise les 11, 12 et 13 octobre le salon des « 3 jours pour la copropriété ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :