Travaux de rénovation : à quelles aides avez-vous droit ?

 |   |  724  mots
Les travaux de rénovation énergétique, conséquents par définition, peuvent rebuter les propriétaires.
Les travaux de rénovation énergétique, conséquents par définition, peuvent rebuter les propriétaires. (Crédits : Reuters)
Un prêt à taux zéro, un crédit d’impôt ou une réduction de TVA. Grâce aux dispositifs publics visant à accélérer la transition énergétique, vous avez plusieurs solutions pour faire baisser le coût de vos travaux de rénovation.

Un logement mal isolé, c'est beaucoup d'énergie dépensée pour rien, hiver comme été. Si vous décidez de sauter le pas et de vous lancer dans de souvent longs et coûteux travaux de rénovation énergétique, sachez qu'il existe plusieurs dispositifs d'aides publiques pouvant vous soulager dans cette démarche.

L'éco-prêt à taux zéro

Comme son nom l'indique, l'éco-prêt à taux zéro vous permet d'avoir à disposition un pécule (jusqu'à 30.000 euros) afin de financer vos travaux de rénovation, le tout sans intérêts prélevés lors de la phase de remboursement (d'une durée maximale de 10 ans). Ce dispositif ne doit pas être confondu avec le PTZ "classique", destiné au financement d'une résidence principale.

Pour être éligible à l'éco-ptz, votre logement devra avoir été construit avant le 1er janvier 1990 et constituer également votre résidence principale. Ensuite, l'octroi de ce prêt sera conditionné par le type de travaux effectués (isolation, changement du système de chauffage ou de chauffe-eau, réhabilitation du système d'assainissement) et le fait que l'entreprise qui les réalise soit labellisée RGE (reconnu garant de l'environnement). Le dispositif prendra fin au 31 décembre 2018.

Le CITE (crédit d'impôt pour la transition énergétique)

Le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), remplaçant du crédit d'impôt développement durable (CIDD), vous permet de déduire vos dépenses de rénovation thermique de vos impôts. Le crédit d'impôt est plafonné à 30% des dépenses, dont le montant pris en compte ne pourra pas dépasser 8.000 euros pour une personne seule et 16.000 euros pour un couple. Si cette somme est supérieure à votre impôt, vous avez droit à une restitution fiscale. En d'autres termes, l'administration fiscale vous rembourse l'excédent.

Le logement sur lequel sont réalisés les travaux devra être votre résidence principale et sa construction a dû être achevée depuis plus de deux ans. Le dispositif porte sur le même type de travaux que l'éco-prêt à taux zéro. L'artisan ou l'entreprise qui réalisera les travaux devra bénéficier du label RGE. Vous pouvez bénéficier du CITE jusqu'au 31 décembre 2016.

Les aides de l'Anah et des collectivités locales

L'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (Anah), à travers son programme "Habiter Mieux", propose un certain nombre d'aides aux propriétaires occupant leur logement et disposant de revenus modestes (voir les plafonds de ressources ici). Pour être éligible, votre logement devra avoir au moins 15 ans au moment où vous faites votre demande. Les travaux devront améliorer la performance énergétique de votre logement d'au moins 25% et être réalisés par des professionnels du bâtiment, même s'ils ne sont pas labellisés RGE. Le montant du coup de pouce peut représenter jusqu'à 35% du coût des travaux pour les ménages aux revenus modestes et 50% pour ceux aux revenus très modestes, tout en étant plafonné à, respectivement, 1600 et 2000 euros. Les dispositifs de l'Anah sont cumulables avec le CITE et l'éco-prêt à taux zéro mais sont incompatibles avec l'obtention d'un PTZ dans les cinq années précédant la demande d'aide.

Certaines collectivités locales octroient également des aides à la rénovation énergétique des logements. L'Ardèche, l'Aveyron, les Côtes-d'Armor et le Pas-de-Calais proposent par exemple un chèque énergie à leurs ressortissants depuis mai 2016. Distribué sous condition de ressources, il peut servir à payer vos factures d'énergie ou à entreprendre des travaux de rénovation. Le dispositif sera étendu à toute la France dès 2017. Certaines communes ou collectivités territoriales exonèrent de taxe foncière les propriétaires de logements qui se lancent dans la réalisation de travaux de rénovation thermique.

La TVA à 5,5%

Un certain nombre de travaux de rénovation énergétique, en particulier ceux qui concernent les dispositifs de chauffage, bénéficient d'un taux de TVA réduit à 5%, au lieu de 10% pour les autres travaux.

Se lancer dans la rénovation thermique de votre logement peut donc vous coûter beaucoup moins cher que prévu si vous faites le tour de toutes les aides possibles, et cela peut vous faire économiser beaucoup d'argent sur vos factures de gaz et/ou d'électricité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :