Arman, l'accumulateur

 |   |  622  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Deux héritières mettent aux enchères quelques-unes des très nombreuses œuvres du sculpteur Arman. Membre des Nouveaux Réalistes, l'artiste a énormément produit d'œuvres d'objets manipulés. Ce sont surtout les pièces uniques et de qualité qui intéressent les initiés.

Artiste de la société de consommation qu'il entend accompagner et décrier, fils de brocanteur niçois, Arman (Armand Fernandez, 1928-2005) est à la fois peintre, sculpteur, plasticien (et grand collectionneur-collecteur-entasseur). Il a été un des premiers à utiliser directement des objets plus ou moins "re-travaillés" comme matière de peinture ou de sculpture, assez souvent en de multiples exemplaires.

Avec son ami d'école Yves Klein et quelques autres artistes, notamment Raymond Hains, Martial Raysse ou Jean Tinguely il crée en 1960 le mouvement des Nouveaux Réalistes en opposition au déferlement abstrait alors en vogue : il s'agit d'utiliser des objets du quotidien pour les valoriser mais sans tomber dans le piège d'une figuration alors considérée comme trop bourgeoise. A l'instar des compressions de son ami César (qui a rejoint le mouvement en 1963), les oeuvres d'Arman ne détournent pas les objets mais les présentent autrement, découpés, éclatés, accumulés, multipliés, colorés, enfermés, portant ainsi un regard artistique sur ce qui était banalisé.

Très productif, Arman a manipulé de très nombreux objets manufacturés notamment des instruments de musique pour en faire des assemblages, bronzes, colères (destructions en public devenues des "tableaux-pièges"), combustions, coupes, et autres multiples déclinés parfois de manière commerciale et aussi, plus tardivement, des sculptures monumentales, une des plus connues étant l'accumulation d'horloges posée devant la gare Saint Lazare à Paris. Dès les années 1970, il emploie en nombre de la résine de polyester pour y enfermer ses oeuvres, notamment la série des  "Poubelles" commencée une décénie avant, accentuant son aspect cubiste auquel l'artiste est attaché.

On trouve toutes sortes d'objets fabriqués dans ses oeuvres accumulées: masques à gaz, trombones, détritus, tubes de peintures, téléphones, voitures, pistolets, rouages, ampoules, dentiers, serrures, marteaux,etc... mais aussi des fauteuils carbonisés, des murs remplis de poussettes de supermarché, des statues peintes ou découpées, des estampes, des peintures, des dessins, des empreintes, des superpositions.... Bref de très nombreuses oeuvres diverses, que l'on trouve très fréquemment dans les galeries et ventes aux enchères, notamment en France et aux Etats-Unis où il a vécu la deuxième partie de sa vie.

La succession Arman fait l'objet de moultes péripéties juridiques, plusieurs de ses six enfants nés de trois mères différentes contestant l'héritage: il y va de plus de 10.000 pièces, l'oeuvre laissée étant estimée autour de 100 millions de dollars. Marion et Anne, les deux filles aînées ont décidé de mettre en vente aux enchères des oeuvres de leur collection personnelle, afin de continuer l'action de la fondation A.R.M.A.N et développer une politique d'acquisition. Parmi les lots que propose la SVV Le Mouel et l'expert Marc Ottavi, il y a des oeuvres d'Arman dont une accumulation de radios et miroirs encadrés de 1993 (estimation 150.000 euros), une colère "vélo de Mary Poppins" (70.000 euros), une inclusion de violoncelle (40.000 euros), une télévision brisée (30.000 euros). On trouve également des oeuvres d'artistes proches d'Arman: son portrait par Warhol (200.000 euros), des marionnettes de César (60.000 euros), une toile de Lingstroem (30.000 euros), une grande huile de Combas (20.000 euros), un acrylique de Ben (8.000 euros).

Les ?uvres présentées sont de qualité et devraient retenir l'attention des collectionneurs les plus avisés. En effet, la production particulièrement prolifique (autour de 18.000 pièces !) - et parfois commerciale - nécessite une évidente sélection et une bonne connaissance du travail d'Arman.

Le 21 décembre, Drouot Richelieu, à Paris, www.yannlemouel.com ou www.expertise-ottavi.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :