Les relations ambigües gouvernement-patronat

 |   |  760  mots
Manuel Valls est-il à l'écoute du patronat ?
Manuel Valls est-il à l'écoute du patronat ? (Crédits : reuters.com)
Entre les postures et les authentiques professions de foi, l'année 2014 fut une année mouvementée. Cordiales parfois, tendues très souvent, les relations entre le gouvernement et le patronat ont défrayé la chronique. Au nom de l'intérêt général ? Pas sûr.

L'année 2014 fut une année mouvementée. Après avoir tenté de renouer avec le dialogue avec les chefs d'entreprises, le gouvernement de manuel Valls a échoué dans sa tentative de reconquête.

Pourtant, les organisations patronales avaient plutôt bien accueilli la nomination de Manuel Valls à Matignon. Les relations avec Jean-Marc Ayrault et son gouvernement devenaient très tendues. Fiscalité, formation professionnelle, le Pacte de responsabilité et ses contreparties étaient des dossiers brulants sur lesquels l'exécutif et le patronat ne parvenaient pas à s'entendre.

Lire Le patronat continue d'étaler ses désaccords sur l'argent de la formation et Assises de la fiscalité : le patronat est prêt !

Lire également Pacte de responsabilité : le patronat et François Hollande se rendent coup pour coup

L'arrivée de Manuel Valls change-t-elle la donne ? Pas vraiment. Le patronat fait feux de tout bois lors des premières semaines de Manuel Valls à Matignon.

Lire Le patronat déclenche une blitzkrieg contre le gouvernement... au nom de l'emploi et Temps partiel, pénibilité... le patronat exprime sa colère

En juin, lors de Planète PME, les membres du gouvernement ont défilé. Manuel Valls ne déroge pas à la tradition, mais il ne fait que passer. Ses ministres ne se sont pas attardés.

Lire Le gouvernement a-t-il peur des chefs d'entreprises ?

Au cours de l'été, les relations se réchauffent. Avant l'université d'été du Medef, le Premier ministre rencontre Pierre Gattaz, le président du Medef.

Lire Manuel Valls rencontre le Medef

Il déchaîne l'enthousiasme lors de son déplacement à Jouy-en-Josas. " Je sais qu'il est d'usage d'opposer la gauche et le monde de l'entreprise ... C'est un vieux refrain ... Mais justement, ce que je crois profondément, c'est que notre pays a besoin de sortir des postures, des jeux de rôle auxquels nous sommes tellement habitués. Alors, je le dis : cessons d'opposer systématiquement ! D'opposer Etat et entreprises ! D'opposer chefs d'entreprise et salariés ; organisations patronales et syndicats ! Je le dis et je l'assume : la France a besoin de vous ! La France a besoin de ses entreprises, de toutes ses entreprises. Car ce sont les entreprises qui, en innovant, en risquant les capitaux de leurs actionnaires, en mobilisant leurs salariés, en répondant aux attentes de leurs clients, créent de la valeur, génèrent des richesses qui doivent profiter à tous ", a déclaré le Premier ministre. Ces déclarations lui seront reprochées par les frondeurs socialistes qui, lors du vote de confiance au gouvernement le 16 septembre, s'abstiendront.

Lire Valls aime l'entreprise, et ne le cache pas et Vote de confiance à Manuel Valls : les frondeurs s'abstiendront

Ce moment de grâce sera éphémère. En effet, lors du discours prononcé avant ce vote, Manuel Valls fait un numéro d'équilibriste qui froisse le patronat.

Lire Manuel Valls peut remercier Pierre Gattaz (Medef)

Du 1et au 5 décembre, le Medef, la CGPME et l'UPA se mobilisent pour demander au gouvernement de modifier sa politique économique. Dans leur viseur, la mise en place du compte pénibilité - qui sera ensuite allégé - , la durée minimale de 24 heures pour les contrats de travail à temps partiel et l'obligation d'informer les salariés deux mois avant la cession d'une entreprise prévu par la loi Hamon.

" Nous, chefs d'entreprise, savons que la France est un grand pays, plein de talents, d'énergie, de potentiels. Tous les jours, nous œuvrons pour développer nos entreprises et créer ainsi richesses et emplois. Pourtant, notre économie va mal. Elle est bridée par 30 années d'une politique qui a progressivement étouffé les entreprises de toute taille par une accumulation de charges, de contraintes, de taxes et de sanctions. Il nous faut désormais changer de posture : tous les élus, qu'ils soient de droite, du centre ou de gauche, qu'ils soient élus locaux ou nationaux doivent nous permettre de retrouver les voies de la croissance et de l'emploi grâce au pragmatisme et à la confiance ", expliquent les trois principales organisations patronales dans un texte commun.

Lire Le patronat appelle à la mobilisation générale

Depuis, les invectives se multiplient de la part des deux camps, même si le Medef semble hésiter sur la conduite à tenir (Lire Le Medef se divise sur la ligne à adopter face au gouvernement Valls). Contre les offensives du Medef, le gouvernement joue la carte de solidarité.

Lire Valls, Macron, Cambadélis: haro sur le Medef !

Lire également Le Medef se divise sur la ligne à adopter face au gouvernement Valls

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2014 à 16:03 :
le pacte de responsabilité c'est d'avoir nos sportifs (entreprises) qui ont un sac de 30kg de cailloux sur le dos (impôts et charges) mais comme ils ne gagnent pas (qui s'en étonnerait ?), le coach leur enlève 1kg en lui demandant de gagner de suite !!!!
il faut surtout tout enlever pour qu'ils soient aussi compétitifs que les autres, et donc supprimer les causes du sac : supprimer les gaspillages publics par dizaines de milliards, qui laissés en l'état, induisent de laisser les ménages et entreprises asphyxiés d'impôts et charges...
a écrit le 30/12/2014 à 16:00 :
valls tente de réformer le pays, engager ce qui a été annoncé par hollande, mais hollande est un fourbe, il a fait croire qu'il allait modernisé la pays mais ne fait rien pour, il ne fait qua conserver les avantages, régimes spéciaux, gabegies de son électorat : les fonctionnaires et élus en sommeil et grassement payés pour gaspiller et s'en mettre plein les poches...
Réponse de le 30/12/2014 à 16:06 :
totalement d'accord, simple affichage de modernisation et suppression des déficits, mais rien sur le fond, comme l'avait fait l'autre fourbe qu'était Mitterrand, avec rocard, bridé, empêchè pour le discréditer...
il faut que valls démissionne avant 2017 et explique qu'il lui est impossible de supprimer la gabegie publique qui étouffe le pays ...
Réponse de le 30/12/2014 à 17:37 :
Valls tente de réformer??? Vous voulez sans doute parler de son action pour réduire la criminalité dans les cités... D’ailleurs vous devriez aller faire un tour dans celles où il a été constaté les résultats. Vous verrez vite que ces réformes ne sont que de la poudre aux yeux...
a écrit le 30/12/2014 à 8:44 :
manolo s'en tape complètement de la France il fait ses annonces dans son pays d'origine. Je ne voterai jamais pour un espagnol.
Réponse de le 30/12/2014 à 16:09 :
ne pas se tromper de sujet, valls semble le seul avec macron, à vouloir faire de vraies réformes, c'est françois 2 mollasson qui est l'ennemi du peule et entrave toute action, il préfère prendre sa mobylette et aller fricoter peinard, il se moque des sans dents, c'est un faux socialo qui ne gére que son clan
Réponse de le 31/12/2014 à 9:52 :
c'est simple le fait de n'a pas vouloir voter pour un espagnol ce n'est pas du racisme. Il fait ses annonces en espagne, il n'aime que la Barça et il il déteste les lardons il l'a dit lui même. Où est la France dans tout ça. En plus il ne roule que pour lui, pour les futurs élections, l'intérêt général il n'en a rien à cirer. Alors je laisse votre analyse aux bisounours.
a écrit le 29/12/2014 à 20:19 :
Légende de la photo de l'article :
2 possibilités :
1) Gilbert Bécaud chante L'important c'est la rose
2) Léon Zitrone : "je ne vous entends pas mon cher Guy".
Réponse de le 30/12/2014 à 9:01 :
une troisième possibilité, il organise pendant les questions au gouvernement français pas espagnol, le spectacle de son épouse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :