GM : mieux vaut tôt que jamais

Dans la foulée de ses résultats, le constructeur américain pourrait officiellement demander à revenir en bourse. Le retour au vert du géant de Detroit plaide en ce sens, les conditions de marché un peu moins.
(Crédits : Gael Vautrin)

Ça s?agite, ça bruisse de toute part ? Il faut vraiment être en vacances pour ne pas savoir que GM va, de façon imminente, faire son retour en Bourse. A vrai dire on ne parle plus que de cela. Tout de même ! Ce n?est pas rien une IPO (introduction en bourse) à 20 milliards de dollars ! Sur le marché américain cela ne se voit pas tous les jours. D?ailleurs cela ne s?est pas vu depuis celle de Visa et ses 19,7 milliards en mars 2008. Presque deux années de vaches maigres durant lesquelles les places asiatiques ? Shanghai et Hong Kong en tête ? ont fait une OPA sur toutes les IPO de plus de 10 milliards de dollars.

L?évènement est de taille pour le marché américain. Mais pas seulement. Il est surtout de taille pour l?ex-géant déchu de Detroit qui trépigne d?impatience de remettre une jante sur le marché. Essuyer l?affront. Oublier le chapitre 11. Le sauvetage de 50 milliards de dollars de l?Etat et les 61% du capital qu?il continue de détenir. Pour un géant pareil, symbole de la grandeur industrielle américaine depuis plus cinquante ans, ne pas être coté en bourse tient de l?humiliation suprême. Un peu à l?image de ce qu?était le bannissement dans la Grèce antique, cette non-cotation est une vraie déchéance.

Mais cette impatience ne tient pas qu?à cela. Si GM a des fourmis dans le moteur, c?est sûrement aussi parce que la fenêtre de tir n?est pas si évidente. Certes le premier semestre s?est soldé en termes d?IPO par un montant de 30 milliards de dollars de capitaux levés dans le monde. Du jamais vu depuis l?automne 2007. Preuve, si l?on en doutait encore, qu?il y a de la demande sur le marché. Que les investisseurs ont de l?appétit.

Pour GM, le timing est important. Il ne faudrait pas arriver sur le marché alors que les investisseurs sont rassasiés. D?autant que, lorsque l?on voit le sort qui a été réservé aux anciens porteurs de titres GM, il y a fort à croire que cette fois, ils y regarderont à deux fois. Et s?il n?y avait que cela. Les doutes qui planent ces derniers temps sur la solidité de la reprise américaine pourraient être doublement fatales pour le retour en bourse de GM. D?une part parce qu?en cas de rechute des marchés, les conditions d?introduction ne seraient plus à l?avantage du constructeur automobile. D?autres part, parce que ce ralentissement conjoncturel signifierait également des résultats de moins bonne facture pour la firme. "Alors si on doit revenir sur le marché avec fanfare et trompettes, autant que ce soit maintenant ou jamais", doit-on se dire en ce moment dans les couloirs de la firme de Detroit.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.